Dimanche 1er avril 2012 - Un poisson nommé Asakusa

Ce matin, départ pour le quartier d’ASAKUSA, au menu : un temple, une pagode et des échoppes traditionnelles.
Sur le trajet, je n’espère qu’une seule chose, que les échoppes ne soient pas fermées car nous sommes dimanche !
A la sortir du métro, je comprends très vite que ce ne sera pas le cas au vu de la foule qui se presse aux différents carrefours !

D’un côté, la rivière sur laquelle défilent des waterbus, des espères de bateaux futuristes avec des bulles partout. On les dirait sortis de la guerre des étoiles (en fait non, ils ont juste été crées par le papa d’albator) et prêts à s’envoler.


De l’autre côté du pont, la «carotte pale» pour rester poli ou.. la crotte si l’on veut être plus direct.
Oeuvre de starck, on crierait bien un cocoricoco patriotique si ce n’était pas aussi.. Je vous laisse juge de ce dernier point.


Pour ceux qui n’ont jamais vu cette «oeuvre» c’est une flamme ou bout d’une coupe noire et accessoirement ce que le guide nous présente comme le siège social de la célèbre bière ASAHI. Dans les faits, c’est désormais un restaurant et un hall d’exposition sponsorisé par Asahi. Dommage, j’aurai bien ramené un luckycat*ou un autre souvenir.

Bref, il y a l’eau, la crotte et de l’autre côté l’immense porte «Kaminarimon» la porte du Dieu tonnerre qui protège l’accès au temple.
Une énorme lanterne (d’époque) y est centre et la porte marque le début de Nakomise Dore l’allée des boutiques.

C’est noir de monde et nous avançons au pas. Les boutiques sont jolies mais la foule compacte les rends difficile d’accès. Nous remontons tant bien que mal l’allée pour apercevoir la pagode à 5 étages (l’une des plus hautes du pays avec la bagatelle de 54 mètres) et le fameux temple SENSO-JI.

Le cadre est superbe et le temple également. Malgré le monde, la sérénité y est très présente et les tokyoites y sont melés au touristes dans une pagaille organisée.
L’intérieur du temple est petit mais chaque détail est travaillé : lanternes, peintures au plafond..

Pour connaitre la bonne fortune, les japonais glissent 100 yens dans un cylindre qu’ils secouent. En sort un chiffre ou une lettre qui correspond à une case d’un meuble à épices géant. Ils tirent le tiroir et en sortent des voeux, une vue vers leur avenir sur un papier qu’ils vont ensuite nouer à un rail de fer.

Ils se prosternent ensuite devant chaque «Sous temple - stèle - buddha» en s’inclinant une fois, tapant des mains deux fois et se ré-inclinants.

L'extérieur du temple est également magnifique


Sortis du temple, les stands de nourriture s’enchainent et tout à l’air délicieux mais nos pieds nous font souffrir et il est nécessaire de s’arrêter, se poser et souffler un peu !
Pleins de petits restos de plein air sont disponibles, mais peu proposent des cartes en anglais ou avec des images pour désigner notre souhait. A ce stade, nous ne sommes pas encore rompus aux usages des restaurant japonais et nous sommes trop hésitants pour nous aventurer sur ces stands. quand aux restaurants qui ont l’air sympa, c’est une queue interminable sur le devant. (Nous ne savions pas encore que malgré les queues, les services étant express, on accède très vite au restaurant, bien plus vite que dans la plupart de nos restaurants)


Encore une fois, le moment du repas devient galère mais on tient bon et nous finissons par trouver un restaurant à l’étage avec des images pour désigner les plats.

Nous découvrons le restaurant, et surprise nous avons un petit grill entre nous deux sur lequel mon mari fera cuire sa viande.

Nous y redécouvrons l’appareil automatique à bière qui sert le verre seul. Il suffit de l’y poser, puis la machine incline le verre pour ne pas faire de mousse puis finit par le remettre vertical pour avoir la juste proportion de mousse. Nous avions vu l’appareil la veille dans le Toy Park, mais le voir fonctionner amuse beaucoup mon Pinou.
A la fin du repas, petit détail qui tue : le chewing gum nous est offert !

En sortant, nous nous laissons tenter par une glace, mais pas n’importe laquelle : une spécialité la glace au haricot rouge. Verdict, c’est délicieux ! Qui l’eut cru ?

Au vu du temps magnifique aujourd’hui, nous finissons notre tour du quartier et envisageons une petite ballade en waterbus : avant de voir la queue et d’y renoncer ! Nous poursuivrons donc notre journée par une ballade à Ueno.

L’histoire du Lucky cat Asahi
Pour les montpellierains, je suis sur que vous avez déjà mangé au Sushi bar, le plus ancien restaurant de sushi de la ville. (Oui, avant il était bon) Pendant longtemps, il a trôné au dessus la caisse un Lucky cat ou maneki nekko de la marque Asahi que mon meilleur ami a longtemps pris pour cible. Des jours entiers de négociation avec les patrons du restaurant, des mails aux commerciaux d’Asahi, de longues heures de recherches et d’enchères sur ebay jusqu’à ce qu’un jour enfin, après plusieurs années, le saint graal trône enfin sur le comptoir de sa cuisine.. ! Comme quoi, il n'est pas toujours facile d'obtenir ce qui parait le plus évident..

Article intéressant ?

Galerie photos

  • DSC00652
  • DSC00609
  • DSC00612
  • DSC00616
  • DSC00619
  • DSC00622
  • DSC00623
  • DSC00624
  • DSC00629
  • DSC00632
  • DSC00634
  • DSC00635.JPG
  • DSC00637
  • DSC00640
  • DSC00642
  • DSC00644
  • DSC00645
  • DSC00647
  • DSC00648
  • DSC00649
  • DSC00650
  • DSC00653
  • DSC00654
  • DSC00655
  • DSC00656
  • DSC00659
  • DSC00660

Découvrez les autres articles de thechoupchoups

Commentaires

09 Juillet 2013
22:00

Vous avez tort de pas vous aventurer sans filet dans la cuisine japonaise ! Quand il n'y a ni carte ni anglais, c'est que ça va être bon !!!!! J'ai souvent mangé des "trucs" délicieux dans ces petites échoppes, dont je ne saurais jamais ni le nom ni de quoi c'était fait !!! C'est triste de vous entendre galèrer au moment du repas alors que (surtout au Japon !) c'est le meilleur moment de la journée. Manger dehors est un vrai plaisir, on s'assoit sur les petits bancs rouges, on observe, on fait comme les autres... et on regarde passer les gens....

j'ai fait un article sur Asakusa, lors du dernier Sanja Matsuri qui devrait vous parler...
http://blogs.kanpai.fr/beforetheboom/festivites/sanja-matsuri.html

10 Juillet 2013
05:15

Ah mais pour la galere c est encore le début.. On était encore tous frais, un peu verts dans notre aventure japonaise pour tenter certaines expériences .. (Surement le temps d adaptation) Mais on s est vites "encanailles" :) notamment a Kyoto ou nous avons entrepris une visite scrupuleuse de tous les stands de nourriture a la recherche exclusive de "trucs qu on connaît pas" ! On va se détendre très vite de ce côté la :) merci pour ton lien je vais jeter un œil car j ai beaucoup aime ce quartier (et nous comptons y retourner)

10 Juillet 2013
09:59

Le récit est tellement vivant que j'en oublie qu'il date de 2012... Rassurée, j'attends donc l'encanaillement culinaire à venir... !

11 Juillet 2013
07:32

Bonjour,
Il s'agit de Nakamise Dori, cette rue qui mène au temple principal. C'est un très bel endroit. J'y ai passé beaucoup de temps cette année. La prochaine fois, je me promènerai sur la Sumida.
Annie

Ajouter un commentaire