img_8448

La poésie japonaise : les Haïkus

Les Haïkus sont de petits poèmes japonais. Ils sont brefs et obéissent à une construction rigoureuse en 3 vers respectivement de 5, 7 et 5 mores (remplacés par des syllabes en langue française).

Ils appellent souvent à une réflexion philosophique sur un moment de vie éphémère. La littérature japonaise en atteste dès le 15ème siècle avec des auteurs prestigieux tels que Sōkan Yamazaki (1465-1553) ou Arakida Moritake (1473-1549).

Rien de tel qu'un bon exemple pour mieux comprendre cette poésie évanescente : ces vers sont empruntés à Bashō Matsuo (1644-1694).

« Sur une branche morte
Les corbeaux se sont perchés
Soir d'automne. »

A partir du 20ème siècle, le haïku se fait francophone. Stéphanie le Bail a publié un receuil en 2013 où l'on peut lire :

"Nuit des orangers Se perdre entre les parfums Et trouver ta main."

Les Haïkus doivent respecter le kigo c'est à dire qu'ils doivent faire référence à une saison. Il s'agit là d'un exercice poétique facile, qui peut être proposé à un jeune public pour stimuler l'imaginaire. En ce temps printanier, quoi de plus approprié qu'un haïku composé au verger. A vos plumes ! Laissez-nous vos sensations sous forme de haïku en commentaire.

Source :

Frédéric, Louis (trad. 2005 de 1996), « Inu tsukuba-shū », in Japan encyclopedia (trad. Käthe Roth de Le Japon, dictionnaire et civilisation) 1996.

Haiku : anthologie du poème court japonais (trad. Corinne Atlan et Zéno Bianu ; texte français seulement), éd. Gallimard, coll. « Poésie », 2002.

Stéphanie Le Bail, Le bruit de l’eau, haïkus et haïkaïs, éd. Editions Glyphe, 2013.

Cet article est proposé par la communauté des membres Kanpai dans le cadre du module Kakikomi. Il ne reflète pas nécessairement le point de vue de la rédaction de Kanpai.
Par Margorgones Dernière mise à jour le 06 avril 2015