Nights of Azure édition limitée NISA Européen

En ce jour un peu particulier de l'année est sorti Nights of Azure ou Yoru no Nai Kuni (よるのないくに) de son appellation Japonaise, le nouveau-né du développeur Gust (la série Atelier, Ar Tonelico).
Je vous propose de faire un tour d'horizon du collector limité PS4 qui m'est parvenu ce matin même pour le jour J.

Me voici donc face à un beau coffret au format du boîtier du jeu (en plus épais évidemment) avec deux illustrations des héroïnes, Arnice (recto) et Lilysse (verso), renfermant le jeu bien entendu, un livret d'illustrations de 40 pages et un CD de musiques.

Le livret renferme ce que j'en attendais, c'est-à-dire illustrations, fiches personnages avec commentaires de l'équipe et de l'illustrateur (traduits en anglais), des croquis préparatoires ainsi que des modèles 3D, tout en couleur imprimé sur papier cartonné. Désolé de l'absence de clichés du contenu, mais j'ai préféré ne pas jouer avec la couverture rigide de l'objet, d'autant plus que je ne sais pas prendre de photos à une main correcte tout
en tenant l'objet.

Le CD de musiques (à l'effigie d'Arnice) contient 36 pistes pour environ 68 minutes et 20 secondes de musique. Attention cependant, bien que l'intitulé Official Soundtrack soit (quasi) identique à son homologue nippon,
le second CD (à l'effigie de Lilysse cette fois) est absent de l'édition occidentale !

Parlons à présent du boîtier du jeu qui propose une sérigraphie différente de la jaquette sur le Blu-ray du jeu, mais à ma grande surprise, aucune présence de notice, juste un papier de garantie de 90 jours multi-langues de l'éditeur Koei Tecmo. J'étais déjà un peu mécontent de la notice basique de Tales of Zestiria qui était épaisse car en de nombreuses langues (8 à 10 pages par pays) pour l'édition collector du marché européen, mais là, c'est le néant total. Je dois certainement sonner comme un vieux con (de trentenaire que je suis) à l'heure où le dématérialisé est très présent, mais ce genre de chose me chagrine particulièrement après avoir investi une certaine somme dans un collector qui représente une sorte de Graal à l'opposé du jeu sur PC / Steam.

Le coffret à présent détaillé, il est temps de passer aux cinq cartes cartonnées reprenant des visuels déjà croisés dans le livret Official Art Book. Ces cartes sont légèrement plus hautes que le boîtier du coffret, c'est peine perdue de tenter de les insérer dedans au risque de déformer le rabat de fermeture.

Néanmoins, la cerise sur le gâteau qui a contribué à me procurer cette édition limitée est le poster en tissu de 140 cm de large (soit mon lit) dont l'illustration se suffit à elle-même.

Je ne vous parlerai pas du jeu, ne possédant pas encore la console dédiée mais des raisons qui m'ont poussé à prendre cette édition limitée. Le titre a éveillé ma curiosité car il s'agissait d'une nouvelle licence, et que j'ai rapidement succombé au charme des illustrations de Yoshiku (四々九) et de la relation aux relents yuri entre les deux amies, détail qui a son importance quand on vénère la licence Nanoha depuis une décennie. De plus,
le système de combat m'a l'air dynamique et nerveux à l'instar des Tales of, avec gestion de familiers.

Pour aller plus loin : commander sur le site de NISA

Comme indiqué dans le titre, cette édition limitée était disponible exclusivement sur le site de la branche européenne de NISA, c'est parti comme des petits pains en à peine une semaine.

Précommande effectuée le 28 janvier (jour de l'ouverture) et création de mon compte sur le site par la même occasion, le processus était simple et intuitif. Bien que le débit de la commande ne soit pas immédiat, le site précise que c'est pré-chargé, puis débité 30 jours plus tard. Je l'ai constaté lorsqu'une commande d'un montant ridicule sur CDJapan m'a été refusée car mon solde était un peu juste (mais que ça passait quand même selon moi). Ironie pour une boutique s'adressant au territoire européen, paiement exclusivement en £, coucou le taux de change.

De plus, les frais de ports (9£, ici) sont à la charge de l'acheteur, uniquement en envoi rapide via DPD.

Expédié le 30 mars dans l'après-midi, et reçu le 1er avril vers 10h du matin. Chronopost (qui fait partie du groupe DPD) a pris le relais sur le territoire français. La livraison s'est bien déroulée, le livreur a sonné puis m'a présenté son registre à signer lors de la récupération du colis.

D'ailleurs, vu la transparence totale de NISA sur le colis, à mon humble avis, vaut mieux qu'il soit suivi / assuré...

J'allais oublier les bonus de précommande, composé d'un pack de trois thèmes et du familier spécial Gust-chan (la mascotte du développeur jouable pour la toute première fois je crois) sous la forme de 2 codes à entrer sur le PSN.

Je m'en suis tiré pour la rondelette somme de 107,29€ (grâce à une réduction utilisée suite à un défaut de production de CD sur le collector de Persona 4 Dancing All Night), un peu cher à mon goût, mais je suis tout de même satisfait. Bien que ce collector ne soit pas une déclinaison à l'identique de son homologue Japonais.

En passant, merci à Ichikyo pour m'avoir alerté au sujet de l'OST.

Article intéressant ?
5/5 (2 votes)

Galerie photos

  • Contenu non déballé
  • Contenu avant
  • Contenu arrière
  • Intérieur des boîtes
  • Cartes cartonnées
  • Long poster
  • Bonus précommande

Découvrez les autres articles de FinalFan

Commentaires

Ajouter un commentaire