Vendredi 30 mars 2012 - A la découverte de Shinjuku

Le n’ex sillone la campagne près de l’aéroport de Narita et nos première impressions sont bonnes.
Les maisons sont traditionnelles avec des pins taillés façon bonzai dans le jardin. Toutes les maisons sont construites sur le même modèles et nous nous y voyons bien dans ces maisonnettes chaleureuses... Nous imaginons Toutouille (notre chat) grimper à la cime des arbres pour y faire une petite sieste tandis que nous cuisinerions des plats typiques avec des grands couteaux japonais (oui cliché, on sait)
1h30 plus tard, nous voici arrivés à la gare de Shinjuku et nous vivons nos premières hallucinations japonaises.. Les écrans géants de picadilly sont ridicules en comparaison et ceux de Shinjuku diffusent le son qui va avec. Les néons crépitent même en plein jour et nous découvrons les premières ensignes de «pachinko slots» et autres magasins de jeux.

(les pachinko slots sont des machines qui ressemblent à des flippers verticaux. On insère des billes en haut de la machine et elles tombent éventuellement dans des petits trous qui offrent des bonus de billes. Je parlerai plus tard de notre tentative d’aller y jouer )

Nous cherchons notre chemin et sommes un peu perdus au milieu de ces immeubles alors qu'à ce stade, nous rêvons juste d’une sieste et d’une bonne douche mais ce ne sera pas pour tout de suite. A force de tourner, nous avons enfin repéré l’hôtel mais le check-in ne se fait qu’à partir de 14:00 et autant vous le dire c’est une très grosse déception. Il nous reste encore deux bonnes heures à attendre et nous n’avons pas fermé l’oeil ni pris une douche trèèès longtemps.
Déception passée, nous filons faire notre premier tout du quartier et comprenons très vite qu’il sera très dur de s’orienter dans les rues. Nous n'avons plus aucun repère (la fatigue aide bien aussi) et cherchons le parc de Shinjuku sans trop savoir dans quelle direction aller.. Nous croisons sur notre route le temple de HANAZONO JINJA.

C’est l’occasion pour moi de découvrir mon premier temple et de rayer une ligne de ma liste de trucs à accomplir.
Orange vif et blanc, à deux ruelles du quartier chaud se dresse ce sanctuaire tout mignon où l’on entend plus l’agitation de la ville.
Je ressens immédiatement la sérénité des lieux et m’impregne de ses vibrations. J’observe les gens se recueillir un instant, attaché case à la main, puis s’envoler vers le tumulte de la ville 5 minutes plus tard.

A côté du sanctuaire, un endroit ou déposer les plaquettes de bois, les souhaits et prières de chacun. Je me sens terriblement bien impregnée de cette atmosphère de sérénité. Peut-etre au fond me retrouverai-je dans le boudhisme qui sait ?

Après quelques tentatives ratées de nous orienter dans le quartier, nous faisons un arrêt dans une cantine. La commande y est prise sur la machine disposée et payable à l’avance avant de s’installer à table.
Il nous a fallu bien quelques minutes avant de percuter (nous attendions dans le hall que quelqu'un nous installe....) et c’est déjà un choc culturel pour nous.

Mais il est temps de passer au deuxième cliché du jour à rayer et d’aller tester les fameuses toilettes japonaises et leurs multiples gadgets (cuvette chauffante, jet d’eau ajustable pour nettoyer les parties intimes de ces dames ou des messieurs, séchoir, bruit de chasse pour couvrir d’éventuels bruits disgracieux...) Pinou repartira avec une cuvette c’est certain !

(et même s’il ne l’a pas achetée sur place, 9 mois plus tard, une cuvette japonaise orne nos WC...)

Notre petit repas avalé, retour à l’hôtel pour le check-in et pour une sieste bien méritée.
OK on s’était promis de profiter de chaque minute, mais le décalage horaire nous a tout simplement tués.. Nous sommes si épuisés que nous nous endormons immédiatement et d’une traite, le réveil à 18h00 est rude !

Mais Shinjuku nous attends et il est temps de voir à quoi cela ressemble.
A peine sortis de l’hôtel, nous sommes servis : néons criards, musique à fond. Tout est démesuré, géant, kitch.


Nous tentons de rentrer dans un magasin de pachinko et la musique est étourdissante, les néons crépitent : on comprend mieux les crises d’épilepsie !
Après quelques galères pour trouver un restaurant (beaucoup étant complets à notre arrivée) nous passons la porte d’un restaurant ou le chef cuisine devant nous. Certes pas donné, mais délicieux.
Nous nous délectons simplement de la précision avec laquelle il découpe ses petits légumes, son aisance a faire dorer quelques oignons sur une plaque. Les mets servis sont savoureux avec énormément de gout. Petit plus, nous sommes les seuls occidentaux du restaurant, ce qui s’ajoute à notre plaisir.

Après une ballade de nuit dans le quartier, nous sommes encore très fatigués et nous préferons rentrer à l’hotel ou nous nous coucherons des néons plein la tête mais d’attaque pour découvrir enfin de le Japon !

La minute "découverte" du jour :
Ici tout est plus fin : le papier wc et les kleenex sont quasi transparents ce qui nous pousse en utiliser plusieurs... La question qui nous taraude : les japonais se mouchent ils moins fort que nous ?

Parenthèse Conseil de voyage :J'en profite d'ailleurs pour donner un conseil "à contre courant". Tout le monde nous avait conseillé une arrivée matinale pour ne pas perdre une journée. Sauf que, je n'arrive pas à dormir en avion. Peu importe la durée du trajet, si je dors une heure c'est le bout du monde. Et si mon Pinou arrive a dormir un tout petit plus que moi, c'est pas la grande forme à l'arrivée..

Résultat, nous avons mis plusieurs jours à nous en remettre et c'était physiquement très dur. En comparaison, nous avons testé une arrivée de soir en Chine et je me suis aperçue que nous avions beaucoup mieux supporté le décalage car nous nous étions immédiatement "remis" dans le rythme. Conclusion, pour les insomniaques dans les avions, préferez une arrivée de soir...

Article intéressant ?

Galerie photos

  • DSC00514-Modifier
  • DSC00510
  • DSC00511
  • DSC00512
  • DSC00513
  • DSC00514
  • DSC00516
  • DSC00523
  • DSC00522
  • DSC00523
  • DSC00525
  • DSC00529
  • DSC00533
  • DSC00537
  • DSC00541

Découvrez les autres articles de thechoupchoups

Commentaires

01 Juillet 2013
15:48

Pour les pachinko outre le nombre d'établissements et le bruit assourdissant c'est le fait de ne pas savoir où nous avons atteris et la fumée de cigarette.
J'aime beaucoup le début de ton récit, hâte de découvrir la suite.

06 Juillet 2013
19:49

Bonjour,

Très intéressant ton blog, je vais récupérer la lecture des articles en retard.

Pour le voyage en avion, j'arrive le matin et me mets tout de suite à la lumière du jour sans aller me coucher. Comme vous deux, je ne dors pas en avion et arrive fatiguée. Le premier soir, je me couche vers 19 heures !

Maintenant, je pars avec un léger somnifère que me prescrit mon médecin et en prend dans l'avion et pendant mon séjour ainsi que quelques jours après mon retour. Cela me permet de profiter de mon séjour, de très bien dormir.

Je vais lire la suite de votre aventure,

Annie

09 Juillet 2013
19:35

Resister jusqu'à 19h, je ne sais pas comment tu fais ! (Admiration) Pour nous ça a été strictement impossible ! Mais je me suis mise aussi au léger somnifère histoire d'arriver à dormir quelques heures.. testé et approuvé en Chine ou j'ai pulvérisé mon record de sommeil en avion : 3 heures ! Mine de rien, ça aide !

09 Juillet 2013
21:10

Oui quand je dis que je ne dors pas, je pense que je somnole ou suis dans un accès second qui ressemble au soleil.
Comment je fais ? De toutes façons je ne peux occuper ma chambre avant 15 heures, ensuite je vais faire un tour en me promenant à la lumière du jour, je ne suis pas bien vaillante je dine et ensuite je ressemble à un zombie et m'endors...

13 Juillet 2013
15:48

On est arriver le matin pour notre 1er voyage organiser et ça c est bien passer : l organisation du tour opérator ne nous laissant pas 1 minute de recup !!!

Pour le 2ème on a du changer de vol au dernier moment et on s est retrouver à arriver le soir! On est arriver à 23h à l hôtel !!!! Quelle frustration!!!!

Dans les deux nous avions bien récupérer.

Ajouter un commentaire