Conséquences de Fukushima : prudence et discernement

Nucléaire : modifications génétiques suite aux doses radioactives

Le récent épisode des papillons mutants de la région de Fukushima vient relancer le débat autour des conséquences de l’accident nucléaire japonais, suite au séisme et au tsunami qui ont frappé l’archipel le 11 mars 2011. Vite publiée et surtout vite partagée pour son pratique sensationnalisme, l’information a fait mi-août le tour de la presse, des sites et des réseaux sociaux en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. A-t-on assisté une fois encore au battement d’aile du papillon ?

Selon cette « étude », des tests effectués sur un échantillon de papillons, nés depuis les fuites de la centrale nucléaire de Fukushima, exposés à certains niveaux de radioactivité, montrent des anomalies. Or, la valeur des résultats apportés est depuis sérieusement remise en cause par la communauté scientifique, en particulier autour de l'échantillon testé et surtout de l'environnement choisi où les taux d'anomalie manquent de crédibilité.

On m’a parfois qualifié de trop naïf, voire d'inconscient – je préfère vous épargner l’éventail des épithètes et autres joyeusetés reçues. Venant de la part de ceux très prompts à surtout relayer le pire des catastrophismes, le jugement de valeur ne me touche sans doute pas autant qu’il le devrait. Je préfère parler de prudence face à l’information, que son trait soit volontairement trop forcé ou allégé. Exagérée ou amenuisée, sensationnaliste ou propagandiste, chaque vision extrémiste reste déséquilibrée.

Qu’on ne se méprenne pas sur mon point de vue : je suis le premier à me révolter d’une absence de transparence du gouvernement japonais ou de la faiblesse de certaines mesures de sûreté prises, à accompagner le courage d’un peuple qui se bat et manifeste sans relâche (tous les vendredis depuis cinq mois) pour connaître la vérité et que l’action soit engagée plus fermement, à craindre lorsque l’on commence à parler d’excroissances anormales chez certains enfants du Tôhoku.

Quand les dirigeants des gouvernements successifs ou des organismes incriminés n’assument pas et font tomber lâchement les têtes par voie de démission pointillée et tardive, les Japonais nous montrent une de leurs plus détestables facettes : celle qui nie une partie des risques et dangers pour une frange de la population qui doute et prend peur depuis bientôt un an et demie.

Mais je continuerai à refuser de voir le Japon comme terra non grata, destination pestiférée de toute la vastitude de ses milliers de kilomètres de long : depuis les cîmes d’Hokkaidô jusqu’aux plages d’Okinawa. C’est faire preuve de malhonnêteté intellectuelle et d’un prosélytisme délictueux que de condamner tout un archipel dans son ensemble qui demande, une fois n’est pas coutume, que la force du groupe diffère du traitement de soutien individuel.

C’est la raison pour laquelle, encore et toujours, je supporterai tous ceux qui feront ce choix que je fais le plus régulièrement possible : le voyage au Japon, en évitant soigneusement cette « zone noire » de plusieurs dizaines de kilomètres autour des centrales nucléaires concernées. Soyons honnêtes : avant même cette catastrophe, et Matsushima mise à part, le Tôhoku n'était sur la feuille de route que d'une grande minorité de touristes au Japon.

Si je peux me permettre une suggestion : ne vous laissez pas emporter par des convictions ou des conclusions trop hâtives, quelle que soit leur direction – catastrophiste ou négationniste. Cela ne pourra qu’obscurcir votre vision et réduire votre ouverture, et partant le champ des solutions possibles. Cela reste mon humble avis, à propos duquel je lirai avec intérêt vos remarques en commentaires, tant que nous ferons tous preuve d’ouverture d’esprit dans le débat.

Article intéressant ?
5/5 (5 votes)

Informations pratiques

Thématiques associées

Kanpai vous suggère également ces articles

Destinations associées

Commentaires

27 Août 2012
12:22

Il est vraiment difficile de connaître le vrai du faux, je pense qu'il est bien de se tenir informé en lisant les informations (extrémistes ou pas ), et de se faire son propre avis.

Il est aussi évident que nous ne sommes pas au courant de tout et que, malheureusement, la situation peut évoluer dans les mois voir les années qui viennent, selon les intempéries par exemple.

Je n'ai pas envie de renoncer au Japon non plus, une partie de ma famille y vis, mais le jour ou j'irai je serais quand même prudente sur certaines choses (alimentation,...).

Le soutien de près ou de loin au peuple japonais est important dans tous les cas (que ce soit de près ou de loin).

27 Août 2012
12:32

désolée pour la dernière phrase et le doublon ;-)

David @ Ogijima
27 Août 2012
12:28

Prudence et discernement sont deux attributs que certains ont depuis trop longtemps laissé de côté, si tant est qu'ils en aient jamais été dotés.
Dans l'absolu, tant pis pour eux, il y a des imbéciles ou des gens prompts à tirer des conclusions tranchées sur des choses qu'ils ne comprennent un peu partout.
Malheureusement, dans le cas présent, ces gens-là font du mal au Japon en colportant ces mensonges et autres infos alarmistes qui vendent toujours plus de papier (au propre comme au figuré) que les explications sérieuses (mais compliquées : oui, il faut apprendre comment ça marche, réfléchir, raison garder, laisser ses émotions de côtés, trop de travail, alors que partager des trucs alarmistes ne nécessite qu'un simple clic).

Au passage, l'article dans ton lien vers les enfants du Tohoku ayant des excroissances (des cornes certainement) a aussi été démonté par la communauté scientifique.

27 Août 2012
12:31

La boucle est bouclée alors :D Merci de l'avoir signalé en tout cas.
Pour encore plus de clarté, peux-tu partager le lien de cet autre "démontage" scientifique ?

David @ Ogijima
27 Août 2012
12:41

Malheureusement, je n'ai pas gardé ces liens (pas le genre de trucs que je collectionne, peut-être le devrais-je?)
J'ai retrouvé ça : http://www.japanprobe.com/2012/07/21/more-anti-nuclear-fearmongering-thy...

Marc
27 Août 2012
12:29

Tout à fait d'accord avec votre opinion. Cette recherche a été bien trop rapidement relayée par des médias peu soucieux des faits... et j'en ai fait partie également, seulement j'ai corrigé le tir après avoir vu les premières contre enquêtes, ce qui n'a malheureusement pas été le cas pour les autres médias...

Pour ceux qui ne seraient pas à l'aise avec l'anglais, j'ai écris un résumé de l'article de Nuclear Dinner, vous pouvez le lire ici : http://www.japanaddiction.com/2012/08/les-mutations-des-papillons-de-fuk...

Je fais également partie de ceux qui refusent de considérer que le Japon est une terre morte pour les prochains siècle et je suis ravi de voir que d'autres personnes de la blogosphère française sont du même avis.

Gunter
27 Août 2012
13:19

Rien ne nous empèchera de retourner au Japon autant de fois que possible en temps et financièrement.
Depuis la catastrophe, nous y sommes retourné 3 fois: août 2011, février 2012 et août 2012 ( on est parti hier matin de Tokyo et rentré à la maison hier soir.
C'est vrai qu'on ne va pas non plus aller s'approcher de Fukushima, mais cela m'aurai plu d'aller à Sendai la semaine dernière. Mais voilà, comment serait prise cette visite? Ce n'est surtout pas par "voir" mais pour leur montrer notre soutient, quitte éventuellement à aider si besoin. On n'a pas osé, à tord ou à raison? Si quelqu'un peut répondre.

Gemini
27 Août 2012
14:46

Il est, dans ce genre de situation, très difficile de démêler le vrai du faux. J'ai écrit un mémoire sur les conséquences d'une catastrophe similaire, celle de Tchernobyl ; et, ironie de l'histoire, j'ai présenté mes conclusions le jour de la catastrophe de Fukushima, sans être au courant de l'événement.

Concernant Tchernobyl, le gouvernement de l'URSS avait dans un premier temps caché l'accident, évacuant les villes proches tardivement et sans leur donner le soin nécessaire, sans alerter la communauté internationale et sans prévenir les populations ; les célébrations de la fête du travail se sont tenu le plus normalement du monde à proximité malgré les risques. Il a fallu attendre que des traces de radioactivité soient détectées en Suède pour que des scientifiques demandent des comptes à l'URSS ; scientifiques qui vont établir leur camp de base à Prypiat, la ville la plus proche de la centrale Lénine, sans protection particulière, montrant bien qu'eux-même n'avaient aucune idée de la situation. Tout ce qui entoure cette catastrophe est du même acabit : des scientifiques et des autorités totalement dépassés par des événements hors-normes auxquels ils n'ont jamais été confrontés, et qui ont réagi de manière parfois très maladroite. Ce qui s'est passé au Japon est un exemple similaire, même si nous pouvons noter quelques points litigieux, comme la modification des normes de radioactivité acceptables pour un individu en lieu et place d'une évacuation.

Pour en revenir sur l'article des papillons, je ne l'ai pas lu, mais il faut effectivement toujours se méfier, et même là cela ne suffit pas toujours. Un professeur d'université biélorusse - la Biélorussie étant un des trois pays directement concerné par les retombés de la catastrophe, avec la Russie et l'Ukraine - a été emprisonné pour avoir contester les rapports officiels de son gouvernement sur les conséquences sur la population de l'absorption de Cs radioactif, un des principaux radioéléments échappés du réacteur ; l'inculpation officielle pour cette peine fût le terrorisme, une situation plus que préoccupante. D'un autre côté, ses articles sur les conséquences cette absorption de Cs avaient été publiés dans une revue scientifique assez obscure, ce qui laisse à penser que les plus connues avaient refusées ses travaux. Mais, ce refus a-t-il été motivé par la faiblesse de ses arguments et les biais de ses études, ou car ces revues craignaient de traiter un sujet aussi brûlant ? Nous pourrions nous interroger sans fin.

Gemini
27 Août 2012
14:57

Par curiosité, j'ai jeté un coup d'oeil à l'article sur les papillons, juste pour vérifier là où l'article d'origine a été publié, et j'ai remarqué qu'il avait été proposé sur le site internet de Nature, qui fait référence en matière de journal scientifique. J'aurais donc tendance à penser qu'il est fiable.

Yagami
28 Août 2012
07:59

De toute facon, ne pas venir au Japon, c'est rater une extraordinaire opportunite de vivre des experiences formidables. Je suis a Tokyo qui est techniquement pas si loin de Fukushima (en tout cas, vu de la carte lol) mais on vit normalement, sans aucune pression aucune. Ca me fait sourire car ceux qui vivent hors du Japon sont plus alarmistes ignorant les realites de l'interieur. J'aime ma patrie, mais j'adore le Japon comme nul autre pays...

Merci Gael de ta contribution. Kanpai est l'un des sites les plus serieux en français que je consulte depuis un bon bout de temps.

vasseur flo
28 Août 2012
09:23

tout a fait d'accord avec toi Yagami, je viens au japon en octobre et pour la quatrième fois et en aucun cas je renoncerait a mon voyage.

GATTACA
28 Août 2012
09:37

Le problème de la remise en cause de cette étude par une partie de la communauté scientifique est le même que pour cette étude. A savoir, la fiabilité des méthodes de contre expertises. En effet, hormis les spécialistes pur et dur de la question, comment être sure que ces contre études ne sont pas elles non plus biaisées ? Que sait on des scientifiques qui contestent la première étude ? Ont ils des liens avec des membres du gouvernement ? Ont ils des liens avec l'industrie du nucléaire ? Existe-t-il des rivalités entre les équipes de la première études et celles de la deuxième ?
Bref, quel est leur degrés d'objectivité et d'impartialité ?
Les mêmes questions se posent, mais à contrario, pour les auteurs de la première étude. Liens avec des organisations écologiques, anti-nucléaire, avec des partis d'opposition au gouvernement actuel, etc...
Comme le faisait un de mes amis FB, citant Spinoza : «Il n’est pas étonnant que la plèbe n’ait ni vérité ni jugement, puisque les affaires de l’Etat sont traitées à son insu, et qu’elle ne se forge un avis qu’à partir du peu qu’il est impossible de lui dissimuler.»

kawat
28 Août 2012
16:18

de toute façon c'est pas que le japon qui à étais toucher par l 'accident nucléaire !
c'est tous les pays, les nuage qui sont passer au dessus du japon sont passer chez nous aussi quelque temps après...
les mer et océans c est la même chose, tous ce relie. Ont mangeras ou ont a tous déjà manger du poisson contaminé ou autre aliment de la terre .
De toute façon les humain crée des chose,qui les dépasse s'en faire attention au risque qui peux y avoir par la suite !
Le nucléaire ou autre .......
J'aime le japon j'y suis deja aller et je pense y aller bientôt.

Alex
01 Septembre 2012
12:41

Ton article fait echos a ce doc qui vient de passer a l'instant sur Arte : http://videos.arte.tv/fr/videos/tchernobyl_une_histoire_naturelle-686931...

a chacun de se faire son avis ...

Yoshee
04 Septembre 2012
11:31

C'est vrai, comme a été dit dans un commentaire plus haut, on n'arrive pas trop à discerner le vrai du faux. Il est indéniable de constater que tout n'est pas dit au peuple japonais et au monde entier, faisant ainsi douter tout le monde. De plus, certains fans du Japon sont devenus réticents à l'idée d'aller au Japon, s'appuyant sur l'argument comme quoi le Japon n'est plus le même. Moi, je me forge mon idée à partir des informations qui nous sont données ou qui nous seront données, et j'ai bon espoir de partir un jour au Japon.

David @ Ogijima
06 Septembre 2012
14:49

Et hop, un petit lien de plus à propos de la piscine qui va tous nous tuer:
http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2012/09/fukushima-la-d%C3%A9sin...

Liloo
13 Janvier 2013
15:56

Malheureusement il yaura de toutes façons des conséquence on le sait , c'est pas nouveau. Et les gens pensent que voyager 3 semaines va nous rendre malades pourtant ce ne sont pas les touristes qui ont le plus de risques... Une dame m'a même demandé si je n'étais pas radioactive et si javais fait des tests avant de retourner chez elle !!! Ceux qui courent un risque sont les habitants...si les touristes les laissent tomber par dessus le marché c'est pas ce qui les aidera !!!!
Moi j y retourne en fin d'année et je sais que j'y retournerai encore ! Courage à eux pour endurer les critiques et remarques de mauvaises augures ! Tous les pays sont les même ils attendent tous les catastrophes pour se bouger, le Japon comme les autres ! On est tous concernés, c'est facile de critiquer après coup surtout quand ça se passe chez les autres ! C'est avant qu'il faut réagir ...

En tous cas vive le Japon !!!! Ma destination de rêve !!!!

17 Février 2013
23:57

J'ai lu avec attention le débat mais je continue à me demander quelles sont les précautions à prendre lorsque qu'on vit au Japon, notamment par rapport à l'alimentation. Si quelqu'un peut m'éclairer, mille mercis...

Ajouter un commentaire