Osorezan, voyage au bout de l'enfer

Nb. Je n'arrive pas à redresser certaines photos, si quelqu'un a un conseil, je suis preneuse !

Ce qu'on peut dire avec certitude, c'est qu'on ne se rend pas au mont Osore par hasard. Pour vous y rendre depuis Aomori, la grande ville la plus proche, il vous faudra prendre un train de la compagnie Aoimori à destination de Noheji, puis changer pour la ligne JR Ominato. Cette ligne comporte une seule voie de circulation à l'exception de la gare de Mutsu-Yokohama, au milieu de la ligne, où les trains se croisent. Une fois descendu-e-s à l'avant-dernière gare (Shimokita), il vous faudra prendre l'un des quatre bus quotidiens (en été) reliant la gare au temple, en passant par le centre-ville de Mutsu.

Le trajet en bus est impressionnant. Au début, les bus traverse la ville, comme n'importe quel autre, puis commence une ascension sur une route sinueuse. La montée est très raide ; le temple est à environ 900 mètres d'altitude, le point de départ est à peu près au niveau de la mer, et il doit y avoir une quinzaine de kilomètres. On se retrouve rapidement au cœur d'une grande forêt.

Dès la sortie de la ville, une bande enregistrée donne des explications sur l'histoire du temple (en japonais uniquement). Je n'ai pas compris grand-chose, mais j'ai eu des explications en anglais par après. En gros, Ennin, un moine japonais était en voyage d'études en Chine. Un soir, il devait avoir pas mal picolé, une apparition lui a dit qu'à son retour au Japon, il devrait fonder un temple au bord d'un lac entouré de huit montagnes, à une trentaine de jours de marche au nord de Kyoto. Les huit montagnes sont un symbole bouddhiste : les fleurs de lotus ont huit pétales.

Après une grosse demie-heure dans la forêt, le paysage se dégage soudainement , et on découvre une grand lac entouré de montagnes, et le temple, qui marque le terminus de la ligne. Un peu avant d'arriver au temple, le bus passe devant ce pont.

Selon la tradition Japonaise, vous (ou plutôt votre âme) devrez traverser la petite rivière pour passer dans l'autre monde. C'est l'équivalent japonais du Styx. Deux démons vous jugeront et pèseront vos péchés. Si vous avez eu une bonne vie, vous passez sur le pont. Si c'est moyen, vous passez à gué. Si vous avez été une mauvaise personne vous passez dans la rivière, qui est dans la légende infestée de serpents et autres joyeusetés.

Le bus s'arrête un peu plus loin. Une statue de Ennin, le moine fondateur, garde l'entrée :

De là, on peut rentrer dans le temple. L'entrée donne accès à un vaste complexe. Ce qui est frappant dès l'entrée est la présence de nombreux petits moulinets qui s'agitent dans le vent. Ce sont des offrandes des pèlerins qui visitent le temple.

La plupart des visiteurs sont des personnes venues prier pour des morts, en particulier des parents ayant perdu un enfant. Il y a beaucoup de statues de Jizo un peu partout, et de nombreuses offrandes.

Les pèlerins peuvent aussi communiquer avec les morts lors de festivals organisés chaque année en juillet et en octobre. A ces occasions, des médiums, en général des vielles femmes aveugles appelées Itako font le lien entre les vivants et les morts. A défaut, vous pouvez aussi acheter des bâtons d'encens que vous ferez brûler à la mémoire de vos ancêtres, ou pour votre plaisir personnel.

Le temple propose un hébergement avec des repas fournis. Je suppose que cette expérience de nuit dans un temple est sans doute bien plus authentique que les temples du mont Koya qui sont très touristiques et relativement faciles d'accès. Mais, n'ayant testé ni l'un ni l'autre, cela reste une hypothèse.

L'attrait principal du site reste le cadre naturel spectaculaire. Le temple est séparé du lac par une zone très active sur le plan géothermique. Ca fume et ça sent le souffre. Il y a aussi des ruisseaux et des trous d'eau bouillonnants. Selon la légende, il y aurait exactement 108 trous d'eau qui correspondent aux 108 enfers de la religion bouddhiste. Il y a de nombreuses offrandes un peu partout, en général des moulinets et des pièces de 1 yen.

Les pèlerins construisent aussi des petits tas de pierre. Ces monticules aident les âmes perdues entre les deux mondes pour à retrouver leur chemin et traverser le pont. La plupart de ces âmes sont celles de jeunes enfants.

Après avoir traversé les enfers, on arrive sur une superbe plage qui borde le lac Usori. Le sable est blanc et le lac est bleu vif, une vue digne d'Okinawa en plein milieu des montagnes !

Qui dit activité volcanique dit.... Onsen ! Il y a trois cabanes où vous pourrez vous baigner, deux pour les femmes (女) et un pour les hommes (男). Les bassins sont très simples, mais agréables. L'accès à ces cabanes est inclus dans le prix pour la visite du temple.

L'ambiance lors de ma visite était assez lourde malgré le temps magnifique et les températures estivales. J'ai croisé de nombreux pèlerins qui priaient. Je n'ose pas imaginer ce que ça donne un soir d'octobre.... Je recommande vraiment la visite si vous visitez la région.

Informations pratiques :

Le temple peut se visiter uniquement entre le premier mai et le 31 octobre de chaque année. Il n'y a que trois ou quatre bus par jour, dont les horaires sont disponibles ici: http://www.0175.co.jp/s/s-bus/oyama.html

Pour vous repérer, la partie gauche montre les horaires dans le sens gare -> temple et la partie droite dans le sens temple -> gare. Les arrêts importants à repérer sont :

  • Gare de Shimokita: 下北駅
  • Gare routière (en centre-ville): バスターミナル
  • Mont Osore: 恐山

Vous pouvez utiliser votre JR Pass pour vous rendre à la gare de Shimokita. Le trajet entre Aomori et Noheji (ou Hachinohe et Noheji) est couvert, même si c'est Aoimori Railways qui gère ce tronçon. Les fréquences sont réduites, mais les horaires de bus sont calés avec les horaires de train. Il y a aussi quelques trains directs entre Hachinohe et Shimokita. Mieux vaut vérifier les horaires à l'avance sur Hyperdia.

Le trajet en bus coûte 800 yens depuis la gare de Shimokita (750 depuis la gare routière en centre-ville) aller-simple, à payer en liquide uniquement (pas de cartes de type Suica). C'est un bus de ville basique, et il n'y pas pas de place pour les bagages. Il y a des consignes à bagage à la gare, mais faites attention, le service n'est disponible qu'entre 9 heures et 18 heures.

L'entrée dans le temple coûte 500 yens, et la nuitée coûte 12,000 yens avec le dîner et le petit déjeuner. Les réservations pour dormir au temple se font uniquement par téléphone. A défaut, il y a quelques hôtels à Mutsu, au prix abordables (+/-8000 yens pour une chambre double).

Article intéressant ?
5/5 (9 votes)

Galerie photos

  • img_7010
  • img_7016
  • img_7017
  • img_7021
  • img_7025
  • img_7028
  • img_7032
  • img_7038
  • img_7055
  • img_7056
  • img_7062
  • img_7066
  • img_7067
  • img_7071
  • img_7075
  • img_7077
  • img_7083
  • img_7087

Découvrez les autres articles de AK

Commentaires

Ajouter un commentaire