Festival de la Terre et de l'Eau de Niigata

Du 14 juillet au 8 octobre se déroule cette année à Niigata le festival de la Terre et de l'Eau. Quatrième édition du festival né en 2009, ce festival d'art moderne (entre autres) avait cette année pour objectif d'établir une connexion entre Niigata, le reste du Japon, et le monde, avec la problématique suivante : "D'où venons-nous, et où allons-nous ?". C'est à partir de cet axe de réflexion que la ville a invité quelques dizaines d'artistes japonais et étrangers à exposer leur art au cœur de la ville et de ses alentours. La spécificité de ce festival est qu'il réussit parfaitement à insérer des pièces d'art moderne au cœur de lieux culturels traditionnels de la région, et qu’il met à l’honneur les habitants de la région, qui partagent pendant le temps de ce festival leur savoir-faire et la richesse de leur culture.

Le lieu principal du festival est surement l'espace d'exposition Bandaijima. Cette ancienne coopérative de pêcheur, au cœur du port de Niigata, est devenu un lieu public qui pendant le festival accueille de nombreuses œuvres. Et l'endroit est parfait pour accueillir chacune des pièces, dont la thématique s'articule autour du monde de la mer et de l'eau, qui sont en parfait osmoses avec ce lieu dont la première vie a été marquée par la pêche. Que ce soit des dizaines de bateaux en tissu flottant en l'air, suspendus au plafond par de simples fils blancs, ou une installation gonflable dans laquelle on peut évoluer, et qui nous plonge oniriquement dans une mer imaginaire, le visiteur est transporté d'un univers à l'autre par chaque artiste, explorant chaque facette du monde marin vu par ces plasticiens.

Mais la force de ce festival est qu'il nous balade dans tout Niigata : l'espace Bandaijima n'est qu'une partie de ce qu'il y a à voir. Pour seulement 500 yens, on peut se procurer un pass de bus nous permettant d'aller d'un lieu à un autre pendant toute une journée, ce qui est suffisant pour faire le tour des principales attractions du festival.

Le passé, et le futur, voilà sur quoi s'interrogent les artistes invités à ce festival. C'est pourquoi certaines œuvres vont venir s'insérer dans les lieux qui ont fait le Niigata d'autrefois. Ainsi, les artistes se sont installés dans des endroits au fort patrimoine culturel comme la maison d'été de la famille Saito, la maison Sakyukan, ou bien l'annexe du musée des cultures du nord. Le lieu qui a particulièrement attiré mon attention fut la maison de la famille Saito, témoin de la prospérité de Niigata à l’ère Meiji, construite dans les années 1920 par la famille Saito, à l'époque parmi les plus riches du Japon. Cette demeure magnifique au cœur de la ville moderne, avec son salon complètement ouvert sur un jardin traditionnel de toute beauté, permet à quelques œuvres de s'insérer en son cœur. La maison Sakyukan, ancienne résidence d'un riche banquier de la ville, est complètement en osmose avec les œuvres qui l'habitent le temps du festival. Dans chaque pièce, et même dans le jardin, les artistes se sont installés et le résultat est fascinant. La confrontation du moderne et du traditionnel est ici frappante, et le parfait exemple est l'œuvre de Endo Toshikatsu (Trieb - Tatami, modern), qui présente une pile de tatami brûlés au milieu d'une pièce, comme une remise en question directe du Japon traditionnel dans lequel il a été élevé.

Le festival est aussi présent dans les quelques musées de la ville, mais va aussi s'implanter dans des endroits beaucoup plus inattendus. On retrouve ainsi des œuvres en extérieur, dans des parcs de la région, ou même sur la plage, et qui se fondent parfaitement avec les paysages de la région. Certaines œuvres et évènements sont aussi disposées dans des lieux au cœur de la ville, comme la gare par exemple.

Enfin, la force de cet évènement est qu'il encourage et développe un grand nombre d'initiatives entreprises par des locaux, de simples citoyens qui veulent entreprendre au niveau de leur région et qui mettent en avant la richesse de leur terroir à travers ces initiatives. Par exemple, des artisans vont ouvrir leurs ateliers au public afin de partager leur savoir-faire traditionnel, savoir-faire qui est une richesse culturelle de la région et qui est remis au goût du jour par ces initiatives. On retrouve aussi des ateliers culturels, artistiques, ouvert à tous, et organisés par la communauté locale.

Si une grande partie du public de ce festival est composée des habitants de la région, qui veulent découvrir et partager la culture propre à leur province, le festival se veut un festival ouvert à tous, offrant une plongée incroyable dans la richesse infinie du terroir de cette région. La diversité des opportunités proposées par le festival de la terre et de l'eau suffit à elle seule pour justifier un voyage jusqu'à Niigata, qui regorge également d'opportunités intéressantes en dehors du festival.

Article intéressant ?
5/5 (1 vote)

Galerie photos

  • dsc_0013
  • exp
  • lim
  • dsc_0010
  • moi
  • dsc_0021
  • dsc_0014

Commentaires

Ajouter un commentaire