10 ans depuis mon premier voyage au Japon...

Première fois à Tokyo en 2003

Il y a dix ans jour pour jour, je partais au Japon pour mon premier voyage. Comme vous le savez, j'y suis retourné à de nombreuses reprises depuis mais, si vous êtes également dans mon cas, il va de soi que le premier voyage au Japon a toujours ce petit quelque chose de particulier.

Je ne vais pas revenir sur mon intérêt pour le Japon, mais les raisons de la mise en branle de ce premier séjour me paraissaient à l'époque assez naturelles : j'étais un jeune adulte d'à peine vingt ans en fac de japonais, avec l'argent de trois étés passés à travailler, poussé par plus d'une décennie d'attrait pour la culture japonaise.

Ce qui est amusant avec du recul, c'est que même pour ce premier voyage, j'ai tout organisé moi-même sans jamais faire appel à une agence, option que je défends toujours aujourd'hui sur Kanpai. Billets d'avion, hébergement, Japan Rail Pass : les réservations se sont faites à la fois sur Internet et par téléphone, avant le grand départ.

Le Japon... ou plutôt, Tokyo

Puis le 23 septembre 2003, j'ai embarqué accompagné de deux potes (dont Julien) pour une quinzaine de jours au Japon. Ou plus exactement, à Tokyo. Car excepté un tout petit crochet par Kyoto, les deux semaines de notre séjour ont été passées dans la capitale japonaise et ses alentours. Difficile de parler de véritable itinéraire et c'est une erreur de débutant que je cherche depuis à faire éviter à tous les primo-voyageurs au Japon.

Bien entendu, il me paraît impensable de visiter le Japon sans découvrir un minimum de Tokyo, mais l'inverse est tout aussi dommageable. À ce moment-là, je ne le savais pas et, venant d'abord pour la culture populaire japonaise (le TGS cristallise bien cela), j'ai laissé échapper beaucoup trop de portes d'entrées culturelles dans mon planning. Je suis donc reparti avec l'impression, de toute façon avérée, de n'avoir rien vu de l'archipel.

À ma décharge, lors de ma préparation, il n'y avait pas l'offre pléthorique des sites sur le Japon comme aujourd'hui, et les bonnes informations autour du tourisme au Japon n'étaient pas aussi simples à obtenir. Le concept même de blog, qui aujourd'hui constitue l'alpha et l'oméga du web Japon pour certains, existait à peine à cette époque.

Pour les plus jeunes d'entre vous, remettons-nous dans le contexte de 2003 : notre vol Air France ne possédait pas d'écran individuel, il fallait payer relativement cher pour une heure d'Internet au Japon puisque le Wifi existait à peine, ne parlons même pas des smartphones ou de la location de carte SIM, ou encore mon appareil photo était encore en argentique.

Vous pouvez d'ailleurs consulter une petite sélection de photos prises pendant ce voyage, en vous amusant à rechercher les différences à plusieurs années d'intervalle.

Un voyage qui a tout changé

J'ai déjà expliqué sur Kanpai que je n'ai pas été abasourdi par mon premier voyage au Japon. Je n'avais pas fantasmé le pays dans sa globalité, j'ai juste été subjugué par un ensemble de petits détails qui font tout son charme. Mais surtout, de cette erreur de trop focaliser mon séjour sur la culture populaire et la capitale japonaises, sont nés deux bienfaits essentiels :

  • j'ai encore décuplé mon intérêt pour le Japon, dans un sens que je n'attendais peut-être pas : sa culture dans son ensemble et l'envie de découvrir toujours plus de ses terres ;
  • Kanpai a entamé sa longue mutation, d'un site très axé jeu vidéo à quelque chose de plus orienté vers le voyage au Japon et la culture japonaise au sens large, ce que beaucoup ne renieront pas !

Ma vision du Japon a réellement changé à partir du moment où j'ai foulé ses îles pour la première fois. Ça n'a pas été le cas par un choc, mais par une lente et profonde découverte de ce pays, ses habitants, sa culture et son histoire, et bien sûr par le prisme de sa langue que je balbutiais déjà.

Le Japon m'a donné envie de le déchiffrer et de le comprendre, de parfois gratter son vernis, souvent de l'embrasser au plus proche, toujours de l'observer, de l'admirer et de voir le maximum de ses facettes, du nord jusqu'au sud. Aujourd'hui, je suis fier de vivre de mon travail qui consiste à parler du Japon, à présenter ses charmes au plus grand nombre, et ce qui inclut d'y retourner régulièrement.

---

À vous de nous raconter votre premier voyage au Japon, vos ressentis et vos erreurs, dans les commentaires !

Article intéressant ?
4.85/5 (40 votes)

Galerie photos

  • loose-socks-2003
  • kinkakuji-2003
  • kyoto-2003
  • maison-the-2003
  • musee-ghibli-2003
  • statue-samurai-2003
  • carrefour-shibuya-2003
  • hachiko-2003
  • carrefour-japon-2003
  • new-koyo-2003
  • asakusa-2003
  • train-2003
  • shinkansen-2003
  • tsukiji-2003
  • odaiba-2003
  • harajuku-2003
  • shibuya-2003
  • akihabara-2003
  • shinjuku-2003
  • kimono-2003

Kanpai vous suggère également ces articles

Destinations associées

Commentaires

23 Septembre 2013
12:21

Moi j'ai fait l'erreur inverse (que je ne regrette pas du tout) : je n'ai pas mis les pieds à Tokyo et j'ai visité plein de petits villages.

Je finirais bien par aller à Tokyo, mais je voulais éviter les grosses foules (... illusoire vous dites ?) et les touristes. En ce sens je m'en étais bien sorti : Osaka en octobre n'étais pas trop fréquenté et les trains japonais permettent de visiter des coins réellement perdus sans trop de complications.

Bien sûr, Tokyo fait envie (et est sans doute magnifique à visiter) mais le japon est tellement différent d'une ville ou d'une région à l'autre qu'il serait vraiment dommage d'y passer tout son séjour :)

Lucile
23 Septembre 2013
12:31

Salut à toi rédacteur de Kanpaï,
premièrement : merci pour ce site, qui m'a été d'une aide précieuse pour mon premier voyage au japon. Tous tes articles, tes avis, tes petits bouts de lexique pratique etc. offrent une base super pour partir serein.

Je reviens tout juste de 15 jours au Japon, au final plus d'émerveillement que de regrets, j'ai mis deux mois à planifier ce voyage dans tous les sens avec l'aide d'une agence (ne parlant pas un mot de japonais et connaissant leur difficulté à parler anglais, j'ai préféré assurer mes arrières).
Un périple qui a commençait à Osaka pour une nuit, puis Koyasan, Kyoto, Kanazawa, Shirakawa go, Takayama et Tokyo. Beaucoup d'heure de marche, de train, de bus mais une vision déjà vaste du Japon central avec un vrai mélange de tradition, de campagne et de paysage que de modernisme et de grande ville.

J'avais essayé de ne pas trop fantasmer mon voyage, de me laisser une vrai part de découverte et de surprise, et je pense que même en lisant énormément de chose sur le Japon, on ne peut pas s'attendre à tout :D
Ce qui m'a d'abord étonnée, ce sont les gens : leur gentillesse, leur accessibilité, leur politesse (certes un peu surfaite), leur altruisme... Le japon pour moi, c'était à la fois des paysages et une architecture traditionnelle magnifique mais aussi tout une enfance passé devant des anime et des jeux vidéos, c'est à la fois les monastères et les manga, les samouraïs et les robots géants. Du coup le Japon c'est un millier de sentiments et d'émotions qui se mélangent, on s'émerveille, on jubile, on a parfois presque l'impression d'être déjà venu et de retrouver de vieux souvenirs.

Si je devais parler de regrets : le manque de temps, j'aurais aimé en voir tellement plus, profiter plus longtemps et pouvoir visiter à nouveaux des endroits à côté desquels je suis passé (pas la bonne heure, pas le bon jours...) Certaines images ont été trop médiatisés, sont devenues trop clichés, du coup on n'est forcément un peu déçu par le carrefour de Shibuya en journée, on est forcément un peu triste de ne pas croisé de Cosplay à Harajuku un jeudi midi...
Un autre regret : ne pas avoir fait la démarche de prendre contact avec des japonais parlant anglais ou français avant de partir pour les retrouver sur place et passer une journée en leur compagnie, c'est un pays où on se sent vite isolée à cause de la barrière de la langue, et on a tellement de questions en tête, tellement d'envie de savoir et de comprendre, qu'il est frustrant de ne pouvoir discuter avec personne (heureusement, quelques japonais ayant vécu à l'étranger sont là pour vous faire la conversation autour d'une bonne bière de temps en temps :) )

C'est un pays dans lequel je retournerais avec intérêt et plaisir, l'archipel et vaste et sa culture et ses paysages le sont tout autant, je pense que c'est de loin mon voyage préférée à ce jour :)

Christelle
23 Septembre 2013
12:41

Comme Jérémie, je ne suis pas du tout allée à Tokyo lors de mon voyage au Japon. Le timing était serré, seulement 8 jours sur place, du coup j'ai fait le choix de me concentrer sur la région du Kansai et sur Kyoto particulièrement pour 2 raisons : la première parce que j'étais plus attirée par le Japon traditionnel et la seconde pour éviter de gaspiller un temps déjà précieux en déplacement entre Tokyo et Kyoto. Je ne regrette pas mon choix. Kyoto est une ville particulièrement riche touristiquement parlant et les 5 jours passés sur place n'étaient pas de trop. Et en plus, cela donne une excuse supplémentaire pour retourner au Japon afin de visiter Tokyo !

23 Septembre 2013
13:46

Mon premier voyage date d'octobre 1990, c'est dire que ça fait un bail.
A l'époque non plus, il n'y avait bien sûr pas de sites Internet ni de blogs pour se documenter et/ou préparer un voyage.
Pour autant, j'ai tout organisé seule, comme toi Gael, pour le billet d'avion, les hôtels, et tout. Sans agence ... avec, pour seul guide avant mon départ, Lonely Planet, et même sans mes amis japonais que j'avais déjà à l'époque, peut-être un peu par pudeur.
Il faut dire que mon "voyage" était peut-être, si j'ose dire, un peu particulier ... j'y allais pour dix jours, a priori pour raisons professionnelles avec une semaine à "visiter" ce qui s'appelait à l'époque le Japan Electronics Show, où j'avais quand même quelques rendez-vous fixés à l'avance, et deux weekends encadrant cette semaine de travail pour "voir du pays". Oh je ne suis pas allée bien loin, quelques visites dans les quartiers de Tokyo d'1/2 journée en semaine, Kamakura et Hakone pour les deux weekends.
Journaliste freelance dans la presse spécialisée de l'industrie électronique, j'avais commencé à apprendre le japonais trois ans auparavant avec des cours du soir d'abord pendant un an, et des cours particuliers par la suite.
Bref, je baragouinais ... un peu. En dépit de ou grâce à ça, d'emblée, j'ai été conquise, et j'ai aussi, je pense, conquis le coeur de mes contacts sur place. Et bien que j'y sois retournée de nombreuses fois depuis, les souvenirs de ce premier voyage sont restés intacts. Ceux de Kamakura, avec le temple Zeniarai Benten au milieu de la multitude d'autres temples, le Daibutsu ou encore le Tsurugaoka Hachiman-gû que j'ai visité par une pluie battante sans me rendre compte que c'était un typhon, comme ceux de Hakone où j'ai traversé le lac en bateau sans me rendre compte qu'il était tard et qu'il n'y avait plus de bateau pour le retour ... ou encore ceux de Tokyo où je fus plongée dans un univers auquel je n'étais pas préparée et qui m'a d'abord donné envie de le fuir. Je n'ai commencé à vraiment visiter et apprécier Tokyo qu'à mon 3e voyage au Japon.

Ce que j'ai vu, entendu, ressenti, et que sais-je encore, au cours de ces premiers 10 jours dans ce pays ne m'a donné qu'une envie. Y retourner et en savoir toujours plus sur le pays, son peuple, son histoire, sa culture, à un point tel que je me suis même inscrite en fac alors que je travaillais quasiment à plein temps pour essayer de satisfaire cette soif de savoir et de comprendre.
Si je dois avoir un regret, c'est de ne pas avoir découvert ce pays 20 ans plus tôt.
Oh, et puis non, je ne le regrette pas, car qui sait comment j'aurais réagi .. avant.

Noy
23 Septembre 2013
21:07

Et quel est ton niveau de japonais maintenant (production et compréhension à l'écrit comme à l'oral)?

25 Septembre 2013
21:20

j'avais attrapé le virus du japonais dès avant mon premier voyage, mais après ... je prenais des cours et je travaillais un peu seule, on n'avance pas vite comme ça ... mais au final, je suis retournée à la fac et j'ai fait une licence de japonais.
J'aime bien le cinéma japonais, mais je trouve que ça n'aide pas pour améliorer l'oral. La télé, c'est mieux pour ça. Je n'ai pas assez de pratique orale mais je me débrouille et j'arrive à tenir un peu en conversation. En plus, ça va mieux à chaque fois au bout de quelques jours au Japon. A l'écrit, c'est plus difficile. Il m'arrive de lire un peu, mais il me faut le dictionnaire ;-) ça dépend de la complexité.

xZeChat
25 Septembre 2013
17:52

Carrefour..... ils sont partout !

karam
27 Septembre 2013
19:18

Je pense que le japon continu à attirer encore autant de jeunes..de partout .. le gouvernement japonais n'impose pas de visa pour beaucoup de pays..mon premier voyage était en 1987 ,aprés trois ans d'études de japonais à paris , j'ai décidé de partir en asie .J'ai voyagé avec AIRFLOT le 2 fevrier 1987 . En arrivant à HANEDA j'ai du éxpliquer déficilement à la police que si je n'avais pas de billet retour ,le japon était ma première étape..! "non monsieur il faut acheter un billet retour pour avoir le visa.." En controlant mon bagage à main (le reste du bagage n'était pas arrivé ,on assuré que les bagages perdus sont automatiquement remboursés.Généal..Quelques jours aprés un agent de l'aeroport arrive avec.. pas de chance ),les policiers étaient ravis de voir des documents de cours de japonais ,on me demanda alors de parler japonais..c'est ce qui m'a permit d'avoir l'autorisation de passer aprés avoir signer un engagement..Je suis resté un ans à TOKYO , à SENKAWA..dans une petite pièce à 1200francs /m..La mentalité japonaise a changé..on ne pouvait jamais immaginer qu'un jour le gouvernement japonais accorderait la nationalité japonaise aux GAIJIN..!c'est le grand changement à mon avis depuis 1946...à suivre si vous voulez bien..

01 Octobre 2013
10:29

Bonjour,

Je suis un peu en retard dans ma lecture des articles et questions Kotaete...

Dans mon blog, j'avais raconté ce qui m'avait amenée au Japon au printemps 2009 :
http://blogs.kanpai.fr/annie/introduction/qui-suis-je-ou-vais-je-et-pour...

Des concours de circonstances, l'impression d'être cernée (mais de façon positive) par le sujet et que tout allait m'amener au Japon.

Pour mon premier voyage, le seul que j'aie fait en étant accompagnée, en l’occurrence de mon fils, je suis passée par une agence de voyages pour la réservation des vols, des hôtels et l'acheminement entre Tokyo et Kyoto.

La découverte du Japon s'est faite au moment des cerisiers en fleurs, dont j'ignorais totalement l'existence. Cela a été le coup de foudre immédiat.
Ce premier voyage a été assez classique : 5 jours à Tokyo, 5 jours à Kyoto. On pourrait croire que ce n'est pas suffisant mais cela m'a permis de découvrir ce qui ne cesse de m'enthousiasmer : cette beauté des temples et sanctuaires, des jardins, cette nourriture délicieuse, ces petits gadgets et petits cadeaux ravissants, ce comportement qui me convient. J'ai toujours eu l'impression de me sentir chez moi ou dans un territoire connu.

Rétroactivement, je me dis que j'aurais du commencer par Kyoto pour m'imprégner des codes, de la façon de se déplacer, de la monnaie, de la nourriture, le tout à échelle relativement réduite. Tokyo était si grande que nous avons été plusieurs fois "lost in translation" bien que séduits par la ville. Mais impossible de trouver des restaus par des adresses notées dans un guide. Et cette démesure ! Cela n'empêche pas que nous avions découvert l'essentiel. J'avais été aidée par un de mes ex-patrons qui avait vécu 2 ans à Tokyo et m'avait surligné sur une grande carte de Tokyo la liste des sites principaux à voir avec des numéros (ordre de priorité), cela m'avait bien aidée.

Depuis, j'y suis retournée régulièrement et j'ai la chance de me dire "la fois prochaine, je voudrais voir ceci, la fois d'après cela". Très vite, j'ai su que c'est un pays dans lequel je retournerais régulièrement sans m'en lasser.

Maintenant, en m'aidant entre autres de Kanpai et des blogs des Kanpaieurs ;), j'ai encore plus d'idées de trajets.

Bonne journée tout le monde,

Annie

joel alvarez
23 Mars 2014
09:35

Bonjour Gaël et kanpaïpotes!

Depuis plus d'un an, je visite ce site avec l'intention de partir un jour au Japon. Cela n'a pas commencé en 2003 mais en 2005 où par un hasard de jeux, j'entrais dans le monde du tuning. Mes enfants m'avaient offert un jeu NFS underground2. En 2009, passionné par ces jeux (aujourd'hui je les possède tous les NFS) je revendais mon break opel Vectra pour une auto asiatique, un coupé sport, pour la simple raison que mes enfants âgés de 20 ans et plus ne se joindrai plus à moi en été. J'ai durant 40 ans sur des motos japonaises... Rien de poétique jusque là. J'ai commencé à visionner You tube sur les courses de drift (après avoir vu Tokyo drift) et les salons de tuning,jusqu'à aller au salon du paris tuning show au Bourget en 2009. Depuis 2012, j'ai à l'esprit ce voyage: voir des courses de drift en direct avec ces commentateurs un peu délirant et leurs salons d'autos extravagantes. Ce projet s'enrichit mois après mois! A chaque événement l'on m'offre de très beaux livres sur le Japon: JAPAN BOOK de Véronique Durruty et Jean-Luc Toula-Breysse ou encore JAPON de David Michau. Alors, j'y trouve un intérêt de plus en plus profond à le parcourir, ce lieu où traditions ancestrales, bains chauds, cosplay,GEISHA, arts culinaires et tuning. Les extrêmes me séduisent et m'ont toujours influencé dans mes choix. En 1976 je roule en chopper comme Peter Fonda et Denis Hopper dans easy rider: impensable en France à cette époque. En 1985, je faisais du modern jazz durant cinq années, après avoir vu FAME, dans un lieu où la salle d'à côté les hommes soulevaient de la fonte. Et aujourd'hui j'ai 60 piges, je roule en coupé japonais (allez sur mon site google+) déco fast and furious, je m'enivre de vidéos sur le Japon. Il est certain que je n'ai pas la même poésie que ce que je peux lire ici. Mais voilà, je suis des cours de Japonnais,je veux voir les cerisiers en fleur et c'est pour cela que je pars plusieurs mois au Japon du sud au nord; en commençant par Okinawa, l'île aux centenaires, passant au parc Yoyogi pour danser du rockabilly, visiter ses villes un peu folles et à la fois emplie de sagesses et de douceur de vivre... jusqu'à Saporo dégustant les ramen!
Encore mille fois merci pour ton site! chaque jour qui passe comme je le disais à mes collègues lors de mon pot de retraite, votre cadeau sera le lien (tablette samsung) entre vous et mon voyage à vivre.
jo

Ajouter un commentaire