Carte 2.0

Parcours 2.0...

Petite ambiance sonore de circonstance...

Chercher, chercher encore… 2 mois de lecture de guides, d’avis dans les forums, de sites internet, de photos et de récits, de recherches d’hôtels moins chers mais de qualité, de parcours optimisés, de calculs de trajets en train et tout ça sur Google trad. pour traduire…

Il y a 3 semaines, petit séjour de 5 jours à Rome organisé par mes parents, avec mes frères et leurs dulcinées. On s’organise, on arrive à Toulouse, à l’aéroport…

Bang.

Ce mardi, 6 jours avant le départ : un petit texto me parvient au matin.

Bang.

Il y a 3 semaines, arrivés à l’enregistrement à Toulouse, certains avaient leur carte d’identité périmée. On ne part plus à Rome. On improvise un petit séjour sur place de fortune, je tombe malade comme un chien. Je guéris enfin maintenant, 3 semaines plus tard.

6 jours avant le départ, ce mardi 18 mars, mon compagnon de voyage, fraichement sorti de l’hôpital, m’envoie un message : « je risque de ne pas pouvoir partir ». 24h plus tard, le couperet tombe. Lui va heureusement s’en remettre, mais il est terriblement déçu. De mon côté, pas mieux : je pars seul pendant 3 semaines. Toutes les réservations, faites évidemment pour 2, sont à annuler. Parcours à modifier en urgence. Hôtels à re-réserver, dans ce début d’année ou le tourisme bat des records : +41% de fréquentation, soit quasiment 1 000 000 de visiteurs rien qu’en janvier. D’autres sombres nouvelles tombent également dans la foulée. Pas terrible, ce cru de début 2014…

Un jour dans le brouillard, à réfléchir à tout le champ des possibles, la motivation en berne. Heureusement, l’éclairci vient après la pluie, comme on dit. 4 ans et demi que j’attends de revenir ici, de profiter de tout ce sud que je ne connais pas, de revoir ce pays qui m’a tant plu et découvrir le hanami (coutume d’apprécier le printemps japonais, en particulier les cerisiers). Des mois que je façonne ce parcours dans tous les sens. Pas question de tomber dans la morosité. J’ai bien la ferme intention de profiter de ce séjour. Alors à force de crayonner des timings, d’enlever tel endroit et d’en prolonger un autre, une idée se dessine. Un peu de préparation, quelques phases laissées à l’improvisation, et ça commence à prendre forme. Il ne reste plus qu’à annuler tous les hôtels et en re-réserver d’autres. Hier soir jeudi, à 23 heures, enfin, la lumière. Un parcours qui fonctionne et qui rebooste mon enthousiasme. Quelques hôtels que je n’avais pas trouvés la dernière fois cette fois-ci bookés, dont certains très cools (une nuit dans un love hôtel à priori très classe m’amuse d’avance). Tout semble à priori bien huilé. Le hasard fera le reste du travail. Le voici donc :

Le parcours 2.0 :

Ci-joint la petite carte du Japon mise à jour afin d'illustrer mon parcours à venir (pour obtenir les photos suivantes en plein écran, cliquez sur l’une d’elles, puis ensuite sur la mention "Voir la version originale").

24/03 : Départ à 11H05 à l’aéroport de Mérignac. Atterrissage le lendemain matin à Osaka à 09H15, heure locale.

25/03 : La journée consistera à paisiblement batifoler dans Osaka, la ville qui ressemble à Blade Runner la nuit (photo ci-dessous). La visite de l’Umeda Sky Building, l’un des plus hauts bâtiments de la ville (et probablement l’un des plus beaux) et son sol étoilé qui surplombe les lieux est bien sûr au programme en soirée.

26/03 : Le lendemain, je migrerais vers Nara, la ville/parc naturel et ses cerfs évoluant en liberté en son cœur. Il me tarde de revoir cet endroit particulièrement paisible, avec son lac au milieu duquel on peut s’asseoir et en profiter pour admirer les montagnes environnantes (photo ci-dessous). Avant de passer la soirée au centre de Kyoto, afin de re-goûter le matcha (thé vert local un peu amer, auquel on ajoute une sucrerie afin d’alterner entre les deux saveurs) dans le quartier traditionnel et raffiné des geishas, à Ponto-chō. Et j’en profite au passage pour rappeler que les geishas ne sont pas des prostituées, mais une élite d’artistes traditionnelles. Merci aux américains pour cette confusion qui dure depuis la 2nde guerre mondiale… Bref, Ponto-chō, rue étrange de 2km, extrêmement escarpée et remplie jusqu’à la lie de salons de thé normalement réservés aux résidents japonais. Mais avec un peu de respect et d’intérêt, on obtient souvent une ouverture et un accueil inattendu…

27/03 : Début du périple en territoires inconnus (en tous cas en ce qui me concerne). D’abord avec le célèbre jardin de Korakuen à Okayama (photo ci-dessous). En arrivant ici en plein bourgeonnement des sakuras (les cerisiers en japonais), ce devrait être un spectacle superbe. J’ai pu trouver un hôtel très bien placé dans le centre d’Okayama et qui m’a l’air très bien.

28/03 : Arrivée à Hiroshima. Ville cosmopolite, très jeune et dynamique, et bien sûr ville de souvenirs…

29/03 : Escapade sur les bords de mer, en banlieue d’Hiroshima. Miyajima est une ile de prestige, célèbre pour son sanctuaire et notamment son célèbre torii (arche. Photo ci-dessous). On trouve même des ryokans (auberges traditionnelles) flottants. J’ai rêvé d’y séjourner, mais à 300 euros la nuit…

30/03 : Journée de nouveau à Hiroshima, avant de partir en fin d’après-midi sur l’île de Kyushu. Avec en 1er lieu Fukuoka.

31/03 : Fukuoka : sa forteresse, ses sanctuaires shintoïstes… et son canal artificiel et ses symphonies de fontaines illuminées dans un décor futuriste. Le décalage promet d’être intéressant.

01/04 : Le programme n’est pas encore déterminé. J’ai pu lire que les alentours de Fukuoka étaient très intéressants. Je me laisserais porter selon l’envie, je pense…

02/04 : Descente quasiment tout au sud-est de l’île pour la ville portuaire de Miyazaki. Les spectacles d’archers à cheval les 2 et 3 avril me tendent les bras…

03/04 : Toujours la journée à Miyazaki pour la fin des spectacles, avec une probable fin de journée vers Kagoshima, même si ce n’est pas encore décidé.

04/04 : Si la météo le permet, je passerais la journée au parc national de Kirishima-Yaku. En plein cœur du printemps nippon, il me tarde de voir ça et les chutes d’eau de Senriga-taki… Pour ensuite séjourner à Kagoshima.

05/04 : La ville de Kagoshima et son volcan toujours actif à proximité (photo ci-dessous) sont un paysage à eux-seuls. Je pense aller faire une visite du volcan, qui est organisée. Avant de partir pour la nuit à Kumamoto.

06/04 : Visite paisible de Kumamoto, dernier bastion des samouraïs (photo ci-dessous).

07/04 : Première partie de journée à Kumamoto, avant de filer vers Takachiho, dont on dit qu’il y a une vue qui surplombe la vallée somptueuse.

08/04 : Journée sûrement à Takachiho, avant de filer vers Beppu pour y dormir.

09/04 : Beppu. LA ville des onsens (sources chaudes) à disposition (photo ci-dessous) puisque la vapeur sort de ces terres. Journée glande et onsen, définitivement.

10/04 : 3 heures de ferry, afin de rejoindre l’île de Shikoku. Plus précisément Matsuyama, et sa cité fortifiée du Dōgo Onsen, au milieu de laquelle on peut aussi s’y baigner. Une nuit dans ce cadre également devrait être des plus appréciables. Surtout dans ce love-hôtel aux allures classe si j’en crois les photos.

11/04 : Visite de la ville de Takamatsu, dont on dit qu’ils y font les meilleures nouilles et ont aussi possèdent l’un des plus beaux jardins médiévaux (photo ci-dessous).

12/04 : Suite et fin de la visite de Takamatsu. Possiblement de ses banlieues.

13/04 : Une escapade vers le Konpira-san, ce sanctuaire shinto et ses 1368 marches gravées dans la montagne. Puis je rentrerais paisiblement vers Osaka. La possibilité de faire un concert ce soir-là grâce à l’apparition dans les parages d’Atari Teenage Riot ne me laisse pas insensible…

14/04 : dernier jour avant le départ. Boutiques et autres plaisirs au programme. Triste jour que celui-ci.

15/04 : jour de deuil, puisque je quitterais ces lieux. Arrivée en France à Mérignac pour 19h45.

Prochain objectif de voyage : la Mongolie. Mais ce sera pour une autre fois.

Merci de m’avoir lu jusqu’au bout. Je tâcherais de faire des petits rapports (bien plus courts que celui-ci, évidemment) à intervalles réguliers pendant mon séjour. Gardez-donc un lien vers ce blog en mémoire !

Et à bientôt pour de nouvelles aventures…

Cet article est proposé par la communauté des membres Kanpai dans le cadre du module Kakikomi. Il ne reflète pas nécessairement le point de vue de la rédaction de Kanpai.
Par Paul Dernière mise à jour le 20 novembre 2014