studio_20190320_132713

2019 - J+5 : Kyoto (2)

Aujourd'hui, le soleil était au rendez-vous, ce qui nous a permis de suivre un programme assez ambitieux composé de plusieurs temples et Sanctuaires majeurs de Kyotô. Nous avons commencé la journée par la visite du Kitano Tenmangu, important sanctuaire, visiblement consacré à la vache, dont les cerisiers avaient commencé leur floraison. En sortant du temple, nous avons sympathisé avec un vieil original qui nous a aidé à trouver notre chemin. À peine avait-il appris que nous étions français qu'il s'est mis à réciter les noms des présidents français depuis Mitterrand avant de nous singer la Marseillaise ! Sacrés japonais !

studio_20190320_132006

studio_20190320_132205

studio_20190320_132458

studio_20190320_132240

Nous avons poursuivi notre périple par le fameux temple Ginkaku, célèbre pour son pavillon qui n'a d'argent que le nom (mais dont les lignes sont parfaites) et son splendide jardin de mousses japonais digne du Kokedera.

studio_20190320_132550

Près du pavillon se trouvait un étrange cône de sable.

studio_20190320_132713

studio_20190320_132744

Chaque petite source est l'occasion de donner quelques yens.

studio_20190320_134500

Ayant descendu la promenade du Chemin des philosophes en prenant avec philosophie l'absence de fleurs des nombreux cerisiers qui longent le cours d'eau, nous avons bifurqué pour rejoindre l'immense Heihan Jinju. Après avoir obtenu une calligraphie supplémentaire dans mon carnet de pèlerinage, j'ai oublié ma tablette numérique sur une table du Sanctuaire. Ça aurait pu être la fin de ce journal de voyage si un japonais très serviable (synonyme de "très japonais") n'avait pas accouru pour me rapporter mon outil numérique...

studio_20190320_133054

studio_20190320_132905

studio_20190320_133310

Voici un exemple d'étal de boulangerie japonaise.

studio_20190320_133140

Devant le sanctuaire se trouvait le 2ème plus haut Torii du Japon !

studio_20190320_133214

studio_20190320_133241

Pour l'après midi, nous avons exploré Fushimi Inari-taicha et ses centaines (milliers ?) de Torii et renoué avec les jeunes filles en kimono après une matinée de disette. Si le début du parcours est noir de monde, la foule s'estompe ensuite au fur et à mesure qu'on s'enfonce dans la montagne. Après plusieurs heures passées à monter et à descendre les escaliers, l'envie d'un bon bain chaud (à la japonaise) et d'un fûton se fait tout de même ressentir !

studio_20190320_134038

studio_20190320_133345

studio_20190320_133417

Ces grappes de 1000 grues en origami étaient incroyables !

studio_20190320_133613

studio_20190320_133706

Nous sommes à présent à la moitié de notre périple. Nous allons pouvoir nous éloigner des métropoles et découvrir un Japon plus tranquille !

studio_20190320_133533

Cet article est proposé par la communauté des membres Kanpai dans le cadre du module Kakikomi. Il ne reflète pas nécessairement le point de vue de la rédaction de Kanpai.
Par daruma Dernière mise à jour le 25 mars 2019