En 1986 sortait un jeu qui, sans le vouloir, allait être à l'origine de la plus méconnue, mais peut-être aussi la plus adulée des franchises de Nintendo. A une époque où la Famicom régnait sur tout le paysage vidéoludique, ce titre apportait aussi de nombreuses innovations, qui contribueront à poser les bases du jeu vidéo que l'on connaît aujourd'hui. Ce jeu, c'était Metroid, l'une des œuvres les plus abouties à tous les niveaux de la désormais regrettée Famicom.

L'intrigue nous met dans la peau d'un chasseur de primes de l'espace nommé Samus Aran. Ce personnage reçoit l'ordre urgent de la part de la Police Fédérale Galactique de se rendre sur la Planète Zebes afin de vaincre toutes les Metroid et détruire Mother Brain. Les bases du scénario sont posées et immédiatement, l'on prend le contrôle de ce chasseur de prime de l'espace.

La jouabilité suit un schéma traditionnel, à savoir la croix pour se déplacer, un bouton de tir et un bouton de saut. Jusque là, rien d'anormal et le jeu nous fait penser à un Super Mario Brothers dans lequel on aurait la possibilité d'éradiquer nos ennemis avec un fusil. Mais quelques secondes de jeu plus tard, on découvre déjà quelque chose de différent pour un jeu de l'époque. On peut évoluer vers l'avant, mais aussi vers l'arrière, le bas, et le haut. Cela nous change radicalement du Super Mario dans lequel il fallait se contenter d'avancer de manière purement linéaire. En même temps, on découvre aussi le premier accessoire de Samus, qui restera ensuite comme la "marque de fabrique" de Metroid : la Morph Ball. Samus se transforme en boule pour se faufiler dans des endroits étroits, en voilà du jamais vu pour l'époque ! Et tout le jeu continue sur des étonnements. L'on accroche ainsi très vite au jeu, grâce à sa grande liberté de mouvement, mais aussi aux nombreuses évolutions du personnage.

Les heures de jeux s'enchaînent, de nouveaux équipements sont découverts, des passages secrets sont explorés, mais voilà, Metroid est aussi un jeu difficile, et soumet malheureusement tôt ou tard le joueur à la dure loi du Game Over. Imaginez le drame que pourrait représenter la perte d'un personnage proche du maximum de ses capacités et en route vers Mother Brain après de longues heures de jeu ? Heureusement, Nintendo a pensé à tout en incluant dans cette cartouche un système innovant de mots de passe, afin de pouvoir recommencer là où Samus s'était arrêtée. Une initiative dont Metroid fut l'un des tous premiers jeux à bénéficier en Europe et aux Etats-Unis ! Au Japon, le jeu comportait cependant un système de sauvegarde, Famicom Disk System oblige.

Techniquement, même s'il pourra faire sourire aujourd'hui, le jeu était également impressionnant à l'époque et n'avait pas à rougir face à des références telles que Super Mario Brothers ou Zelda no Densetsu. Il pose bien sûr les bases du design Metroid, à savoir un style mêlant habilement décors naturels et haute technologie. Une fusion de genres diamétralement opposés qui pourtant s'harmonisent parfaitement. L'animation connaissait cependant certaines chutes dramatiques lorsque le nombre de sprites à l'écran était trop élevé. Et compte tenu du fait que la faune de Zebes était très présente, il n'était pas rare de ressentir ces ralentissements.

La bande son de Metroid reste également dans les mémoires. Comme ce fut le cas dans de nombreux jeux de l'époque, les thèmes sont simples, mais tellement accrocheurs qu'aujourd'hui, il n'est pas rare d'y avoir droit de manière remixée dans les épisodes récents de la saga (et aussi dans Super Smash Brothers DX). De plus, on n'oubliera jamais les nombreux jingles lors des débuts de partie ou lors de l'acquisition d'un nouvel équipement. Une très grande bande son !

A ce stade, Metroid est déjà un jeu surprenant à de nombreux niveaux par rapport à ce qui se faisait autrefois. Pourtant, la plus grosse surprise vient à la fin. Ce n'est un secret pour personne aujourd'hui, mais à l'époque, voir le casque de Samus disparaître pour laisser place à un visage féminin une fois l'aventure terminée était un moment absolument incroyable. Après avoir passé tout le jeu à parler de Samus au masculin, imaginez donc le choc de se rendre compte que sous cette imposante carapace de métal se cachait en fait une frêle jeune fille ! Une abasourdissante révélation qui demande du temps pour s'en remettre, avant de tomber logiquement sous le charme de cette héroïne. A noter également qu'il y a 17 ans, le rôle de la femme dans le jeu vidéo tenait plus de la princesse à sauver que du personnage principal. Metroid révolutionnait donc une fois encore son temps.

En définitif, Metroid fait partie des jeux les plus marquants sur la première génération de consoles de Nintendo. De par ses nombreuses innovations, sa durée de vie et son incroyable héroïne, il a su se placer dans le cœur des fans aux côtés des monuments de Nintendo que sont Zelda et Mario, même si il n'a malheureusement pas connu le même succès commercial.

Article intéressant ?
5/5 (1 vote)

Informations pratiques

Thématiques associées

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

Ajouter un commentaire