Viewtiful Joe (anime)

La conversion animée de la récente licence Viewtiful Joe a tout du choix commercial. Cette supposition est d’ailleurs amplement confirmée le visionnage des premiers épisodes de la série. Confiée sans grande utopie, et financée par de faibles budgets, la qualité technique s’en ressent dès les premières secondes.

L’animation est d’une qualité juste déplorable : l’on se croirait revenus aux grandes années de la démocratisation des animés au Japon, et avec eux un nombre d’images par seconde réduit jusqu’à cinq. Par conséquent, l’ensemble est extrêmement saccadé et s’avère pour le moins pénible à suivre. Cela donnerait presque l’impression que le « slow » de Joe est constamment activé. Même le générique d’introduction, qui d’ordinaire offre au moins un minimum de qualité, semble tiré vers le bas.

Le graphisme reste encore plutôt correct. Son style comic, dans la veine des bande dessinées américaines, colle bien à l’esprit de la série est n’est pas trahi dans cette conversion sur le petit écran. Le design des personnages, toutefois, déçoit de par son inconstance. Le cachet super deformed, qui collait bien à la 2D particulière du jeu, s’avère plutôt mal rendu dans cette version animée. Restent des petits détails amusants, vus par nous autres occidentaux, tel que le doigt d’honneur lancé par Joe lors de sa transformation.

Dans la même veine, la langue japonaise massacre les interjections de Joe. "Henshin a go go, baby", "mach speed" et "slow" ont perdu toute leur pêche et leur classe, quant à "zoom in", il est devenu un simple "zoom" bien fade. Dur retour à la réalité pour des tirades énergiques et hilarantes dans leur version console. D’autant que l’accompagnement musical passe assez inaperçu, sauf lorsqu’il s’agit des génériques qui, il faut l’avouer, sont assez inaudibles. En tout cas, dommage que l’on ne retrouve pas les thèmes du jeu qui étaient dans l’ensemble plutôt très bons.

Le scénario s’est vu un poil retravaillé. Il a, en tout cas, été rendu plus touffu pour pouvoir durer cinquante-deux épisodes. De nouveaux personnages ont même été créés, et c’est avec plaisir que l’on retrouve tous les adversaires de Joe ainsi que les environnements rencontrés dans le jeu. Pourtant, la fadeur se fait à nouveau sentir, et toute l’originalité et la vitesse du jeu vidéo s’effacent derrière un déroulement téléphoné et interminable, déjà vu mille fois.

Pour tous ces petits défauts, l’animé Viewtiful Joe ne parviendra à convenir qu’aux gros fans du jeune héros. Étant moi-même assez amateur de Captain Blue et consorts, j’ai pourtant vite décroché, à cause du manque flagrant d’efforts investis dans cette conversion pourtant prometteuse sur le papier.

Article intéressant ?
5/5 (1 vote)

Informations pratiques

Thématiques associées

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

Ajouter un commentaire