Revoir l'automne 2: Kyushu, volcans et merveilles

Un immense ciel bleu surplombe la gare de Fukuoka, difficile de voir le mois d'Octobre sous ces latitudes. Bye bye le béton, les Girls Bar et les néons. Shinkansen. Kumamoto. On quitte les grandes lignes, les 2 wagons rouge du Trans Kyushu Express dégagent un charme désuet, et de petites stations en petites stations, le relief se fait plus présent, de plus en plus vert aussi.Maisons et jardins en bord de route nous entraînent toujours plus vers la campagne, couleurs des fleurs au bord des rails, microscopiques mamies pliées en 2 dans les potagers, voitures pots de yaourts rose bonbon, et l'impression d'évoluer dans un monde en miniature. Déroutant pour un grand échala blond de 2 metres de haut !

Montagne, montagne, foret dense des cryptomères qui défilent... Des fumerolles blanches qui s'échappent du sol dans un paysage à mi chemin entre jungle et alpages, et au loin se dessine soudain la silhouette d'un grand volcan orné d'un panache de fumée.Descente du train. Personne à la reception, alors on pose les sacs et on part se balader sous les grands arbres. Araignées jaunes et noires, fraicheur humide du sous bois, bambous aussi épais qu'un bras, petit sanctuaire perdu sous la mousse...En redescendant au village, des troupes de gamins curieux nous lancent des "Hello ! Awa you ?" enthousiastes et nous suivent en se planquant des que l'on fait mine de se retourner.
"HO MERDE, ON S'EST PLANTE DE BACKPACKERS !!" Demi tour donc pour le versant sud du volcan, direction Choyo, petit bled paumé dans la campagne avoisinante, nous voila perdu au milieu de la nuit. Rarement été aussi content d'arriver et de profiter des joies du onsen tout proche. Sous les étoiles en face de nous le volcan fumotte toujours; reste tranquille Aso-san, nous allons venir te voir de plus pres.
Grimper sur un volcan et une grande premiere pour moi, très impressionné par la puissance tellurique,le grondement de la terre, et la fragilité de l'archipel me revient alors à l'esprit.Ici le sol est vivant.

Beppu. Ville de vapeur et d'eau chaude, cité comme posé sur une cocotte minute, ou des colonnes de fumée s'échappent partout à travers la ville, environnée d'une penetrante odeur de soufre, ou bien d'oeuf pourri, les opinions divergent. Ryokan au charme désuet qui vous ramène dans un décor des années 80, vieux bibelots et masques venitiens accrochés au mur, onsen intimiste au milieu d'un petit jardin.Gare aux moustiques ! Session délirante et incompréhensible de télévision japonaise, on trinque nos coupe de saké dans nos yukatas à motifs de papillons, direction le sommeil.
Enfers de Beppu, entre phénomenes géothermiques spectaculaires et parc d'attractions pour touristes, mélange pele mele de zoo sordide et de jardins raffinés. De l'eau rouge, de l'eau bleue, des geysers, ils sont nombreux à venir contempler le spectacle de la terre qui s'exprime...Quel dommage d'avoir dénaturé certaines de ces sources par de banales attractions mercantiles, remarque, il y peut être des gens que ça intéresse de voir des animaux en cage et des crocodiles nourri au nuggets de poulet.

J'ai enfin trouvé l'automne en haut du mont Tsurumi, montée en cable-car qui dévoile les montagnes embrumées à l'ouest, la mer interieure et la ville à l'Est, ici en altitude les arbres ont quelques semaines d'avance, l'air est plus frais et l'agitation inexistante, comme l'impression d'une ile au milieu du ciel... Allez on redescend sur terre, direction la gare maritime et ses énormes ferry, encore une fois le sentiment de désuétude charmant, comme si le temps s'était arrêté il y a 30 ans. Sur mon banc en plastique beige qui grince je regarde les préparatifs du voyage nocturne qui nous conduira dans le ventre d'Osaka, arrivée prévue au petit matin...

Mais ceci est une autre histoire !

Prochaine étape : Kansaï connection

Article intéressant ?
5/5 (2 votes)

Galerie photos

  • aso1
  • aso3
  • beppu3
  • hells_kitchen
  • boudhist
  • lost_temple_small

Découvrez les autres articles de Beno

Commentaires

26 Octobre 2015
16:01

effectivement je crois que les zoo sordides choquent pas mal de touristes occidentaux... j'ai souvenir de YAMA JIGOKU ou les paons avaient perdu une partie de leur plumage tellement ils étaient mal traités. ma femme et moi même y sommes à peine 2 min avant de quitter cet "enfer" pour animaux. pareil pour les crocodiles... d'ailleurs je ne garde pas un grand souvenir de cette ville.

Ajouter un commentaire