P1070430

Je vous emmène au musée...

Un de ces jours où on colle et on coule comme si Tokyo était déjà au plus chaud de l'été, je vous emmène prendre le frais au Nezu Museum.

Facile : sortie A5 Ometesando du Tokyo Métro Ginza Line et une petite ballade à pied dans le quartier résidentiel d'Aoyama.

Ce n’est pas le plus connu des musées de Tokyo, mais très intimiste et raffiné. Pas ou peu de touristes, des japonaises en kimono chuchotent et glissent entre les paravents anciens…

Quelques explications pour faire l’érudite : on doit cet endroit au riche industriel et président de Tobu Railway : NEZU Kaichiro (1860-1940) Adepte de « la voie du thé » sa sublime collection s’attache à tous les arts liés au thé, céramique, bronze, calligraphie, sculpture, peinture… Vous trouverez là des exemples du« Blue Clear Montain », esthétique du thé du XIIIe siècle chinois. Et, non moins connu et vénéré comme Trésor National, les "Iris" le célèbre paravent de la collection Rinpa.

Personnellement ce sont les panneaux peints que j’ai le plus admirés, dans leur finesse et leur grande modernité.

Les collections ont d’abord été installées dans la résidence privée Nezu, située dans un grand jardin traditionnel foisonnant où se nichent un étang et des maisons de thé.

Le nouveau bâtiment conçu en 2009 par Kengo Kuma, au même endroit, s’appuie sur l’harmonie japonaise.

Tout de verre et acier, il semble absorber la nature dans les espaces intérieurs autant qu'il s'ouvre à l'extérieur.

En cascade d’escaliers de vieilles pierres, le jardin divague de terrasse en terrasse. C’est une bénédiction de feuillages verts et rafraîchissants.

La végétation luxuriante semble avoir engendré d’étranges créatures.

Et puis on distingue, qui brillent dans le soleil doré de l’étang tout en bas, ces bleus et verts admirés sur le panneau des « Iris »…

Ils ont là, les iris, très exactement les mêmes…On ne sait si on doit s’abîmer dans la contemplation de ceux qui ondoient sur l'étang ou remonter s’extasier devant ceux peints aux XVe siécle…

J’ai attendu mon tour pour m’installer comme au spectacle devant les baies du Nezu Café. Pour maintenir l’héritage du fondateur, c’est une « chashitsu » d’aujourd’hui.

Le Musée Nezu m’a donné en cadeau de belles émotions esthétiques, et dans la frénésie tokyoïte, ce moment magique de frais silence et de calme vert. Je vous souhaite le même bonheur si vous le visitez.

Je suis rentrée en flânant par Ometesando où le soleil couchait sur le pavé les ombres du soir.

Par beforetheboom Publié en juin 2013 - mis à jour en septembre 2018