IMG_0552

"Ano... Shashin wa ii desuka ?"

Pour beaucoup de voyageurs, la photo a eu une place essentiel dans le récit que l'on fera au retour. Si comme moi, vous n'êtes pas un maître des mots et du phrasé élégant, une belle photo réussie vaut tous les qualificatifs du monde.

Seulement voilà, avant même de montrer vos photos à votre entourage, il va falloir les prendre. Très souvent une destination comme le Japon, apparaissant exceptionnel, pourrait amener le voyageur à réfléchir sur un investissement dans du matériel photo. Le but de cet article est de vous conseiller modestement mais avec une vraie réflexion que j'ai moi-même menée. Mais aussi un constat tiré de certaines situations dont j'ai été témoin.

Smartphone, compact, bridge ou Réflex ?

J'aurais envie de dire que la réponse tient autant dans votre niveau en matière en photographie que des situations dans lesquelles vous êtes susceptibles de vous retrouver. Si je prends mon expérience personnelle, je savais qu'au cours de mon voyage j'allais pas mal bouger. Je possède déjà un Canon Powershot SX10 (compact bridge) que je maîtrise. Je souhaite également avoir la possibilité de faire des photos de nuit. Dans la mesure où mon APN n'est clairement pas équipé d'un mode "scène de nuit à main levé", il va me falloir un trépieds. Je reviendrai sur ce point un peu plus tard.

On pense souvent que l'on fera de meilleures photos avec LE REFLEX ! FAUX ! Une photo réussie est un ensemble de paramètres, de facteurs :

  • connaissances en photographie
  • maîtrise du matériel
  • situation (calme, mouvementée, convivial, hostile etc...)
  • chance (plus souvent qu'on ne le croit...)
  • météo

Autrement dit, soyez à l'aise avec votre appareil. Prenez le temps d'apprendre à l'utiliser. On peut trouver également de nombreux tutoriaux qui font office de "cours". N'hésitez pas aussi à regarder le travail des autres. S'il ne s'agit pas de faire la même photo que PRo_91 ou pHoToGrApHe_bestever, il est parfois bon d'avoir des points de vue et de regarder les données exif (ouverture, temps d'exposition, sensibilité...). Là, je vous parle de technique pure et dure mais cela a aussi son importance. Des paramètres que vous pouvez choisir d'étudier ou bien vous pouvez laisser le mode auto et cela est bien suffisant dans la plupart des situations dites idéales.

Il y a également les modes (nuit, paysage, portrait etc.) avec les paramètres déjà tout prêts. Là aussi, si vous êtes un peu pris par le temps et qu'il faut dégainer quasiment dans l'instant, la plupart des appareils font du très bon travail.

Exemple de photos prises en Islande en 2008 avec un Powershot A80 (compact numérique) :

Yep, un compact ça peut largement le faire ;)

Avant de prendre des libertés artistiques il n'est pas mauvais d'étudier quelques règles de base.

Une photo propre en matière de composition c'est la règle des tiers ou comment bien proportionner les éléments que vous voulez montrer. En ce qui concerne le fait de centrer vos sujets, c'est là encore une notion qui fait débat. Je me suis souvent fait reprocher, au début, d'en abuser. Là encore, tout est une question de point de vue. Il est vrai que le décentrage dans certains cas mette mieux votre sujet en valeur. Par exemple, le tori de Miyajima sur cette photo. Si je l'avais centrer, il aurait été comme perdu parmi les autres éléments : la mer, l'île, le ciel. Il est ici plus "habillé" et mieux accompagné.

Si tout cela vous ennuie que vous ne souhaitez que faire quelques photos sans vous prendre la tête, le smartphone peut aussi répondre à vos attentes. Lorsque je vois les clichés que peut produire un iPhone 4s/5 par exemple, c'est vraiment pas mal. Par contre, en dessous d'un capteur de 8 millions de pixels, le résultat est déjà bien moins beau (l'échantillon ci-dessous le prouve iPhone 3G) .

Je vois déjà les puristes me balancer des cailloux. C'est David Michaud (photographe professionnel et auteur du blog lejapon.fr) qui me l'avait expliqué. Une des meilleures photo du Mont Fuji qui l'ait prise fut avec un APN compact. Bon moment, réactivité, paramètres photos bien réglés et clic-clac merci Kodac c'est dans la boîte.

Le smartphone peut aussi être un compagnon idéal pour être discret. On n'aime pas toujours se faire tirer le portrait par un gros objectif ;) Ou bien pour des petits détails du "paysage" qui eux non plus n'ont pas un intérêt réel à bénéficier d'un capteur milliard de pixels @_@!

Je reviens donc à mon expérience. Je suis au final très content d'avoir pris mon bridge Canon. Déjà parce qu'il s'adapte à pas mal de situations. Bonne qualité des photos, zoom assez important permettant d'aller chercher des détails assez loin. Mais il m'a fallu accepter aussi le fait que mon "compagnon" avait ses limites. C'est aussi un point que vous devez considérer. Si aujourd'hui, même un compact peut faire de très bonnes photos, il ne pourra pas s'aligner avec un réflex sur toutes les situations.

Après qui dit réflex, dit aussi objectifs à trimbaler. Et selon les circonstances, ce n'est pas toujours évident. Toutefois, qualitativement un bon objectif a aussi ses avantages. Après, on peut me dire que je me suis bien trimbalé mon trépieds pendant un mois. Guère plus léger que certains objectifs... Les réflexes ont aussi l'avantage, pour certains, de monter assez haut dans les ISO (sensibilité à la lumière) et de permettre des clichés avec peu de lumière sans que le bruit (grain sur l'image) ne soit gênant. Bien sûr, je ne suis pas un expert sur le sujet mais ce sont quelques notions qui parlent.

On peut aussi envisager la combinaison réflex + compact/bridge et s'assurer d'être paré pour l'ensemble des situations. A vous de voir avec quel matériel vous vous sentirez à l'aise. Comme dit plus haut, un réflex n'est pas un artefact magique qui ne vous fera que d'excellentes photos façon National Geographic. J'ai parmi mes connaissances des gens fiers de leur gros Canon ou Nikon ultra perfectionné "milliard de pixels" et qui font des photos très moyennes car il manque de maîtrise.

Le trépieds

Des trépieds, on en trouve à tous les prix. Différents matériaux, finitions. Lorsque j'ai démarré mes recherches, je serais presque parti en acheter un tout basique au Lidl du coin. Mon ami, chef opérateur de formation, m'a alors plutôt orienté vers la marque Manfrotto. Ce n'est pas le même prix, c'est sûr. Pourtant, je n'ai pas regretté d'y avoir mis les moyens. Léger mais solide (fibre de carbone merci), souple d'utilisation une fois dégrippé il fut mon second compagnon. L'autre élément non négligeable : le niveau à bulle pour avoir des photos bien droites horizontalement. On peut trouver que le "penché" 45° donne un côté artistique. Certes mais pas sur 200 photos non plus.

Pour des clichés nocturnes, un trépieds c'est bien. En dehors de la simple technique (exposition / ouverture), cela va vous permettre de vous poser. De réfléchir votre cadrage.

Pour parler de mon expérience à Tokyo c'est d'ailleurs impressionnant de voir comment la foule vous respecte. Je me suis posté en plein carrefour de Shibuya sans jamais me faire bousculer, ni même que mon trépieds ne bascule. Après une fois le feu repassé au vert, oui il vaut mieux dégager c'est comme ailleurs ^_^!

C'est aussi l'occasion, de travailler le style avec le mouvement de la foule, des lumières des véhicules etc. L'artiste c'est vous, lâchez-vous. De jour, comme de nuit.

Les cartes mémoires ne doivent pas être négligées non plus. Selon l'appareil et ea format (Raw/Jpeg), la taille de vos fichiers varie. Vous aurez envie de vous faire plaisir, pensez donc à des stockages suffisamment important.

Politesse et respect

Au Japon, il m'est rarement arrivé d'être confronté à des refus catégoriques de la part des gens que je souhaitais photographier. Mais ça arrive. Si votre sujet c'est la foule, soyez discret. Si c'est une personne en particulier demandez-lui, ça passe bien mieux. Un Japonais qui ne veut pas être pris en photo vous répondra poliment ou vous signalera son refus par les coudes (ou les mains) croisé(e)s. Dans ce dernier cas, inutile d'insister c'est NON.

Il arrive parfois, que l'on n'ait pas très envie de manquer une opportunité. Ce fut mon cas à Kyoto où je suis tombé sur un tournage avec des gens en costume. Bien sûr que l'assistante de production m'a dit non. Mais avouez que cela n'arrive pas tous les jours. Quelques mètres plus loin, zoom sorti et hop souvenir en poche. Sans que personne ne se sente agressé. Petit souvenir que je partage avec vous :

Il est évident que mon article n'a rien d'exhaustif et que l'on pourrait en dire tellement plus. J'espère juste que ces conseils aideront certains dans leur préparatifs et pas uniquement pour le Japon.

Cet article est proposé par la communauté des membres Kanpai dans le cadre du module Kakikomi. Il ne reflète pas nécessairement le point de vue de la rédaction de Kanpai.
Par gambarimasu Dernière mise à jour le 20 novembre 2014