Samedi 31 mars 2012 - A l'assaut du métro et de Tsujiki

Les effets du jet lag sont toujours très présents et le moins que l’on puisse dire est que nous sommes éclatés ! Je maudits ceux qui nous ont conseillés d’atterir le matin à Tokyo plutôt que le soir et je me jure que la fois prochaine , on prendra l’avion du soir ! Vu que nous sommes incapables de dormir en avion, au moins on pourra se mettre à l’heure japonaise dans les meilleurs délais !

Après s’être habillés à la hâte, nous allons nous frotter à notre premier petit déj’ local qui comme prévisible est composé de mets salés... Mais pas vraiment ceux auxquels nous nous attendions : saucisses, frites, poisson et poulets frits.. Suivi bien sur de riz, omelettes, miso, boeuf et poulet sauté, crudités..
Et oui, nous sommes dans un business hôtel* avec une forte concentration de clientèle étrangère ce qui donne un mélange incongru de petit déj de différentes cultures.
Assez frileux par cette débauche calorique, nous nous rabattons sur les sécurisantes céréales... Les céréales le matin, c’est bien, mais l’odeur de saucisse le matin.. c’est ...

Quittant les saucisses frites, nous nous dirigeons vers la gare de Shinjuku et le métro avec pour première épreuve comprendre le fonctionnement du système et aller dans le bon sens.
Première epreuve passée presque haut la main (un seul petit loupé de sens qui nous conduit un arrêt plus loin) nous voilà sur les rails, prêts à conquérir Tokyo !
Il faut dire que la signalétique du métro Tokyoite c’est juste le top du top : c’est clair, c’est très bien illustré, fléché.. (je regrette de ne pas avoir pris plus de photos dans le métro )


Le métro est très agréable, très doux, propre et climatisé. Son roulis me berce et nous donne immédiatement l’envie de dormir... Je comprends mieux les tokyoites qui dorment un peu partout dasn les rames, j’y ferai moi même quelques siestes tout au long de notre séjour.
Mais ce que j’ai le plus adoré dans le métro (et qui doit agacer environ 95% des gens) ce sont les petites musiques ! Chaque événement à sa petite musique arrivée du train, fermeture des portes... chaque station possède sa propre musique permettant de l’identifier et très vite, je deviens fan de celle de Shinjuku.

Mais surtout, le métro est à l’image du Japon : précis, ordonné, mécanique.
A chaque station, vous avez le plan de la rame, à savoir si vous vous placez sur une voiture, il vous indiquera à la sortie ce que vous allez avoir comme service : toilettes, lien vers une autre station. Vous pouvez donc choisir à l’avance ou vous placer dans le métro pour être bien situés.
Des lignes jaunes sont peintes au sol, matérialisation le lieu d’attente de la rame ou tous les japonais se placent, en file indienne. Ceci permet, malgré l’afflux massif de voyageur de faire des montées et descentes dans la rame dans un certain ordre et une certaine fluidité.

En sortant du métro, nous nous dirigeons vers le marché aux poissons de Tsujiki. Arrivés sur site, nous sommes quelques peu surpris : balais de camions et de transpalettes et ça crie de partout ! ça braille, ça gesticule, on se croirait sur un marché du sud de la France ! Le contraste est saisissant avec le métro ou personne ne parle fort (et surtout PERSONNE NE TELEPHONE !) et avec l’idée que les japonais sont discrets !


Autour du marché aux poissons à proprement parler, un joyeux bordel organisé plus que sympathique : des étals de poissons partout, des petits restos ou manger sur le pouce, des boutiques spécialisées dans la vente de matériel, des trucs à touriste. Il n’y a pas de logique apparente pour nous mais pourtant tout est très organisé! Je suis émerveillée par les produits que je vois autour de moi, tout est si beau, mais pourtant je n’ose pas dégainer mon appareil photo. Peur de déranger, peur de mettre mal à l’aise.
Je suis avide de clichés japonisant certes, mais je tiens à bien me comporter et à ne pas importuner ces gens qui sont là pour travailler.
La prochaine fois, je me posterai de plus loin et je mitraillerai ce qui m’ interresse au zoom pour ramener des souvenirs pleins les cartes mémoires et ne pas déranger ces joyeux commerçants.
Le marché est immense mais pourtant nous n’avons pas osé franchir la partie des halles réservées aux professionnels mais que l’on peut visiter. Encore une chose qu’il nous faudra déjà refaire alors que nous venons juste d’arriver.

Au milieu de l'exterieur du marché, trône un temple. C’est ma première découverte des temples-placés-là-ou-on-ne-les-attends-pas qui sont légion au Japon.


Je prends quelques clichés mais ce n’est pas facile. Le vent souffle fort et les cagettes de polystirene volent partout. On sent que le temps tourne au vinaigre.

Nous décidons de quitter les lieux, mais en se promettant de revenir quand le temps sera meilleur pour manger sur place.

Parenthèse conseil de voyage : * Pour notre premier voyage et aimant "notre petit confort", j'étais un peu perdue sur les possibilités d'hébergement : guest house, ryokan, hotel, location d'appartement.. Évidemment ce n'est pas le mode d'hébergement que je conseillerais aujourd'hui pour vraiment profiter de l'expérience mais nous avions vraiment besoin de partir avec quelques repères "occidentaux" dans nos bagages. Conclusion, je crois que chacun trouvera son mode d'hébergement en fonction de ses usages de voyage et le Japon a au moins l'avantage de ne proposer que l'embarras du choix !

Article intéressant ?

Galerie photos

  • DSC00545
  • DSC00542
  • DSC00543
  • DSC00605
  • DSC00547
  • DSC00548
  • DSC00550
  • DSC00551

Découvrez les autres articles de thechoupchoups

Commentaires

06 Juillet 2013
19:54

Euh 31 avril même au Japon ;) cela n'existe pas !!!

Très intéressant, j'aime bien tes trucs et astuces de fin d'article.

Annie

09 Juillet 2013
19:33

Rohhhhh la laaaaa... la honte !!!! C'était bien samedi 31.. mais mars !! C'est là ou l'on voit ceux qui suivent ;)

09 Juillet 2013
21:04

Tu vois, tu as de fidèles lecteurs qui te suivent à la trace...
Annie

Ajouter un commentaire