Asakusa-Dec-2012

Rencontre du 3ème type. Votre première fois ...

… Enfin, façon de parler ! Oui, je veux parler de votre première fois, mais celle qui vous a fait découvrir le Japon, pas celle qui vous a fait découvrir … tout autre chose ! Non, vraiment, on n’est pas là pour ça. Disons plutôt, celle qui vous a fait penser « Mais en fait le Japon c’est aussi ça » ou celle qui vous a fait dire « Je veux y aller ». Soyons fous, celle qui vous a fait rêver aussi ?

Au regard de ce pays remarquable (dans les sens positifs et négatifs du terme) par bien des aspects, lequel vous a le plus marqué, chamboulé ? L’image des pousseurs de métro n’a pas dû vous laisser indifférent, ou alors les célèbres cerisiers en fleurs ?

Pour ma part avant de m’y intéresser vraiment, je ne connaissais du Japon que les sushis et les Geishas. Encore que je n’avais jamais succombé à aucun des deux. pas facile d'en trouver au fin fond de la campagne à 15 ans. Et puis, pas si communs sont les français à apprécier le poisson cru et à s’intéresser à ces artistes empruntes de mystères.

Mon premier « vrai » contact avec le pays du Soleil Levant je m’en souviens d’ailleurs encore très bien. C’était au début des années 2000, 2003 je pense. Quelqu’un avait partagé une vidéo d’un clip d’idols complètement déjanté sur un forum, c’était bariolé de couleurs et de voix aigues. Et autant que je m’en souvienne …. J’avais bien ris !

Plusieurs années plus tard, au hasard de mes surfs, je suis tombé sur un nom qui ne me parlait pas du tout, j’ai cliqué et je suis tombé sur le clip d’un artiste que je n’ai plus quitté depuis (maintenant je me trimballe avec sa discothèque complète dans une étagère … c’est dire). De fil en aiguille j’en ai découvert d’autres, du plus célèbre au plus underground. Et puis est venu le temps des mangas et des films, des séries et des livres … Autant de supports différents qui ne m’ont fait qu’effleurer, je m'en rends compte aujourd'hui, cette culture aussi différente qu’improbable pour des occidentaux tels que moi.

Aujourd’hui, j’apprends avec assiduité mes kanjis et les mélange maladroitement aux kanas, ces caractères si particuliers à cette langue. « Voilà donc tout ce qui permet de concocter un bouillon de bredouillements et de dessins étranges! », j’ai envie de dire.

De là à imaginer que je « parle » japonais comme certains proches aiment à me demander, il y a la mer de Chine (il faut les digérer, les 2000 caractères ....). Ceci étant, c’est un peu comme si j’ouvrais une boite aux possibilités infinies, m’voyez ? J’ai l’ouvre boite, mais pas la clef pour le moment.

Toujours est-il que désormais je découvre l’archipel avec mes propres yeux et oreilles, et tout ça à cause … d’un clic.

Et vous, qu’est-ce qui vous a donner envie de faire la rencontre des kamis ?

See u !

Cet article est proposé par la communauté des membres Kanpai dans le cadre du module Kakikomi. Il ne reflète pas nécessairement le point de vue de la rédaction de Kanpai.
Par shiroi Dernière mise à jour le 20 novembre 2014