L'avenir du jeu vidéo

Que nous réservent les prochaines générations ?

Ce titre, qui peut vous paraître pompeux, introduit tout simplement la mise au point que je jugeais nécessaire à l'aube de ce troisième millénaire. Nous entrons pleinement dans une nouvelle ère du jeu vidéo, et la bataille pour la domination du marché va être terrible. Qui va gagner ? Nostradamus et Madame Irma réunis ne sauraient répondre à cette question, tant ce monde est chaotique. Pourtant, on peut tout de même se faire une idée de ce qui va se produire, et je vais vous livrer ma version.

Faisons tout d'abord un aperçu des forces en présences. Il y a Sega et Sony, déjà présents sur le marché des consoles de nouvelle génération, et Indrema, Nintendo et Microsoft qui arriveront plus tard. D'un point de vue purement technique, le dernier arrivé possède toujours l'avantage d'avoir la console la plus puissante. Cet avantage revient donc à Nintendo et Microsoft. Bien sûr, si l'on jette un œil sur les fiches techniques des deux constructeurs, on pourrait croire à un fossé technique énorme. Cela dit, la fiche de Nintendo a le mérite de donner des chiffres réalistes, représentatifs de ce que l'on aura en situation de jeu, alors que celle de Microsoft est bien moins réaliste, puisqu'elle ne reflète que les capacités théoriques idéales de la machine (tout comme Sony l'avait fait avec la PS2). Donc on devrait avoir un résultat à l'écran similaire pour les deux machines. La PS2 est, quant à elle, de puissance théorique très performante, mais souffre d'un certain mal. Elle n'est pas évidente à programmer, contrairement a ses concurrentes qui sont toutes très accessibles. Mais une fois la bête maîtrisée, je pense que le résultat à l'écran sera en tout cas identique à ce que feront Microsoft et Nintendo. La Dreamcast restera malgré tout en retrait, mais il faut aussi savoir que la puissance n'est pas un tout. Quant à l'Indrema L600, elle a l'air puissante sur le papier, mais on n'a pas encore pu la voir à l'œuvre.

Du point de vue des jeux, l'élément essentiel de chaque bécane, il y a toujours des exclusivités constructeurs. Tous les produits Nintendo pour Nintendo, les jeux Sega pour Sega, Oddworld pour la XBOX, etc. L'Indrema est réellement handicapée à ce niveau-là, car même s'ils annoncent une trentaine de jeux pour la sortie, aucun n'a l'air de venir d'un grand éditeur et on n'a pas vu une seule photo ni obtenu un seul nom, alors que la sortie au printemps prochain se rapproche à grand pas. Nintendo par contre possède des équipes internes très performantes qui permettent au constructeur de bien vivre, même sans le soutient des éditeurs tiers. Sega se trouve aussi dans le même cas, même si la forte présence de Capcom sur Dreamcast ne leur est pas négligeable. Sony par contre ne serait rien sans les éditeurs tiers. Enlevez Square, Namco, Konami et Electronic Arts à Sony, il ne reste plus rien. Ils le savent, et même si leur console n'est pas super accessible, ils font tout pour soigner leurs éditeurs tiers. Chez Microsoft enfin, ils jouissent d'une forte réputation sur PC et ont pu avoir l'exclusivité sur les productions Oddworld Inhabitants. Certains aiment, d'autres détestent, mais toujours est-il que ce n'est pas avec ça que Microsoft va conquérir le marché nippon. Et ce n'est pas le reste des jeux annoncés qui va me contredire, car la majorité d'entre eux sont des reprises de jeux déjà sortis sur d'autres machines. Pas de grandes baffes en perspective.

Maintenant, du point de vue du marché, sur les cinq constructeurs présents, deux sont de toute façon de trop, deux vont se partager le marché et le dernier restera en retrait des leaders, sans pour autant sombrer dans l'oubli. Pour la première place je vois assez bien Sony ou Microsoft. C'est la firme qui aura les meilleurs arguments marketing pour embobiner le grand public qui gagnera. Car si les vrais gamers savent faire la différence entre une bonne console et une arnaque, ce n'est pas le cas du grand public. Cela dit, Sony part avec un avantage certain sur la boîboîte à Billou. La PS2 fait un carton monumental à l'heure actuelle et quand la XBOX sortira, la PS2 se sera probablement vendue à plus de 20 millions d'exemplaires. Avec un parc de consoles installées aussi grand, les éditeurs tiers n'auront pas le choix. Il leur faudra soutenir Sony. A mon avis, la réussite de Sony entraînera l'échec de Microsoft ou vice versa. Deux géants animés par les mêmes motivations ne peuvent pas cohabiter.
C'est pour cela que je pense que la deuxième place reviendra tout simplement à Nintendo. Nintendo qui revient très en forme, mûrit de ses erreurs du passé. Avec la console et les jeux qu'ils proposeront, le tout pour un prix inférieur à la concurrence, ils ne peuvent que réussir. De plus, Nintendo possède un avantage que les autres n'ont pas : les Pokémon. Rien que ça leur assure de grandes ventes auprès des jeunes joueurs. Ils bénéficient aussi d'un très grand nombre de fans inconditionnels de la marque, ce qui leur permet d'assurer déjà un grand nombre de ventes. Il ne leur reste que le grand public à conquérir, en leur proposant des jeux plus matures, ce qui est d'or et déjà prévu. Alors qui sait, peut-être même que Nintendo reprendra sa place tant convoitée de leader du marché du jeu vidéo.
Maintenant, attaquons le sujet sensible, à savoir l'avenir de Sega. La Dreamcast, malgré une quantité considérable de hits, des capacités online et un prix modique, n'a pas réussie à conquérir le grand public. Il faut dire qu'ils ont longtemps souffert des annonces "choc" de Sony et maintenant que le monstre est en place, le grand public se désintéresse totalement de la Dreamcast. Le manque d'efficacité au niveau marketing est un défaut flagrant de la firme au hérisson bleu. Bien sur, il y aura toujours les fans, les vrais joueurs et quelques autres personnes pour idolâtrer cette fabuleuse console, mais aux yeux du grand public, la console est déjà morte et enterrée, surtout depuis que Sega à annoncé l'arrêt de la production.

Pour terminer, l'Indrema L600 me semble être une de ces consoles qui, malgré un fort potentiel, sombrent dans l'oubli avant même leurs sorties. La campagne marketing se limite à une bête pub vantant les 10 bonnes raisons d'acheter une L600. Mais d'une part peu de gens en ont entendu parler et d'autre part, la moitié des arguments (si ce n'est tous) ne sont que des clichés déjà vus et revus. Honnêtement, ce n'est pas avec ça qu'elle va tenir tête à la concurrence, surtout quand on sait qu'elle est censée sortir aux Etats-Unis ce printemps et que le printemps est bientôt là.

En prenant en compte les quelques points essentiels mentionnés, je ne peux qu'arriver à un constat. Microsoft et Sony vont se massacrer. Ils vont chacun engager des sommes faramineuses pour que leur console soit leader du marché, des sommes peut-être trop importantes, qui pourraient obliger la marque perdante d'arrêter leurs activités sur ce marché. Nintendo, pendant que les deux autres se livreront une grande bataille marketing, inondera le marché de jeux tous aussi merveilleux les uns que les autres. Et peut-être que le grand public se lassera de toutes les suites banales de jeux à pseudo grand succès sortis sur Playstation et XBOX et retournera chercher les vrais valeurs du jeu vidéo, chez ces deux maîtres que sont Sega et Nintendo. Certes, la Dreamcast a un pied dans la tombe et Sega a décidé d'abandonner (temporairement ?) la construction de hardware, mais il y a encore une centaine de jeux qui vont sortir sur ce support. Et même si certains studios de Sega ont déjà annoncé des titres sur d'autres machines, tout ne sera pas converti non plus. La Dreamcast gardera donc quelques hits en exclusivité et elle risque d'avoir droit à une nouvelle jeunesse, d'une part à cause de la récente baisse de prix et d'autre part au travers d'une Set-top Box. Enfin, je pense que l'Indrema L600 disparaîtra aussi rapidement qu'elle est arrivée, faute de soutien dans ce monde sans pitié qu'est celui du jeu vidéo.

Article intéressant ?

Kanpai vous suggère également ces articles