P1070444

Du marché de Tsujiki 築地市場 à Odaiba お台場 (ou idée d'itinéraire)

Bonjour à tous !

Samedi, j'ai fait une très graaaande promenade, j'avais tout le corps en compote (les pieds, les genoux, le bas du dos, les épaules etc). Heureusement que j'y suis allée avec une camarade de classe, on s'est bien marrée toutes les deux !

Donc voici le parcours que nous avons fait (prévoyez une journée environ) : le marché aux poissons de Tsukiji -> le parc Hamarikyuuonshi -> le Rainbow Bridge avec sa vue imprenable sur la baie de Tokyo -> Odaiba (le centre commercial Aqua city et la statue de la liberté).
Si vous aimez marcher et voire l'aspect très business de Tokyo, je vous conseille de le faire. Prenez la Yamanote et sortez à la station Shinbashi 新橋駅. Alors attention ! La station est très grande avec des sorties de partout et d'autres lignes qui la traversent. Si vous voulez rejoindre quelqu'un là-bas, je vous conseille fortement de vous rejoindre devant la ligne Yorikamome よりかもめ qui se situe à l'extérieur, parfaitement devant la station Shinbashi sans être trop loin et le marché de Tsukiji se trouve derrière en fait. On a perdu 30 min avec ma camarade de classe car elle était sortie de la ligne Ginza qui se situe de l'autre côté où je suis sortie. Je vous dis même pas la galère... Ensuite, c'est plutôt facile, vous allez toujours tout droit une fois derrière Yorikamome. Vous avez plusieurs plans du quartier et le marché Tsukiji est aussi indiqué sur les panneaux de direction des voitures. Au pire, si vous avez vraiment peur de vous perdre, prenez un GPS ou une carte. Mais sincèrement, j'en ai pas eu besoin et je suis vraiment nulle pour m'orienter.

- le marché Tsukiji est accessible au public qu'après 9h. Avant, c'est interdit d'accès notamment parce que les ventes entre professionnelles sont encore en cours. Vous avez accès à la "poissonnerie" et aux petits commerces à l'ouest du marché : restaurants de sushi en grande majorité, avec le poisson pêché au matin donc fraîcheur garantie. prévoyez environ 1500-2500 yens le repas. Sinon vous avez des magasins d'épices, de vaisselle japonaise pas chère du tout d'ailleurs (je recommande en particulier celui qui est en bout de rue, qui doit être le plus grand magasin de vaisselle et qui se trouve près du temple), de poissons évidemment, de couteaux de cuisine etc. Si vous êtes actuellement au Japon, profitez en maintenant pour visiter le marché (bon, même si je trouve qu'il est vachement petit par rapport au marché de Rungis dans le 94 et qu'il y a pas grand chose à voir une fois les ventes terminées) car Tsukiji va fermé l'an prochain d'après un article de journal (je crois le Monde...). Il va ainsi déménager autre part, ce qui a donné lieu à une petite manifestation pacifique quand nous sommes arrivées d'ailleurs. Principale raison de la fermeture : le marché devient trop vieux.

Quand vous sortez de Tsukiji, si vous êtes bien passé au bon endroit, vous devriez revenir sur vos pas pour vous diriger vers le parc. C'est encore une fois toujours tout droit et vous allez avoir un pont encadré par une lanterne en pierre. Traversez et entrez dans le parc.

- le parc était un lieu de loisirs des shoguns à l'époque Edo, notamment la famille Tokugawa. Il y a plusieurs pavillons de thé pour en témoigner où se déroulaient des séances de thé (...), des concours de poésie, des balades sur le lac et autres festivités. L'un des pavillons de thé (où nous avons rencontré un gros chat que nous avons nommé "Neko-sama", neko voulant dire chat et sama étant une marque de haut respect, le premier que j'ai pu touché en fait depuis que je suis arrivée au Japon !) est d'ailleurs de l'époque Edo, après rénovation. Ensuite, vous avez quelque chose de très intéressant et qui entrouvre la fenêtre du temps : l'espace de la chasse au canard. Les explications étaient très peu en anglaises, je vais tenter de vous l'expliquer -> cf. les photos de la galerie. Je peux vous dire en tout cas qu'ils ont trouvé un moyen de chasser le canard sans trop se fatiguer !
Mis-à-part ça, c'est vraiment un parc magnifique, très calme, avec différents points de vue originales et magnifiques pour prendre des photos. Comptez 300 yens l'entrée pour un adulte.

Encore une fois, si vous êtes passé là où on est passé, vous avez donc pris l'entrée nord. Ressortez par l'entrée ouest. Vous allez avoir au dessus de vos têtes plusieurs voies express. Tournez à gauche et continuez toujours tout droit pendant environ 45 min je dirais. De toute façon, vous ne pourrez pas vous méprendre sur le Rainbow Bridge : il est énorme. Encore une fois, je vous conseille d'y aller quand il commence à faire nuit car il est alors éclairé : les pieds blancs ressortent et la ligne du pont est ponctué de lumières vertes-bleues. De plus, les voies express font une grande courbe avant d'arriver sur le pont.

- Le Rainbow Bridge. L'accès au pont pour les piétons est indiqué par des panneaux, suivez les. L'entrée à la promenade est gratuite et ouverte jusqu'à 18h (dernière arrivée 17h30). Pensez à prendre une bonne écharpe si vous y allez en hiver car le vent marin combiné aux poussées d'air inspirées par les allées-venues des voitures vous gèlent en moins de deux. Si vous avez le vertige, n'y allez pas. Le début de la promenade, côté Tokyo se trouve à 50 min environ du sol, et au dessus de la mer. J'ai pas le vertige, et j'ai grave flippé au début. Heureusement, vous pouvez aller à Odaiba en prenant le métro (comptez environ 390 yens entre Shinbashi et Odaiba). Sinon, le Rainbow Bridge fait 1,5 km de long, donc réalisable en 15-20 min environ si vous vous attardez aux deux points d'observation pour prendre des photos de la baie. L'accès est interdit aux vélos, pour des raisons de sécurité : vous allez sans doute voir des cyclistes avec leurs vélos en mains, la roue arrière bloquée par une planche de bois.

- Odaiba est une île artificielle et contrairement à ce qu'on pourrait penser (moi la première), ce n'est pas un quartier d'affaires. Loin de là. Vous voyez beaucoup d'immeubles d'habitations, même une école primaire presque dès l'entrée dans Odaiba, une allée de restaurants et beaucoup de centres commerciaux et de parcs. Odaiba est une mini-ville dans Tokyo. Sur la droite, vous avez un parc avec une plage (oui oui). On a même vu l'entrée d'un café à chats (très reconnaissable !). Bon, on était très fatiguée et il faisait déjà nuit donc on a pas visiter beaucoup de choses dans Odaiba mais on a admiré la statue de liberté et on a fait les boutiques dans Aqua City, juste en face de la statue. Si vous êtes sur Tokyo en ce moment, allez-y, le centre commercial a déjà revêtu ses lumières de Noël. Aqua city est pour le moment mon centre commercial préféré : il est grand sans être trop grand (ce qui est en général le cas dans Tokyo et perso, ça me donne le tournis) avec quelques magasins de luxe mais des magasins à prix accessibles au grand public. Vous avez aussi Daiso, un magasin à 100 yens (je me suis régalée à acheter un bol japonais, des boîtes pour faire des onigiri et un porte-cartes de visites) et un magasin de vêtements dont je me souviens plus le nom, mais à prix abordables. Le seul hic, c'est que c'est à l'autre bout de Tokyo, ha ha. Vous avez aussi un magasin de souvenirs "duty-free" au troisième étage mais franchement, je l'ai pas trouvé exceptionnel et rien ne m'a intéressé à l'intérieur.

En somme, une très bonne journée. Mesdames, préférez les chaussures plates aux talons hauts si vous voulez faire ce parcours et prévoyez de grands sacs ;)
Sinon dimanche, j'ai enfin pu voir l'exposition sur Kyoto au musée National de Tokyo 国立博物館 à Ueno (je passe mon temps là-bas j'ai l'impression, ha ha) et c'était magnifique. Peut-être un peu petit pour le prix de l'entrée (1500 yens) mais les produits exposés étaient sublimes. Dommage qu'il y avait autant de monde sur les paravents, je n'ai pas pu voir très bien les détails. L'exposition montrait ainsi des paravents et des cloisons sur Kyoto, peints durant l'époque Muromachi et Edo qui sont emblématiques des périodes au niveau politique, social et économique (un des paravents étaient noyés d'or et de vert, ce qui témoignaient d'une grande richesse). Les cloisons du château Nijo à Kyoto ont fait le déplacement exprès à Tokyo et pendant un moment, je me suis retrouvée à l'époque des Tokugawa. Grisant !

Cet article est proposé par la communauté des membres Kanpai dans le cadre du module Kakikomi. Il ne reflète pas nécessairement le point de vue de la rédaction de Kanpai.
Par sytuki Dernière mise à jour le 18 mars 2016