Samedi 31 mars 2012 - Hama Rikyu, Ginza et Tokyu Hands !

Après le marché aux poissons, nous nous dirigeons donc vers le parc HAMA RIKYU sur le bord de la rivière Sumida. Ce parc, appelé le poumon vert par les japonais, a une petite importance particulière pour moi.
Notre photographe de mariage, la belle et talentueuse Mélissa Lenoir (www.mamazelle.com) a fait un magnifique cliché de la maison de thé de ce parc. Grâce à ce cliché, elle a gagné un concours vivre le Japon qui lui a permis de revenir l’année suivante continuer d’explorer ce magnifique pays et nous ramener encore des clichés saisissants.
Ayant vu ce cliché une bonne centaine de fois, je tenais absolument à passer par ce parc et je n’en ai pas été deçue !


Si l’on enlève les buildings autour, impossible de deviner que nous sommes en ville, la nature y est magnifique, luxuriante : des pins, un étang, des cerisiers (pas encore en fleur, zut !).

Je reconnais enfin l’endroit d’où Mamazelle a pris cette fameuse photo et prends à mon tour quelques clichés ! Malheureusement, le temps continue de se gâter et la pluie commence à tomber.
Nous ne le savons pas encore, mais une tempête, la plus forte depuis 1959, se prépare au large des côtes nippones..

Nos parapluies étant restés à l’hôtel, j’enrage par notre bêtise de ne pas les avoir pris. D’un autre coté, ce matin, un grand ciel bleu éclairait le ciel, ne laissant rien présager de la suite.. Nous remontons à la hâte vers le quartier de Ginza et nous refugions au «Donkyo», le magasin de "couillandres" «Don Quichotte». D’aspect extérieur, nous nous en doutons pas mais c’est immense, un «Tati» puissance 10 !
Dehors, c'est le déluge, il pleut à torrents ce qui nous oblige à acquérir de magnifiques ponchos pour protéger nos affaires. C’est moche, ça pue le plastique, mais ça garde au sec.. Surtout mon précieux appareil photo, encore en rodage à cette époque qui deviendra un fidèle compagnon de route.

Nous tentons une sortie, mais définitivement, ce n’est pas le jour des aventures, nous reperons un Starbucks plus haut dans lequel nous nous engouffrons à la hate pour nous protéger.
Tant pis si le repas de midi n’est pas très couleur locale, mais là c’est une question de survie ! (oui, nous sommes très théatraux dans le sud)
Après un mini sandwich et un café et à notre grand désespoir, la pluie n’a pas cessé.
Nous partons tout de même à l’assaut de Ginza et de ses grands magasins sauf que l’on tourne, l’on tourne et.. pas Ginza.
Nous repérons une bouche de métro et tant pis si l’on est justes à côté, nous sommes perdus et sous la pluie et grâce à cela au moins nous allons débarquer au bon endroit !

Un arrêt plus loin, nous voici enfin dans Ginza et nous nous arrêtons au Sony Building décrit par notre guide papier, comme un élément incontournable de Ginza, une visite à faire absolument.
Hum, quelque chose à du m’échapper. Je ne dois pas être aussi geek que je le pensais.
Oui, c’est sympa, mais ça ne casse pas non plus 3 pates à un canard. Nous voyons des produits sympas comme des caméras avec le nouveau dispositif de réduction du mouvement (assez impressionnant) ou des caméras avec retro projecteur intégré. C’est joliment décoré, mais nous n’en garderons pas un souvenir impérissable. A dire vrai, nous avions presque déjà oublié cette excursion quand nous avons vu quelques mois plus tard une pub à la télé pour la caméro avec retroprojecteur intégré !
Fin de l’anecdote, à moins d’être un fanatique inconditionnel de Sony, cette visite peut aisément être zappée.
Au vu du temps qui ne s’arrange toujours pas, nous faisons quelques magasins dont une magnifique papeterie ou j’aurai pu passer des heures : du washi, des carnets, des cartes, des estampes, des pinceaux de calligraphie etc.. Le magasin sent bon le papier et mes sens sont en ébullition, je ne sais plus ou poser les yeux. C’est relativement simple, je veux tout - ou presque -. Je ramenerai quelques cartes, une estampe, un carnet, des marques pages et un pinceau pour ma maman.. Pour moi, le temps s’est suspendu, mais malheureusement n’a toujours pas stoppé cette maudite pluie.
Nous quittons ce petit paradis pour nous arrêter dans un magasin de jouets / couillandres le «Toy Park» énorme dans lequel nous passerons un bon moment à tout explorer. J’en ressortirai avec un in-dis-pen-sa-ble «moule à saucisse en forme de poulpe».
Au final, Ginza et ses boutiques de luxe n’est pas complètement de notre gout, un peu trop New Yorkais et nous décidons de filer vers une image quasi incontournable de Tokyo: le carrefour de Shibuya.
Shibuya c’est LE carrefour dont on voit toujours les images de la foule qui se presse et se déverse à chaque feu vert dans une harmonie parfaite. C’est aussi un festival de néons et de boutiques en tout genre : branchouilles, déjantés, sages.. Nous découvrirons notre nouvel ami par hasard, au détour d’une rue : TOKYU HANDS !

C’est LE magasin absolu puisqu’il y a TOUT. C’est Tati qui croise Habitat, la droguerie combinée à castorama..
C’est un magasin absolument énorme, avec des étages consacrés au DIY (do it yourself, produits permettant de fabriquer bijoux, sacs etc.. par soi même), au bricolage, au camping, aux animaux etc..
En sortant, il est déjà tard et nous nous arrêtons dans une petit cantine de quartier pour manger un bon ramen. La salle est minuscule, quelques tabourets le long d’un bar, deux petites tables au fond, mais c’est réconfortant.
Nos aventures de la journée commencent à peser sur nos pieds et nous commençons à piquer du nez.

Nous regagnons vers Shinjuku où nous attends notre grosse galère du séjour : la gare de Shinjuku ! Elle fait des kilomètres à elle seule et portés par la foule et la fatigue, nous ne sommes pas sortis au bon endroit.
Naïfs, nous pensons pouvoir faire le tour et très vite retrouver notre chemin... Mais non ! Il nous faudra pas moins d’une heure pour retrouver notre chemin, non sans l’aide d’un policier japonais qui nous aura sauvé la vie.
Il ne parlait certes pas un mot d’anglais, mais il a su grâce à quelques gestes nous donner quelques précieuses indications sur notre localisation exacte et sur la direction à prendre.

Malgré la pluie qui a considérablement perturbé et ralenti notre découverte, les premières impressions du pays sont plus que positives ! La politesse des gens, la propreté et la sureté des lieux. Tout est si différent..
Il ne nous tarde qu’une chose, que la pluie s’arrête pour que nous puissions profiter pleinement de notre journée !

La minute "découverte" du jour : Au japon, même les tampax sont technologiques !
Ben oui, mauvaise période du mois oblige, j’ai du m’arrêter acheter quelques bricoles dans un combini. Je vous passe les épreuves pour reconnaitre les tampons au milieu d’autres produits... Et les explications en japanglais pour m’indiquer la posologie du médicament en vente libre contre les douleurs de ragnagnas. Mais rien ne valait ma tete au déballage du tampon, l’applicateur est en 3 parties et il m’a fallut 5 bonnes minutes à observer le machin pour comprendre comment il fonctionne !! Note pour plus tard, la prochaine fois, même si cela fait un peu de poids dans la valise, ramène les tiens !

Article intéressant ?

Galerie photos

  • DSC00597
  • DSC00565
  • DSC00567
  • DSC00572
  • DSC00576
  • DSC00577
  • DSC00579
  • DSC00580
  • DSC00587
  • DSC00588
  • DSC00592
  • DSC00593
  • DSC00604

Découvrez les autres articles de thechoupchoups

Commentaires

06 Juillet 2013
20:07

Bien ri ;) pour la fin du reportage. C'est très visuel.

Eh oui Shinjuku, on pourrait pleurer de ne pas retrouver son chemin.

Lors de mon premier voyage, notre hôtel était situé à Ginza. L'hôtel avait une vue magnifique sur toute la ville car notre chambre était au 35eme étage mais, à part cela, je n'ai pas aimé le quartier. Je trouve qu'il ne présente aucun intérêt.

A suivre donc, j'ai lu tous tes articles. Félicitations pour ton style, c'est enlevé et très agréable à lire. On ressent bien toutes les impressions liées à la découverte de Tokyo, son gigantisme...

Ton reportage concerne ton voyage en 2012 ? Je me rappelle d'une tempête épouvantable, j'étais à Kyoto et tous les Shinkansen de Tokyo étaient bloqués, je ne sais plus si c'était au printemps ou en automne 2012, mais comme tu indiques que c'était la plus grosse tempête depuis 1959, je crois qu'il s'agit de la même tempête.

Bonne soirée et bon week-end,

Annie

06 Juillet 2013
22:13

Ahhhhhhhhhhhh ! La papeterie Kyukyodo de Ginza !!!!!!!!!!!!!! Je m'y ruine chaque fois !!!
Dans un autre style -moins onéreux- je passe toujours un moment à l'Hama Rikyu garden après Tsukiji. J'aime beaucoup en repartir en bateau (y a une navette et un ponton au fond du jardin) sur la Sumida jusqu'à Asakusa.
Idem que vous pour Sony, j'ai pas dépassé le 1er floor...
A bientôt !

09 Juillet 2013
19:42

Oui c'est celle là, j'en parlerai plus tard mais le métro et les bus ont été coupés par endroits à Tokyo et nous avons vu le soir aux infos les coupures de train, les camions retournés sur la route, les toits arrachés... On avait pas du tout pris la mesure du phénomène et avons été assez impressionnés. Nous n'avons su qu'à notre retour que c'était aussi important.
Toi aussi tu n'as pas adhéré à l'atmosphère de Ginza à ce que je vois. Est-ce parce que le quartier est trop "occidentalisé" ? Peut-être. Quand on a des rêves de Japon traditionnel ou ultra moderne, Ginza ne rentre dans aucune des cases.. Je n'y retournerai certainement pas.. SAUF pour la fameuse papeterie !!!
Merci beaucoup pour tes encouragements !

09 Juillet 2013
19:44

OUIIIIIIII la papeterie c'est ça !!! J'en suis devenue dingue ! Pour la navette en bateau, c'est marrant moi je l'ai fait dans l'autre sens, d'Asakusa jusqu'à Hama Rikyu ;)
Merci pour tes encouragements !

09 Juillet 2013
21:19

Je me souviens de cette tempête mais j'étais à Kyoto. Nous avions eu la queue de la tempête, cela soufflait vraiment et il y avait beaucoup de pluie. Les personnes de l'auberge de jeunesse où je résidais m'avaient dit de faire attention car on était proche du typhon à une date qui ne correspond pas normalement à des typhons. 2 de mes colocs n'avaient pas fait attention, elles étaient rentrées trempées le soir, parapluies arrachés.

Ginza ne m'avait pas plu car je trouve que cela n'a pas d'âme particulière, il faudrait sans doute que j'y retourne. Je penserai à la papeterie car j'aime beaucoup les papiers, cartes et carnets que l'on trouve au Japon.

Annie

Ajouter un commentaire