Musée Ghibli et le parc Inokashira

Bonjour !

J'ai fait cette visite le deuxième jour de mon arrivée, donc je sais je suis en retard. J'étais encore en mode "mal du pays" toute la journée du jeudi et vendredi a été la cérémonie d'ouverture de mon école puis le test de langue pour déterminer les classes, donc j'ai soit pas eu le moral de le faire, soit pas le temps. Je vais faire un article plus tard sur ma journée d'hier, passée à Akihabara et Ikebukuro. Aujourd'hui, je vais avec mon amie à un évènement cosplay connu au Japon qui se passe au Tokyo Dome City. Cet article sera pour demain. Aussi, mes cours commencent mardi et malheureusement (?), ils se passeront l'après-midi de 13h à 16h30. Sachant que la nuit tombe vers les 17h30-18h ici en ce moment, je ne peux franchement pas aller visiter grand chose durant la semaine. Donc, le prochain article concernant les visites seront sans doute samedi prochain, puisque je vais à Shibuya avec une autre amie Japonaise !

Bon, c'est parti !

Le lendemain de mon arrivée, nous partons vers les 11h30 après avoir acheté un bento (= déjeuner) dans un supermarché. Deux choses à savoir pour ceux et celles qui désirent visiter le musée en question : il est préférable (voir, obligatoire) de prendre ses tickets sur internet. Le site est aussi traduit en anglais et le ticket adulte coute 1000 yen (environ 7,5 euros). Seconde chose : il est interdit de prendre des photos à l'intérieur du musée. Vous n'aurez donc que les photos de l'extérieur. Ne vous en faîtes pas, j'essayerais de vous faire visiter par mon article. Si vous y allez un jour, vous remarquerez sans doute plein de personnes d'origine asiatiques prendre des photos, notamment sur la terrasse du haut (statue d'un robot d'un des films de Ghibli). Ce ne sont pas des Japonais. Je sais que ça peut être difficile, mais essayez de ne pas prendre de photos par respect pour le travail du personnel du studio et pour le travail d'Hayao Miyazaki (il existe des croquis exclusifs du réalisateur et des membres du staff sont à côté pour veiller à ce que des photos ne soient pas prises). Vous aurez la possibilité d'acheter le pamphlet du musée avec des photos de l'intérieur si vous le désirez.
Le musée se trouve à la station du parc Inokashira (井の頭公園). La station se trouve environ à 20-30 min de la station Nippori. Prenez la ligne Yamanote jusqu'à Shinjuku. Descendez et prenez la ligne Chuo (orange) jusqu'à la station Kishijoji. Pour notre part, nous sommes descendues ici et nous avons marcher environ 10 min jusqu'au parc Inokashira. Mais vous pouvez encore continuer, la station du parc Inokashira est la station juste après. Vous raterez seulement quelques petites merveilles pour les yeux, à vous de voir ;)
Alors que nous sommes encore à Tokyo, les rues font moins bondées, plus espacées et plus sereines. Nous nous éloignons de la station, sous le couvert des arbres et faisons attention aux nombreux vélos qui passent. Petit à petit, la forêt s'installe. Les arbres sont plus nombreux, le vert de la nature remplace le gris de la brique. Nous rentrons dans le parc, qui est énorme au passage. Une carte nous indique pas très loin, un temple et un lac. Nous décidons d'y aller. C'est magique, les arbres sont grands, nous entendons les cigales et les oiseaux, les chemins sont en terre battue. Nous montons des escaliers qui me rappellent fortement ceux guidant vers les temples. Je ne suis plus à Tokyo, je retourne dans le Japon traditionnel. L'entrée du temple est marquée par une lanterne de pierre, pour repousser les mauvais esprits. Nous traversons le pont, les carpes nageant tranquillement sous nos pieds. Le temple sur la gauche est d'un rouge vif, assez haut. Sur la droite, une petite réception avec une boite en bois laissant voir des papiers disposés au fond. Je vois au fond une fontaine en pierre. Au milieu, devant le temple, une coupole avec de l'encens fumant. Nous nous approchons de la fontaine et apercevons le lac. Je mitraille de photos la fontaine d'eau, le pont et les petites grenouilles qui ont élues domicile près de la fontaine d'eau.
Mon amie m'explique alors comment prier à la japonaise. D'abord, se purifier. Sur la fontaine en pierre se trouve des sortes de louches à la poignée en bambou. Je verse de l'eau sur une première main. Puis sur l'autre main. Je prends un peu d'eau dans ma bouche et recrache tout de suite (ne pas avaler !). Me voilà purifier, je me retourne et monte les escaliers du temple. Devant l'autel, je verse une pièce de 50 yen (il porterait bonheur) en offrande au Dieu. Puis je tire la grande corde en face de moi et je tape trois fois sur le gong (j'ai remarqué par la suite que le nombre 3 n'a aucune importance, faut juste frapper le gong plusieurs fois pour "appeller" le kami). Je m'incline, tape trois fois dans mes mains, et commence ma prière. N'étant pas japonaise, je fais ma prière en français dans ma tête, en espérant que le kami-sama soit multilingue. Puis je tape encore trois fois dans mes mains, m'incline à nouveau. Je vais à la coupole derrière moi, et avec la main approche la fumée de l'encens pour me purifier à nouveau.
Mon amie me demande ensuite si je veux taper les messages porte-bonheur, dans la boite en bois dont j'ai parlé un peu plus tôt. Je lance une pièce de 100 yen, et choisis au hasard un bout de papier. Je le déroule. Une beau dessin, style estampe, d'une femme sous une lune claire. Ensuite, le texte est en japonais ancien. En haut à droite est indiqué le degré de "chance" du porte-bonheur. Je suis au plus haut degré, très chanceuse. Si votre porte-bonheur se retrouve être de mauvais augure, vous pouvez toujours libérer la mauvaise énergie en le pliant avec les autres sur un espèce de grand étalage, près du tableau à vœux (cf photo). Vous pouvez aussi purifier votre argent, d'après mon amie c'est une très bonne chose, dans la deuxième fontaine. Est à votre disposition des passoires. Vous mettez votre argent dedans et le faîtes nettoyer.
Nous avons pris en temps notre déjeuner face au lac. Maintenant, il est presque 14h, l'heure à laquelle nous pouvons entrer au musée. Celui-ci est très bien indiquer dans le parc. Nous suivons ainsi juste les panneaux. Beaucoup de japonais en vélo passent, et nous apercevons même un couple qui se tient la main. Je demande à mon amie si c'est une chose curieuse. Elle me répond que les japonais sont en général "shy" (timide) mais que certains ne le sont pas et se tiennent la main. En tout cas, j'avais de bisou en public. Se tenir la main est la chose la plus intime qu'on puisse voir. Depuis, j'ai vu de plus en plus de jeunes couples se tenant la main. On affiche de plus en plus son amour au Japon. En tout cas, pour les jeunes générations.
Nous arrivons enfin devant le musée. La face du bâtiment est jaune poussin, imposant et Totoro nous accueille avec son grand sourire. Le bâtiment est parmi les arbres, jouant avec la nature, vivant avec elle en harmonie. Nous rentrons, donnons nos billets et on nous offre un guide (on voulait me l'offrir en anglais avant que je lui dise que je le préférais en japonais, ce qui étonne un peu l'employée avant de sourire) et une petite séquence de pellicule cinématographique , qui donne en vérité accès à la salle de cinéma du musée. Ma séquence vient du film "Le Château ambulant", mon préféré. Nous nous étonnons des fenêtres en vitrail dépeignant des scènes avec les personnages des films : Kiki la petite sorcière, Totoro et Mei, quelques monstres (bakemono) des films, les buta-san (cochons) de Porco Rosso etc. Nous rentrons dans la salle principale. La magie opère : le plafond est si haut ! Avec une coupole en verre ! Des escaliers et des ponts survolent nos têtes. On aperçoit des sortes de passages secrets, étroits et bas de plafond. On se regarde avec mon amie, rigolons et tombons de suite en enfance. Vite, nous prenons l'escalier étroit en colimaçon qui monte jusqu'au dernier étage. Je me cogne derrière la tête au passage. C'est tellement haut que nous sommes prises de vertige avec mon amie mais nous continuons quand même, comme des enfants aventuriers. Nous déboulons dans un escalier, nous décidons de monter. Une salle avec un énorme Chat-bus !! Malheureusement, ce n'est que pour les jeunes enfants. Il a l'air tellement doux, tellement accueillant. Nous boudons un peu, avant de monter sur la terrasse. Un jardin sur le toit, première fois que je voyais ça. Nous faisons vite le tour, en passant à côté du robot et d'une pierre en langue étrangère, du film Laputa.
Je me suis vraiment amusée de cette visite. J'avoue que je ne m'attendais pas à ça : je pensais rencontrer des anecdotes des films, des secrets, quelque chose qui aurait vraiment à voir avec les films. En réalité, une partie des salles se base sur la réalisation. Comment un film est créé. On remonte ainsi dans le temps avec l'image et les effets d'optique. Nous pouvons jouer à chaque atelier et découvrir par nous mêmes. 3 salles sont réalisées à Hayao Miyazaki : son bureau est ainsi reproduit à l'identique. Et je peux vous dire que c'est un vrai bordel avec tout ces bouquins ! Des croquis de pleins de personnages sont accrochés au mur. Il y a même une salle où est expliqué le coloris des personnages : il ne faut pas croire mais c'est du vrai boulot de titan ! Un personnage a ainsi 5 ou 6 couches différentes de peinture pour donner l'effet final qu'on connaît !
Il existe une boutique de souvenirs, avec des pins, des porte-clés, des stylos, des boîtes à biscuits, des puzzles, des cartes postales, des fanbook, des cartes, des peluches etc etc. Un peu cher je l'admets. J'ai donc acheté un porte-clef, un bloc-note Totoro et un autocollant que j'ai collé sur mon dictionnaire électronique japonais. Avant la sortie, un café. Mon amie veut manger un gâteau à la fraise. Immédiatement, on nous sert un verre d'eau (glacée). Ici, tous les restaurants et les cafés vous servent de l'eau à chaque fois. Et ils n'attendent pas que vous les appeliez pour vous resservir, non non, ils restent à l'affut et dès que votre verre est vide (voire avec un fond d'eau), on vous ressert. Quel service ! On sert à mon amie une énorme part de gâteau tout crémeux avec un petit drapeau du chat de Kiki. Les Japonais ayant un petit appétit, très vite mon amie me demande de manger avec elle car elle ne pourrait jamais finir. Il est délicieux, si doux, si moelleux, pas trop lourd à l'estomac. Un pur bonheur. Nous finissons de manger, puis quittons enfin le musée. Une fois à l'extérieur, nous reprenons des photos du café notamment. Il est 17h30, il commence à faire sombre. Nous voulons aller au jardin japonais et à un autre temple un plus loin. Malheureusement, le temps qu'on arrive là-bas, il fait déjà nuit. Nous ne voyons rien du tout et ne savons même pas si nous sommes proches. C'est ainsi, nous devons rentrer. Nous croisons beaucoup de collégiens et de lycéens en uniforme, qui rentrent de l'école et qui flânent après une longue journée d'école et s'arrête pour prendre un petit truc à manger ou prendre une boisson au distributeur.
Finalement, je me dis que j'ai bien fait de ne pas prendre de photos. J'ai ainsi pu profiter pleinement de ma visite. Comme il est écrit sur le guide, mon coeur était dans la visite, et je suis retombée en enfance, le temps d'une après-midi.

Article intéressant ?
5/5 (1 vote)

Galerie photos

  • P1060146
  • P1060115
  • P1060116
  • P1060117
  • P1060118
  • P1060119
  • P1060120
  • P1060121
  • P1060122
  • P1060123
  • P1060124
  • P1060125
  • P1060126
  • P1060127
  • P1060128
  • P1060129
  • P1060131
  • P1060132
  • P1060133
  • P1060134
  • P1060135
  • Tableau à voeux et papiers de malchance à côté
  • P1060137
  • P1060138
  • P1060139
  • P1060140
  • P1060141
  • P1060142
  • P1060143
  • P1060144
  • P1060145
  • P1060147
  • P1060148
  • P1060150
  • Vue depuis ma fenêtre de chambre
  • P1060107
  • P1060108
  • Les casiers des gares
  • P1060110
  • P1060111
  • P1060112
  • P1060113
  • P1060114

Découvrez les autres articles de sytuki

Commentaires

Sundvold
06 Octobre 2013
07:03

Merci pour ce compte rendu, ça m a rappelé plein de souvenir

Franck
06 Octobre 2013
07:49

Merci pour la visite!!

Ajouter un commentaire