Le mariage japonais

Le Japon a cette attirance sans fin pour le romantique. Alors que les Japonais vivent presque plus la Saint-Valentin comme une obligation sociale, c'est le réveillon de Noël qui joue le rôle de soirée des amoureux. Dans cette quête du romantisme, le mariage (結婚 / kekkon) à l'occidentale est de plus en plus prisé. Les Japonais semblent progressivement troquer le kimono du mariage pour la robe blanche et le costume des civilisations de l'ouest.

On va même jusqu'à construire de fausses chapelles ou églises pour accueillir les mariages de Japonais qui ne connaissent absolument rien à la chrétienté. Peu importe que cela fasse toc : on veut jusqu'au faux prêtre, et pourvu que tout soit le plus blanc possible. Car même si moins de 2% des Japonais se revendiquent chrétiens, pour les autres, pas de conversion qui tienne. De plus en plus de mariages au Japon se font à l'occidentale, et même directement à l'étranger pendant le voyage de noce (ce que proposent beaucoup d'agences de voyage). Cela permet d'alléger le poids des traditions et surtout le coût souvent très important lié aux cérémonies.

Évolution des coutumes vers une occidentalisation

Car les coutumes du mariage au Japon ont beaucoup évolué. Les Japonais se marient de plus en plus tard : en moyenne, près de 30 ans pour les hommes et un peu moins pour les femmes. Le nombre de mariages est en baisse depuis un bon moment ; on l'estime à environ 700.000 par an contre plus d'un million il y a une quarantaine d'années. Aussi, on divorce (離婚 / rikon) plus qu'auparavant au Japon : plus de 250.000 divorces prononcés par an, soit une statistique près de trois fois plus importante que celle des années 1970.

Le mariage arrangé (見合い / miai) s'est effacé au profit du mariage d'amour (恋愛 / ren'ai). Un quart des couples de Japonais candidats au mariage se seraient formés en milieu professionnel. Depuis les années 2000, Internet rafle petit à petit la mise avec les sites de rencontre ou, tout simplement, les réseaux sociaux : Gree, Mixi mais aussi Facebook qui perce fortement au Japon depuis l'année dernière.

Un mariage au Japon coûte extrêmement cher : souvent, l'équivalent de plusieurs dizaines de milliers d'Euros au bas mot. Même le prêtre shinto prend sa part ! À noter que plus la date choisie est favorable selon le calendrier bouddhiste, plus les montants s'envolent.

Après la validation administrative, il est obligatoire que les deux époux portent le même nom de famille, sauf dans le cas du mariage d'un(e) Japonais(e) avec un(e) étranger(e).

Préparation et cérémonie traditionnelle shinto

La cérémonie religieuse du mariage traditionnel vient de plusieurs semaines à plusieurs mois après le mariage civil. Celui-ci n'est qu'une simple formalité : un document à déposer à la mairie sans même que la présence des deux époux ne soit requise. En revanche, les traditions shinto ont la vie dure et l'on continue à se marier au sanctuaire selon le rite shintoïste (神前結婚 / shinzen kekkon).

Pour cela, la mariée (嫁 / yome) se fait aider pour sa préparation physique. On l'habille d'un kimono blanc à manches longues (白無垢 / shiro-muku) et de sandales appelées zori. On lui applique ensuite un maquillage blanc sur le visage, le cou et la nuque pour avoir le teint pâle, mais pas aussi marqué que celui des geisha. Elle utilise les fameux 油取り紙 / aburatorikami, petits papiers matifiants qui permettent les retouches sur le visage en absorbent la brillance (et pas seulement le jour du mariage !).

Le marié, lui, est plus traditionnellement habillé en noir et sombre.

Où voir des mariages en public au Japon

Il est possible d'assister à une (partie de la) cérémonie de mariage shinto pendant votre voyage au Japon. À Tokyo, nous vous conseillons de vous rendre au sanctuaire Meiji Jingu dans le parc Yoyogi à côté de Harajuku, pour voir la procession dans l'enceinte. À Kyoto, c'est au sanctuaire Shimogamo que vous aurez sans doute le plus de chance. Vous pourrez y admirer les époux, précédés du prêtre shintoïste et de ses assistantes les 巫女 / miko, habillées de rouge et blanc. La cérémonie qui suit, plus privée, est très codifiée.

Attention, les Japonais sont superstitieux et en-dehors du 10 octobre, jour où aucun dieu/esprit (神 / kami) n'est disponible, ils choisissent avec attention le jour de la cérémonie. Référez-vous donc à ce calendrier et, en étant présent(e) les bons jours, vous pourrez certainement assister à plusieurs mariages d'affilée !

Pour accompagner cet article, quelques photos de mariages traditionnels shinto prises par nos soins, à Tokyo et Kyoto.

Article intéressant ?
4.69/5 (26 votes)

Galerie photos

  • mariage-traditionnel-au-japon
  • kimono-mariage-au-japon
  • mariage-au-japon
  • mariage-couple-japon
  • mariage-shinto-au-japon
  • mariage-traditionnel-shinto-japon
  • mariee-au-japon
  • mariee-costume-traditionnel-japon
  • se-marier-au-japon

Kanpai vous suggère également ces articles

Destinations associées