Prendre le taxi au Japon

Comme dans beaucoup d’autres pays du monde, prendre le taxi au Japon peut parfois rendre service, par exemple :

  • lorsque vous souhaitez rentrer à une heure tardive et qu’il n’y a plus de transport en commun disponible ;
  • pour effectuer des trajets chargés de bagages, entre l’aéroport ou la gare et votre lieu de résidence dans une ville au Japon ;
  • si vous voyagez avec / entre personnes âgées, à mobilité réduite ou de très jeunes enfants ;
  • pour se rendre dans des endroits mal desservis par les trains et bus ;
  • lorsque l'on se sent mal ou que l'on a trop bu.

Puisque les taxis japonais sont sécurisés, souvent très propres et avec une qualité de service impeccable, on les cite parfois comme les meilleurs taxis du monde. Les compagnies sont nombreuses ; rien qu'à Kyoto on en dénombre une soixantaine environ.

Pour la petite anecdote, devenir taxi au Japon peut se faire de manière très simple : il suffit d'avoir trois ans de conduite, et l'obtention de la licence est gratuite. On en compterait 358.000 en circulation en 2015, dont 50.000 rien qu'à Tokyo (selon l'AFP), pour un marché estimé à 25 milliards de dollars au total.

Comment prendre un taxi japonais

Vous pouvez appeler un taxi comme n’importe où dans le monde, en levant la main, mais autour des gares on ne vous prendra qu’à l’emplacement réservé. Il convient alors de se rendre à la station de taxi, généralement bien indiquée, puis de faire la queue en attendant son véhicule.

Dans la rue, un taxi porte la mention :

  • 空車 (kusha) pour libre
  • ou 賃走 (chinsô) pour occupé

Attention : au-delà des grandes artères, il n’y a généralement pas de nom de rue au Japon. Il est donc conseillé d’avoir noté le nom du bâtiment ou encore mieux, de fournir au conducteur une carte de visite ou un plan du lieu où vous souhaitez vous rendre. Car avec un manque d’indications, le chauffeur ne pourra même pas entrer une adresse dans son GPS. Et comme peu de taxis parlent une autre langue que le japonais, un numéro de téléphone local peut rendre service en cas de problème.

Les grandes villes japonaises mettent toutefois en place des initiatives à destination des touristes. Ainsi :

  • Depuis mars 2015, Osaka met en test un service de taxis anglophones munis d'un autocollant "International Visitors Taxi". Courant 2016, les chauffeurs anglophones pourront s'enregistrer auprès du bureau des taxis de la ville pour se faire connaître et mieux accompagner et renseigner les touristes.
  • Depuis mi 2016, l'association principale des taxis à Tokyo a lancé l'initiative "TSTiE" (pour Tokyo Sightseeing Taxi in English) avec des chauffeurs ayant obtenu un score supérieur à 600 points à l'examen d'anglais TOEIC. Ils devraient être 300 à l'horizon 2020.

Par ailleurs, en vue des JO 2020, une société développe actuellement des "robot taxis" : des véhicules sans chauffeur. Il s'agit de DeNa avec l'aide de ZNP, un spécialiste de la robotique.

À l'intérieur du véhicule

La plupart des chauffeurs sont des hommes d’une quarantaine d’années ou plus. Le conducteur est quasiment toujours habillé en costume et porte des gants blancs, parfois même accompagnés d'une casquette d’uniforme. On trouve souvent de la dentelle sur les sièges et les appuis-tête.

À côté du siège conducteur se situe une manette qu’il actionnera pour ouvrir et fermer la porte arrière gauche (côté trottoir) même si vous n’avez pas les bras chargés. Evidemment, il est possible de mettre des valises dans le (relativement petit) coffre ; lui aussi s’ouvre automatiquement. La plupart des voitures japonaises qui font office de taxi sont des modèles Toyota Crown.

Fin 2014, Toyota et Nissan ont annoncé mettre en service 5.000 taxis de type mini-van à partir de mi-2015, en prévision des Jeux Olympiques de Tokyo 2020. Fort de son expérience à New York depuis 2013, Nissan va imposer au Japon également son modèle NV200, qui peut transporter jusqu'à 5 personnes et plusieurs gros bagages, comblant ainsi une plainte récurrente des voyageurs étrangers qui manquent de place dans les habituels modèles japonais. Une vidéo promotionnelle illustre cela :

Tarif et paiement

Le coût des trajets en taxi au Japon dépend des compagnies et des régions. À Tokyo, on voit souvent des forfaits incluant le ou les deux premiers kilomètres : comptez alors environ 730¥ (~6,44€). Généralement, le tarif de la course augmente ensuite par tranches de 90¥ (~0,79€), soit :

  • avec le kilométrage (tous les 280 mètres) ;
  • lorsque le véhicule est à l'arrêt (toutes les 105 secondes.

Comptez également 20% de surcharge en horaires de nuit, généralement de 22h à 5h du matin.

À noter que le plupart du temps, on paye seulement en argent liquide, et si de plus en plus de cartes Visa ou Mastercard sont acceptées, les cartes bancaires et autres cartes de crédit occidentales ne sont pas toujours compatibles avec les machines japonaises, si tant est que le véhicule emprunté en soit équipé. Prévoyez donc de la monnaie avant de monter dans un taxi au Japon.

Evitez d’utiliser le taxi pour des longs trajets car le tarif grimpe vite. Enfin, notez que si vous êtes plusieurs, vous pouvez diviser les frais. Par exemple, à quatre pour un trajet en ville, la course en taxi peut s’avérer plus rapide et à peine moins économique qu’un court déplacement en transports en commun.

10€ de réduction en utilisant Uber

Uber est implanté au Japon, principalement à Tokyo pour l'instant. Le fameux service de voitures avec chauffeur offre des prestations un peu plus haut de gamme, à des tarifs quasiment équivalents à ceux du taxi. Ils offrent de plus un gros avantage par rapport aux taxis japonais : celui de pouvoir réserver en ligne.

Si vous passez par ce lien pour effectuer votre première réservation sur Uber, vous économiserez 10€ sur le montant total de la course :

Uber logo

Bien entendu, la réduction est également valable partout ailleurs dans le monde, par exemple pour vous rendre à l'aéroport dans votre pays d'origine.

Article intéressant ?
4.5/5 (18 votes)

Informations pratiques

Tarif

Retirez vos Yens sans frais avant de partir

En japonais

タクシー

Accompagnement privé

Thématiques associées

Ressources

Tarifs et durées des transports en taxis au Japon et à Tokyo :

Exemple de compagnie : Tokyo Taxi (en anglais)

Pour aller plus loin

Bien préparer son voyage au Japon

Guide de conversation audio au Japon

Kanpai vous suggère également ces articles