Grands préparatifs bousculés

Visiter le Japon était depuis quelques années un rêve. Comme beaucoup, j'étais très impatient de me retrouver dans les rues de Tokyo, visiter ses temples, rencontrer les locaux et discuter avec eux, faire fondre ma carte de crédit dans les boutiques d'Akihabara... autant de choses à vivre au Japon, autant de choses que je voulais absolument vivre... mais à l'époque, je n'avais pas une grosse rentrée d'argent... j'ai du donc prendre mon mal en patience tout en mettant quelques ronds de côté chaque mois...

Mais un élément déclencheur allait tout accélérer ! J'ai eu l'incroyable chance de gagner dans un concours un vol aller-retour pour Tokyo via la compagnie ANA, un concours qui était proposé à l'époque par le Salon Made In Asia, véritable "Place To Be" pour tous les passionnés belges de la culture japonaise. Evidemment, un gros poids était ôté du budget à prévoir, ce qui rendait tout de suite le périple beaucoup plus accessible. A force de volonté, j'ai pu réunir une somme largement suffisante pour rendre ce voyage inoubliable...

Si gagner ce voyage était à juste titre un élément déclencheur, il allait se produire un évènement qui allait freiner mon ardeur... la date du 11 mars 2013 vous dit certainement quelque chose. L'incident de Fukushima a bien faillit ruiner mes envies de partir pour le pays du soleil levant. Il était convenu que je fasse le voyage avec Tam, ma copine et ma petite fille alors âgée d'un an. Cette catastrophe a changée la donne, légitimement Tam refusait d'y aller, encore moins avec la petite. J'ai moi même sérieusement songé à tout annuler (et du même coup perdre mon vol gratuit). Finalement j'ai décidé de partir pour le mois de juillet malgré la menace nucléaire.

J'ai donc réservé seul mon hôtel, finalement j'ai décidé de partir un mois complet. Je vous l'ai dit, je voulais vivre une expérience inoubliable. Mon avenir était donc scellé, au diable le danger et vive l'aventure !

Cet article est proposé par la communauté des membres Kanpai dans le cadre du module Kakikomi. Il ne reflète pas nécessairement le point de vue de la rédaction de Kanpai.
Par tokyo-gaijin Dernière mise à jour le 20 novembre 2014