image

Quelques pas sur la route du Tôkaidô ..

Bonjour ! J'ai décidemment beaucoup de retard dans mes articles, il va falloir envisager de prendre un peu de vacances à mon retour à Paris pour finir tout ça ..

Aujourd'hui, quelques mots de la boucle du lac Ashinoko. C'est un itinéraire touristique quasi-obligatoire pour les visiteurs de la région de Hakone au pied du Fuji-San. Nous avions choisi d'y venir en semaine pour éviter la foule des tokyoïtes venus s'aérer pour le week-end. On prend le petit train de montagne de la Tozan Line qui gravit tranquillement le relief en forêt et sous-bois jusqu'à Gôra. De là, une correspondance en tramway nous conduit jusqu'à Sounzan. Des télécabines partent de Sounzan pour monter jusqu'à la vallée de l'Owakudani, célèbre pour ses fumerolles volcaniques, ses œufs noirs cuits à la chaleur du volcan, et ses vues du Fuji-San lorsque le temps est dégagé.

Il faut bien reconnaître que cette partie de l'itinéraire ne présente qu'un intérêt relatif par 35°C lorsque le temps est un peu couvert.

Pour vous remercier d'avoir eu le courage de continuer à lire jusqu'ici, je vous offre quand même la meilleure vue du Fuji-San qu'il m'ait été donnée de voir ici. Profitez, c'est cadeau !

Nous avons sacrifié au rituel de l'œuf à coquille noire servi à peine mollet dans un verre de sauce shôyu (soja fermenté avec du blé et du sel), censé apporter longue vie. Si la quantité ingérée est décisive, Mademoiselle devrait bien vivre 10 minutes de plus.

Quelques vues de la gare de Miyanoshita. Après celle de Shinjuku, on apprécie un peu de calme !

Devant la gare de Miyanoshita se trouve un restaurant qui propose à ses clients de déjeuner avec les pieds au frais dans un pédiluve. Sympathique au vu de la température locale !

Arrivés à Gôra, c'est le départ du tramway pour Sounzan. On peut s'arrêter aux stations intermédiaires pour visiter des musées locaux, ce que nous avons évité pour nous laisser plus de temps pour la 2ème partie de la boucle.

Après avoir traversé le lac Ashi, nous débarquons à Hakone-Machi où se trouvait le 11 ème relais de l'ancienne route du Tôkaidô, ou route de la mer de l'est, qui reliait Edo à Kyôto en 53 étapes.

À l'ère Edo la route est fréquentée en particulier par les daimyô , astreints par le système du sankin-kôtai à résider un an sur deux à Edo, où ils doivent d'ailleurs laisser leur famille en otage, car le pouvoir shogunal se méfie d'eux après la longue période de guerre civile dont le pays sort à peine. Ce système coûte aussi fort cher aux daimyô, contraints d'entretenir deux résidences, et d'emmener avec eux leur suite, qui peut compter de cent à deux mille personnes. Mais la route est parcourue par bien d'autres voyageurs : marchands, pèlerins et bonzes, et même touristes.

Ce relais servait surtout de point de contrôle des voyageurs circulant sur la route du Tôkaidô, et était notamment destiné à vérifier qu'aucune femme ne s'échappât d'Edo sans l'autorisation du shogun.

Les relais sont souvent situés dans des sites pittoresques, ou près de sanctuaires bouddhistes ou shinto, et offrent, non seulement des auberges pour passer la nuit, mais aussi des restaurants ou des commerces vendant des spécialités locales. On y trouve aussi tout l'indispensable pour voyager dans de bonnes conditions : écuries, palefreniers, portefaix, guides .. ainsi qu'une salle d'armes pleine d'arcs et de mousquets destinés à impressionner les voyageurs, et que nous avons pu visiter.

La minute culturelle étant finie, passons aux photos du Hakone Sekisho (Check-point).

À la sortie du Hakone Sekisho, nous nous engageons sur l'ancienne allée des cèdres qui rejoint Moto-Hakone. Nous y prendrons le bus pour regagner Miyanoshita. Cette allée en sous-bois est splendide. Peut-être serons-nous un jour quelques-uns à y revenir, porter nos armures de kendô de dôjô en dôjô.

Retour enfin par bus, pris à Moto-Hakone. Madame s'amuse beaucoup de voir que le policier, qui arrête la circulation pour laisser le bus manœuvrer, s''incline pour saluer des deux côtés les automobilistes qu'il a fait patienter.

Comme il est agréable de retrouver le calme et la douceur du ryokan, et de profiter du Onsen avant de dîner ..

La nuit est tombée depuis longtemps sur Kanazawa d'où j'écris ces lignes, et demain une bonne journée nous attend.

O yasumi nasai !

Cet article est proposé par la communauté des membres Kanpai dans le cadre du module Kakikomi. Il ne reflète pas nécessairement le point de vue de la rédaction de Kanpai.
Par ningengirai Dernière mise à jour le 22 août 2019