Conker Live & Reloaded

On voit souvent ces femmes d'un certain âge, travaillées à coup de bistouri pour conserver jeunesse éternelle. D'apparence jeune, l'on remarque rapidement mouvements et imperfections qui trahissent l'âge. Ce constat s'applique désormais également au jeu vidéo, avec ce Conker Live & Reloaded. Développé pendant plus de trois ans par Rare, le jeu devait proposer un mode multi-joueurs online fun et complet, ainsi qu'un remake du célèbre Conker's Bad Fur Day de la Nintendo 64 en bonus. Si ces deux éléments sont bien présents dans la version définitive du jeu, toutes les promesses n'ont pas été tenues.

Moins qu'un remake, l'aventure solo fait plus office de portage dont on ne se serait soucié que d'améliorer les graphismes. Car à ce niveau-là, Conker impressionne, Conker émerveille, bref, Conker est magnifique, sans doute l'un des plus beaux jeux de cette génération. Toutefois, ces améliorations se sont faites sur le squelette du jeu Nintendo 64. Ainsi les environnements sont finalement petits, avec une architecture sommaire et un champ d'action limité. De plus, et c'est le plus gros point noir du jeu, chaque changement de pièce, d'environnement, de scène, ou même une simple perte de vie engendre un loading, parfois relativement long. La coupure est toujours nette et énervante, car elle ralentit sensiblement le rythme du jeu. Le pire restera certains enchaînements type "perte de la dernière vie, loading, séquence de game over, loading, retour au menu et chargement de la partie, loading, reprise du jeu devant un changement de pièce, loading…” Bravo Rare pour ce beau modèle d'optimisation des temps de chargement…

Sur Xbox, console dite adulte, et malgré une interdiction de vente aux moins de 16 ans, on jure beaucoup moins que sur N64, laissant ainsi apparaître des bips pour le moindre petit gros mot. Au point que cette censure verbale va jusqu'à massacrer l'excellent opéra du Great Mighty Poo, scène culte, s'il en est, de ce jeu. Notez qu'il est également préférable de régler sa console sur anglais, de sorte à éviter l'extrêmement approximative traduction française des textes, qui nous traduit gentiment "Stupid bastard" par "pauvre pomme". Sans commentaire… L'on comprend aussi vite le changement de titre du jeu, de Uncut à Reloaded, lorsque l'on progresse. Rien n'a été ajouté. Quelques petites variations prennent place au début du jeu, pour surprendre le joueur habitué, mais elles sont plus scénaristiques que ludiques. Par contre, un passage du jeu a été raccourci, pour palier à une jouabilité sous-marine tout simplement médiocre. Jouabilité qui n'a d'ailleurs pas été retouchée non plus depuis la version N64. On retrouve ainsi cette hybride plate-forme basique (genre je saute, je tape, je rampe et c'est tout) et simili-FPS pour le maniement des armes. Pas forcément évident au départ, mais assez plaisant au final. Conker est également toujours aussi lourd et ne répond pas toujours au doigt et à l'œil, en particulier lors des sauts.

Le mode Live, quant à lui, reprend comme base la bataille entre les écureuils et les Tediz, soit le passage que j'aime le moins dans l'aventure solo. Parti de là, difficile d'accrocher à un mode multi-joueurs qui tient plus du "Third Person Shooter" que de la plate-forme, dans des environnements froids à la conception pas forcément intéressante, le tout baignant dans une ambiance bien bourrine. Bref, s'il est évident que nous sommes là face à une question de goûts, en ce qui me concerne, je peine à y accrocher. Y compris en mode offline seul, ou à deux sur le même écran. À noter que l'écran splitté nous offres de jolies bandes noires horizontales. Petit clin d'œil à la N64 ? Toujours est-il que ce mode bourrin sans réelle profondeur ni personnalité fait finalement plus figure de bonus par rapport à l'aventure solo que l'inverse.

Et il a fallu plus de trois ans de développement pour nous pondre ça. On savait Rare lent pour nous pondre des productions originales, voilà qu'ils le sont également pour les remake. Ne vous y trompez pas. J'ai pris un pied monumental à refaire Conker dans une version visuellement aussi léchée. Je suis fan absolu de ce titre, son univers et son humour. Mais avec le recul, je reste dégoûté de constater que finalement, tous les efforts ont été mis dans l'apparence et uniquement l'apparence. Le mode Live est négligeable, les défauts de la version N64 sont toujours présents, les limites de cette machine et son support cartouche se font également sentir sur Xbox. Sans parler de la gestion honteuse des temps de chargement. Bref, un jeu avec des graphismes neufs qui respire bon le vieux. Je le recommande toutefois à quiconque voudrait rire un bon coup devant un jeu de plate-forme qui ne respecte rien, ne fait pas dans la finesse et parodie à tour de bras. Mais pour ceux qui auraient connu la version N64, le deuxième passage n'est peut-être pas forcément nécessaire.

Article intéressant ?
5/5 (1 vote)

Informations pratiques

Thématiques associées

Kanpai vous suggère également ces articles