Dimanche 1er avril 2012 - les lumières d'Akihabara

La suite de l'aventure du 1er avril, se situe à AKIHABARA dite "Electric Town".

Sur place, des néons, de la musique, des magasins de jeux videos aux sons atroces, des sexshops et des maid cafés...

Le mélange est déroutant, voire dérangeant. Nous ne sommes pas des oies blanches et rentrer dans un sexshop ne nous impressionne pas plus que cela, mais le mélange des genres nous mets mal à l’aise.
Les gadgets éroticos pornographiques sont assez spéciaux pour notre oeil occidental (des vibromasseurs en forme de sushi et de pâte de chat j'ai eu un peu de mal) et le regard pressant de quelques clients (qui doit se demander ce que l'on fout là) finit de nous décourager.
Nous décidons alors d’aller chez Sega ou faute de jouer (le son est trop assourdissant) nous balladons dans les étages et rapportons un porte clé issu d'une tirette (vous savez les trucs ou l'on met une pièce, on tire et il y a un objet qui sort de la boite ?) Ce petit porte clé est désormais attaché à la housse de mon appareil photo et me suit partout. C'est devenu mon petit grigri !
Les affiches annoncent partout la proximité de maid cafés et des jeunes filles déguisées indiquent ce type d’établissement.
Nous décidons de tenter l’expérience et choisissons le premier que nous trouvons. Nous suivons les paneaux qui nous conduisent dans les étages d’un immeuble et dès le pas de la porte, je ne le sens pas... Et là comment dire ? Les serveuses portent donc des tenues de soubrettes qui semblent tout droit issues de films porno des années 80. Mais cette tenue est portée avec dessous des collants opaques et des manches longues. Les lieux sont envahis d’adolescents prépubères (nous sommes les seuls étrangers et de loin les doyens de la clientèle), il y fait une chaleur écrasante et tout est hors de prix.
La nourriture amenée comporte pleins de dessins enfantins et les plats sont servies en chantant des chansons pour la rendre plus déliceuse et «mettent des coeurs dedans». Nous devons nous plier au rituel de la chansonette et des mains à mettre en forme de coeur. Bizarre, mais nous ne sommes pas au bout de nos peines.
Les jeunes serveuses sont au service des jeunes garçons : elles leurs sucrent et leur remuent le café etc..Mouais. C’est vraiment très étrange de voir tous ces codes érotiques voire pornographiques détournés dans un contexte enfantin. Nous nous sentons réellement mal à l’aise et préferons quitter les lieux avant de voir une autre bizarrerie.

Peut-être sommes nous mal tombés, mais une chose est sure nous voilà vaccinés de l'expérience !
Nous préferons donc abréger notre visite et filer vers un restaurant de sushis reperé un peu plus tôt (situé juste à côté d'un stand d'onigiris, miam !)


A notre arrivée, il y a déjà la queue devant le restaurant et nous décidons cette fois-ci d’attendre, tant la devanture nous avait plu.


Bien nous en a pris, nous prendrons chirashi (des lamelles de poissons posées sur du riz vinaigré) et omelette pour moi, assortiment de sushis pour monsieur, le tout accompagné d’une soupe miso agrémentée de restes de poissons. Dé-li-cieux.

Après ce délicieux repas, le retour à l’hôtel a encore une fois été plus long que prévu, victimes de la gare de Shinjuku encore une fois et de ses multiples sorties....
Arrivés à l’hôtel, nous apprenons qu’un tremblement de 5,6 sur l’échelle de Richter a eu lieu au large du Sendai, ressenti jusqu’ici.
Pour avoir déjà ressenti un tremblement de terre à Bali l’année dernière (étrange expérience) je suppose que celui-ci a du arriver alors que nous étions dans le métro car nous n’avons rien senti.
Nous espérons juste que les médias français n’ont pas relayé pour l’instant que nous ayons le temps d’anticiper et envoyer des mails à nos familles pour le dire que tout va bien ici. (Oui, c’est peut-être idiot mais je sais que ma mère a pour habitude de suivre la météo de l’endroit ou l’on se trouve et qu’elle a tendance a vite s’inquiéter.)
Les mails partis pour dire que nous n’avions rien ressenti, nous nous couchons encore une fois épuisés et les pieds en feu.

L'anecdote du jour :
A Asakusa, nous avons été interviewés pour une chaine de cuisine japonaise. Ils demandaient aux passants s’ils savaient ce qu’était la plante qu’ils avaient entre les mains.. Nous nous attendions à quelque chose d’exotique (pour nous), persuadés de ne pas savoir.. quelle fut pas notre suprise quand ces dames nous ont sorti.. du persil !

Article intéressant ?

Galerie photos

  • DSC00706
  • DSC00705
  • DSC00704
  • DSC00709
  • DSC00710
  • DSC00707

Découvrez les autres articles de thechoupchoups

Commentaires

12 Juillet 2013
09:34

Bonjour,
Je pense que les "petits morceaux de poisson" qui nagent dans la soupe miso sont, en fait, du tofu. N'est-ce pas ??
Merci pour ce reportage.
Je n'avais pas trop aimé Akihabara, trop tout, trop bruyant mais, en même temps, très japonisant et on est là encore dans un monde à part.
Je continuerai à lire tes aventures.
Annie
PS : pour ton dernier paragraphe, tu parles bien d'Asakusa ? car ton article parle d'Akihabara !

12 Juillet 2013
09:40

Non non c'était bien du poisson, y'avait tofu et poisson ! C'était la première fois que j'avais les deux dans une soupe miso et c'était carrément trop bon!
Pour le dernier paragraphe, oui c'est bien Asakusa, c'est vrai que j'aurai du le mettre dans l'article sur Asakusa mais comme je reprends fidelement mon récit écrit là bas que j'avais toujours organisé selon le plan : récit de la journée / anecdote, réflexions du jour j'ai maintenu. Et puis comme ça on voit toujours ceux qui suivent ;)

12 Juillet 2013
09:49

Hi, hi :) eh bien je te suis tu vois.
Tofu et Poisson, cela doit être très bon.
Bon appétit et bonne journée,
Annie

20 Juillet 2013
18:48

Waouh ce chirashi est magnifique !!!!!
^_^

21 Juillet 2013
12:37

Et il était aussi bon que beau ! :D

Ajouter un commentaire