REZ - analyse

REZ aura clairement marqué ma vie de joueur. Sous ce K-Project dédié au travail de KANDINSKY, considéré le fondateur de l’art abstrait, se cache un titre pourtant profondément ancré dans le concret. Construit comme une allégorie du programme informatique, donc du jeu vidéo, REZ emporte son utilisateur dans une mise en abîme infernale de précision et d’intérêt. Derrière des faux airs de sous- shoot’em up à la Panzer Dragoon, REZ se savoure comme un trip en soirée tech-trance, sans substances mais plongé dedans à bras le corps. Son esthétisme impeccable, sous des faux airs de Tron et de Tempest 2000, aspire l’utilisateur dans une expérience de ludisme et de conception sonore absolument ahurissante.

Alors qu’il héberge les créations de musiciens japonais bien inspirés (Ken ISHII en tête de file), REZ s’essaye à une définition de la matrice et de l’intelligence artificielle. Hors du réalisme le plus recherché par le jeu vidéo, il se paye le luxe d’aspirer le joueur dans son monde pour se délivrer lui-même de l’intelligence artificielle qu’est intrinsèquement son jeu. La métaphore est rare et riche, symbolisée par une maîtrise parfaite de la symbiose entre la question du joueur et la réponse du jeu : dans son esthétisme, dans son mouvement, dans son bruitage. Il donne ainsi l’impression de participer à une œuvre d’art créationniste. Au cours du jeu, l’environnement sonore s’intensifie en ajoutant des instruments au fil des dix niveaux de chaque univers. La manette bat le beat par vibrations et l’avatar est toujours plus rythmé par les lourdes pulsations des basses. L’expérience se vit sur grand écran, bien au centre des six enceintes d’un home cinema poussé à fond.

REZ est sans aucun doute l’un des plus beaux exercices ludo-sensoriels, un trip gigantesque du début jusqu’à la fin sur la création, la destruction et l’évolution, le tout dans des tableaux d’une esthétique rare, mouvant au gré de nos actions et prenant le meilleur de la 3D pour lui donner un sens et une définition, pour se terminer en apothéose graphique et musicale rarement vue jusqu’alors. REZ se savoure, se vit de l’intérieur comme l’une des plus belles réussites du jeu vidéo en tant qu’elle dépasse ce concept. Sa valeur en est d’autant plus grande que l’expérience reste courte et unique, et qu’elle peut ainsi s’inscrire tranquillement dans le rang des jeux absolument cultes. Un titre rare, véritable chef-d’œuvre du jeu vidéo, ça ne se discute pas.

Ressources vidéo : Page sur le site officiel japonais

Article intéressant ?

Informations pratiques

Thématiques associées

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

Soulslayer
05 Mars 2008
21:20

Rien à rajouter à cet article qui retranscrit parfaitement ce que j'ai pu ressentir avec ce jeu, que dis-je ce tableau !
Je dirais juste que oui le jeu est court, mais je vous assure que pour finir le dernier niveau à 100% sur les trois stats, c'est pas facile, et le Lost Level il y a de quoi se faire plaisir sur le score aussi ! :D

Ajouter un commentaire