Toujours partante pour une matsuri

Vous rentrez à votre hôtel après une bonne journée de visites et, au détour d'une ruelle, au plein coeur d'un quartier résidentiel, vous entendez jouer de la flute et du tambour. Etonné, vous cherchez d'où vient le son et croisez quelques habitants en happi (sur-veste de kimono). Vous continuez d'inspecter le quartier, et vous tombez sur des stands en cours de montage aux abords d'un petit sanctuaire mais aussi sur un garage ouvert sur la rue où des personnes s'affairent sur une maisonnette en bois fixée sur quatre poutres horizontales.
Pas de doute, ce sont les signes avant-coureurs d'une matsuri

Qu'est-ce qu'une matsuri ?

Une matsuri, c'est une fête ou un festival, en général liée à un sanctuaire shintô. (Mon parti pris d'utiliser le féminin pour le mot matsuri vient donc du fait que la traduction la plus proche en français est "fête".)
La plupart du temps, une matsuri est donc une fête populaire où les habitants d'un quartier font défiler la divinité du sanctuaire dans un mikoshi (qu'on traduit souvent par palanquin). Accessoirement, la procession sera l'occasion de jouer du taiko ou d'autres instruments traditionnels et de revêtir des vêtements de fête. Le sanctuaire dont c'est la fête se retrouve entouré de stands de jeux ou de nourriture faisant s'apparenter les matsuri de quartier aux kermesses de chez nous.
Mais les matsuri ne se limitent pas à la fête (souvent annuelle) du sanctuaire du coin. Le terme est en effet générique, et les matsuri englobent désormais des tas d'événements qui n'ont rien à voir les uns avec les autres.
Des matsuri, il y en a tout le temps, partout, de toutes tailles et de toutes sortes. Il y a des défilés, des feux d'artifice, des processions, des concours, des danses... et c'est toujours chouette d'y participer ou d'aller les voir.

Que fait le touriste dans une matsuri de quartier

La dernière fois que je suis partie au Japon, c'était un peu sur un coup de tête et je n'ai pas pris le temps de me renseigner sur quelle matsuri pouvait bien avoir lieu et s'il y avait moyen qu'on fasse un crochet pour y aller.
Ca n'a pas manqué : y en avait une le soir de notre arrivée dans le quartier de notre hôtel ! Un petit truc local, dans le sanctuaire du coin, avec quelques stands de nourriture et de jeux, deux scènes dans chacune des parties du sanctuaire, et une petite procession en costumes accompagné de taiko. Classique.
Même si on était crevés par notre vol (arrivés à 5h30 heure japonaise avec peu de sommeil derrière nous, la journée était trèèèès longue), on a voulu en profiter. On a vu le club de taiko des collégiennes faire une démo, squatté devant la scène du concours de chant des primaires (entre les pseudo-idols et le petit garçon qui chantait trop mal sa chanson romantique avec un de ses potes qui faisait une choré incompréhensible, c'était plein de bonheur), mangé des castella Hello Kitty, et alors qu'on songeait à rentrer se reposer, un vieux monsieur nous donne à chacun un ticket de tombola. Pas le choix, on devait rester jusqu'au tirage au sort, même si on était crevés (c'est terrible ce que la politesse et l'appât du gain peut faire de nous). Les Japonais adorent voir qu'on s'intéresse à leurs activités, qu'on a envie de participer à leurs fêtes. Dans ces moments-là, les gens vont venir vous parler, vous refiler des trucs, faut pas s'en étonner et essayer de dire au moins un truc gentil (en japonais, en anglais, des mots simples, ça marche toujours). Bon, au final, c'était une tombola de la mort avec des taaas de lots et sur 4 tickets on en a eu 2 gagnants. Et je peux vous dire, quand c'est le "gaijin" qui crie "je l'ai" quand leur numéro est appelé, tous les Japonais sont heureux. A la fin de la tombola et après un petit tremblement de terre, nous sommes rentrées nous pieuter (et je peux vous dire que pour mon ami V pour qui c'était le premier jour de son premier voyage au Japon, gagner à une tombola sans acheter de ticket, voir une procession, entendre un concert de taiko et ressentir un tremblement de terre, ça faisait déjà beaucoup).

Bon d'accord, moi aussi je veux vivre ça. Comment j'y vais ?

Déjà, c'est simple, renseignez-vous avant de partir !! Les matsuri les plus grosses sont connues, il n'est pas difficile de trouver les dates de ces événements sur des sites en français ou en anglais. Pour les matsuri de quartier, par contre, ce sera sûrement une question de chance, comme dans mon exemple précédent.
Un conseil : n'hésitez pas à revoir votre itinéraire s'il y a une matsuri pendant votre séjour. Même si c'est votre premier voyage, même s'il y a des tas de choses que vous voudriez voir et que vous avez déjà fait des concessions, je vous assure, ça en vaudra la peine.
En général, les matsuri sont très bien organisées : si c'est un événement très populaire qui va réunir beaucoup de monde, le personnel des gares et la police feront en sorte que tout se passe bien et que tout le monde puisse profiter de la fête et ce malgré la surpopulation !

Quelques types de matsuri

- En été, les Awa-odori et les Yosakoi sont des festivals de danse. Des groupes ont répété des chorés (souvent ultra-longues !!) et défilent en costume dans la rue. La plus connue est l'Awa-odori de Tokushima à Shikoku. J'ai participé à Yosakoi à Kôchi, en 2005. Je m'étais jointe à un groupe la veille car je venais d'arriver dans la ville. Je peux vous dire que même après 2 journées à faire la même danse en boucle, la choré était tellement longue que je la connaissais toujours pas en entier.
- Toujours en été, les Hanabi Taikai (littéralement "grand rassemblement de feux d'artifices") sont l'attraction qui vous dégoûtera à jamais des feux d'artifice qu'on a chez nous ! Au Japon, les feux d'artifice, c'est du sérieux, ça en jette, ça en met plein les mirettes. J'en ai vu uniquement dans le Kansai, mon préféré a été celui d'Otsu, tiré sur le lac Biwa. Attention, je me répète, mais vous ne voudrez plus voir de feux d'artifices en France après en avoir vu un au Japon.
- Dans les processions de chars, où les mikoshi sont remplacés par des chars de tailles démesurées (aussi appelés danjiri), il y a le très connu Gion Matsuri à Kyôto, mais le plus impressionnant que j'ai vu, c'est le Kishiwada Danjiri Matsuri. Dans la ville de Kishiwada, on fait des danjiri super grands, on met des types qui sautent et dansent dessus (à genre 5/10m de haut), et on les fait parcourir la ville à toute blinde avec des virages serrés en espérant un peu que deux chars vont se rentrer dedans à un tournant (le festival est connu pour ses morts, hein). Et ben c'est super impressionnant.
- Les processions/défilés de personnes (ce qui peut arriver même sans mikoshi et divinité de sanctuaire à balader) sont aussi des événements habituels. Il n'y a qu'à Kyôto que j'ai vu des processions vraiment impressionnantes, principalement Aoi Matsuri et Jidai Matsuri, où des centaines (voir des milliers) de Japonais en costumes défilent. Pour comparaison, j'étais à Tôkyô pour Sanja Matsuri qui est censé être une des trois grosses matsuri de Tôkyô, et la procession était ridicule en comparaison, la circulation de la rue n'était même pas coupée !

Ca ce sont les types habituels de matsuri, mais il y en a vraiment de tous genres, jusqu'à des choses bien farfelues. Vous pouvez voir de la glace pour Yuki Matsuri (Sapporo), du feu à Kurama No Hi Matsuri (Kurama), de la lumière à Setsubun Mantoro (Nara), des garçons très dénudés se faire arroser d'eau froide pour Doya Doya (Osaka)... des matsuri et des fêtes, il y en a tout le temps, partout, et il ne faut pas hésiter à y aller/y participer !
J'ai assisté/participé à des dizaines de matsuri et je n'ai jamais regretté, à part peut-être pour Sanja Matsuri, et encore, les stands de bouffe étaient chouettes.

Et vous, avez-vous déjà assisté à des matsuri ? Lesquelles conseillez vous ?

 

 

Article intéressant ?
4.67/5 (3 votes)

Découvrez les autres articles de histoirede

Commentaires

19 Novembre 2015
13:45

Merci pour cet article, je me donne pour objectif de partir pour la première fois au Japon fin 2016 (Octobre - Novembre) et je suis très curieuse quant aux matsuris, j'espère avoir l'occasion d'en voir au moins une :)

23 Novembre 2015
13:27

Merci pour le commentaire, Azmaria :)
Je te laisse voir le commentaire juste sous le tien qui justement parle de très bonnes matsuri en octobre/novembre. J'espère que tu pourras y assister !

19 Novembre 2015
14:00

Hello,
Durant mes voyages j'ai eu l'occasion d'en faire quelques un, tous durant la période Octobre/Novembre :
Jidai Matsuri : Excellent surtout quand il fait beau, des milliers de costumes.
Kurama Matsuri : Mon préféré, attention les places sont chers, le village où il se déroule est vite remplie. C'est le même jour que le Jidai, il est quand même possible de faire les deux.
Karatsu Matsuri : Un grand festival avec portée de char. Très bonne ambiance festive. A faire !

Le lien vers mon album matsuri, Karatsu étant encore tout frais je n'ai pas encore ajouté les photos : https://www.flickr.com/photos/fzfoto/albums/72157637758473003

19 Novembre 2015
14:04

J'irai jeter un œil, merci beaucoup ça fait rêver !

23 Novembre 2015
13:30

Effectivement, c'est tout à fait possible "d'enchaîner" Jidai Matsuri et Kurama no Hi Matsuri.
Conseil pour le 2e : achetez votre ticket de train retour pour Kyôto à la gare de Demachiyanagi avant de partir ou en arrivant à Kurama.
Le festival est moins blindé au tout début (vers 18h), mais les feux viennent d'être allumés, ils ne sont donc pas au maximum. Néanmoins, si vous avez du mal avec le sur-place, je vous conseille vraiment d'y aller avant 19h.

24 Novembre 2016
16:21

nous serons à Tokyo pour le 8 avril 2017, si je ne trompe pas c'est la date du Hana Matsuri. Mais je ne sais pas où aller pour vivre cet évènement ....
je pense qu'au temple Sensoji il va y avoir du monde .... un conseil ? un temple plus petit mais avec une belle fête ?
merci

Ajouter un commentaire