DSC00662

Dimanche 1er avril 2012 - Hanami party à Ueno

Arrivés à Ueno, nous pouvons constater que le couple de pandas du zoo sont les vedettes du quartier ! Ils sont partout ! Des affichettes, des peluches, des parapluies..

Nous sortons du métro à la hâte et j'aperçois au loin mon CLICHE numéro 1, ce pourquoi je voulais absolument aller au Japon a cette période : Un cerisier en fleur ! ça y’est nous y voilà !!!


Malheureusement, la majorité n’est pas du tout en fleur, seuls quelques uns ont pris de l’avance. Dommage, je ne verrai pas «la pluie» de pétales de sakuras mais je peux déjà en admirer la colloration.
Tout le long des allées de béton, des emplacements sont marqués. Les japonais s’y installent sur des bâches pour pique niquer en famille ou entre amis. Les mieux équipés ont tables, couvertures, cartes ou d’autres mangent sur des cartons. Dans tous les cas, la sieste est de rigueur et au vu des têtes, le saké et la bière ont du couler à flot à la fin du repas.


Pinou est aux anges il y a des bâches vertes et des bâches bleues de partout ! (Oui mon mari voue une passion inexpliquée et inexplicable pour les bâches.. A la maison on a des bâches pour tout..)

Ce que nous venons de voir n’est autre que le celèbre hanami, fête très prisée des japonais qui signifie littéralement regarder les fleurs. Le début et le pic de floraison sont particulièrement appréciés et les japonais adorent les prendre en photos. A la télé, dans les gares, les magazines, on peut suivre en direct le front de floraison des cerisiers. Sacrée organisation.

Au coeur de Ueno se situe le musée national de Tokyo, un parc, un petit lac, un petit temple..

Nous arpentons les allées au milieu du balai d'appareils photos des japonais qui mitraillent la moindre pétale et décidons de faire une petite pause pour nous raffraichir à proximité du lac.

Assis sur le trottoir, comme deux pauvrets, nous reperons un distributeur de cannettes. Je prend un peu d'eau (en fait de l'eau aromatisée au thé, beurk j'ai détesté !) et mon Pinou teste un capuccino. Et surprise ! Si ma boisson est bien fraiche, sa canette de capuccino elle est bien chaude ! Je n'avais encore jamais vu ce genre de choses !

Passé le break a regarder la foule défiler devant nos yeux, nous reprenons notre tour pour arriver jusqu’au «parc aquatique» : en fait un lac artificiel, des pédalos en forme de cygne ou de bateau et des petites barques.

On décide de se mêler à la fête jusqu’où bout et prenons les commandes d’un cygne.
Note pour plus tard, il n’y a pas de place dans un cygne, ça fait mal au dos et dixit mon époux qui a son permis bateau «ça braque mal».
Des oiseaux viennent se poser sur le toit pour se faire ballader et ça amuse absolument tout le monde.. Chacun essaie de prendre en photo un oiseau sur un cygne.


Passé l’épreuve du cygne flottant, nous nous aventurons dans un petit marché qui borde le parc ou cela crie et braille toujours autant. ça s’invective toute la journée, tellement loin de l'image "discrète" que nous nous faisons !
Nos pieds commençant à nouveau à faire de leurs siennes, nous marquons une dernière pause dans un petit café avant de nous diriger vers le quartier d’AKIHABARA, le quartier informatique et manga.

Réflexion, conseil de voyage du jour :

Oui, je me plains beaucoup de nos pieds.. Sur la papier, cela ne peut paraitre pas énorme mais en réalité nous parcourons des dizaines de km par jour. Nous étions partis en chaussure de rando : ERREUR STRATEGIQUE ABSOLUE ! Après quelques jours d'essais, rien ne vaut une bonne paire de baskets pour arpenter la jungle urbaine de Tokyo !

Cet article est proposé par la communauté des membres Kanpai dans le cadre du module Kakikomi. Il ne reflète pas nécessairement le point de vue de la rédaction de Kanpai.
Par thechoupchoups Dernière mise à jour le 14 janvier 2015