"Tel père, tel fils" le nouveau Hirokazu Kore-eda

--

--

Bonsoir Kanpaïens, Kanpaïennes,

C'est pour profiter un peu de mes quelques jours de répits avec les fêtes de fin d'année, que j'ai bravé le pluie cette après-midi pour aller voir au cinéma le dernier film du réalisateur japonais bien connu, Monsieur Hirokazu Kore-eda, "Tel père, tel fils", lauréat du prix du jury au dernier Festival de Cannes.

--

D'abord pour situer un peu rapidement, Kore-eda Hirokazu est l'un des réalisateurs, scénaristes et producteurs les plus connus d'Asie. Né en 1962 à Tokyo, il fait ses débuts avec des documentaires dans les années 1990 et débarque sur le tapis rouge du festival de Cannes en 2001 avec son film "Distance". S'enchaîneront ensuite de multiples nominations dans de nombreux festivals avec ses films suivant: "Still Walking", "Nobody Knows", "Air Doll" et "I wish".

--

Pour apprendre et pratiquer mon japonais, je n'ai que récemment regardé les films de Hirokazu, décrit comme cinéaste de l'enfance et de la famille. Ses cadrages épurés et gracieux, et ses thèmes m'ont tout de suite touché. Gaël a d'ailleurs, sur Kanpai, écrit quelques articles à leur sujet.

--

Synopsis:

" Ryoata, un architecte obsédé par la réussite professionnelle, forme avec sa jeune épouse et leur fils de 6 ans une famille idéale. Tous ses repères volent en éclats quand la maternité de l'hôpital où est né leur enfant leur apprend que deux nourrissons ont été échangés à la naissance : le garçon qu’il a élevé n’est pas le sien et leur fils biologique a grandi dans un milieu plus modeste…"

--

Ok, le thème de ce film a déjà été abordé. Il n'empêche que l'on assiste à une peinture sensible du fardeau porté par une famille, et plus particulièrement d'un père en questionnement qui se doit de réagir calmement face à la situation. Les acteurs sont tous divins et doux, et les petits acteurs savent donner la réplique aux grands. De très jolies cadrages en plus, et les 2h de film passent à grande vitesse.

--

Je ne suis pas vraiment douée pour donner une juste critique des films que je vois, mais je ne peux que vous conseiller d'aller voir ce jolie film. Restée un peu sur ma faim après "Air Doll" et "Nobody Knows", je me suis d'avantage retrouvée dans ce scénario-ci.

J'espère avoir les retours de ceux qui ont (ou auront) vu le film!!

Et maintenant que mon tour des films de Hirokazu est fini, si vous avez des films japonais à me conseiller, je suis preneuse !

Bonnes fêtes de fin d'année à tous !

Article intéressant ?
4/5 (1 vote)

Galerie photos

  • affiche "tel père, tel fils"
  • "Tel père, tel fils"
  • Koreeda Hirokazu
  • kawaii gingerbread

Découvrez les autres articles de sushiaujapon

Commentaires

28 Décembre 2013
09:40

Bonjour miss Sushi,

J'ai vu ce film hier soir, juste avant la pluie :) Justement, je souhaitais en parler sur Kanpai tellement ce film m'a plu.

Un film magnifique dont le sujet peut laisser penser à 'la vie est un long fleuve tranquille' traité dans une ambiance japonaise.

Le site Allociné vous en présentera une bande annonce, des extraits et des critiques émises de la part de critiques professionnels et de spectateurs (le film recueille 4 et 4, ce qui est un excellent score).
http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=220765.html

Les acteurs sont excellents, les enfants - dont le petit Keita - d'une très grande justesse. Les mamans tout en retenue. Pour ceux qui aiment le Japon, on perçoit les contraintes d'un Japon très exigeant et de parents très exigeants dans l'éducation des petits. On y voit un parallèle entre la vie dans une grande ville - Tokyo - dans une famille aisée et la vie à la campagne dans une famille de petits commerçants. 2 modes d'éducation diamétralement opposés y sont présentés avec les questions "qu'est-ce qui est le plus important : passer du temps avec ses enfants et rire ou être strict avec ses enfants et leur imposer beaucoup de contraintes pour qu'ils réussissent plus tard ?". Les mamans apportent beaucoup de douceur. J'ai vraiment retrouvé le lien particulier entre les mamans japonaises et leurs petits.

L'acteur principal est parfait, on perçoit ses questionnements, sa lente transformation. Le thème principal en est "les liens du sang" étudié à plusieurs niveaux.

A recommander, un de mes coups de coeur de l'année. On rit, on est très émus et la fin du film vous laisse choisir quelle sera la fin du film.

Bonne journée,

Annie

28 Décembre 2013
09:56

Bonjour Annie!

Merci pour ton retours et ta critique très juste! Tu viens parfaitement compléter mon article. ;)

Je n'attends plus que la sortie en DVD pour le faire découvrir à ma famille, et me ré-entraîner à comprendre la langue sans l'aide des sous-titres!

Très bon week-end à toi.

28 Décembre 2013
11:15

Bonjour,

Euh, voir le film sans les sous-titres, bravo ! J'étais contente, pour ma part, de comprendre certains mots.

Joyeuses fêtes et à bientôt,

Annie

28 Décembre 2013
11:19

Haha, non non, je te rassure, les sous-titres étaient plutôt très très utiles! J'ai juste réussi à comprendre certaines phrases avant de vraiment lire leur traduction. Des choses simples, mais preuve que mes leçons commencent à rentrer. Voir des films en VO est vraiment super pour la compréhension!

Bonnes fêtes à toi aussi!

28 Décembre 2013
11:38

J'avais compris que ton objectif était de voir le DVD sans regarder les sous-titres.
Tu as raison, c'est une très bonne façon de progresser.

Annie

miss gears
18 Janvier 2014
13:27

bonjour,
je débarque sur ce site en voulant importer la photo du film sur FB pour le mettre à l'honneur.
j'ai vu le film hier soir et le silence qui a suivi dans la salle était à l'image de l'émotion qui a nous a tous embrassé pendant 2 heures.
je partage entièrement ton analyse et ta critique
j'ajoute que la scène magnifique où le père quitte son carcan de perfection en découvrant les photos que son fils a prit de lui est admirablement bien jouée et me fait penser à la façon dont le bourreau change de camps dans la "la vie des autres"
un film toue en subtilité qui donne aux images et au dialogue une partition très juste
un film magnifique, vraiment

18 Janvier 2014
18:07

Bonsoir miss gears,

Merci beaucoup pour ton retours!! J'ai aussi adoré cette scène, c'est le genre de moment où l'on ressent une énergie particulière...
Nous n'étions pas très nombreux pour ma part, à la séance, deux couples de septuagénaires, un couple plus jeune avec leur fille adolescente, et homme seul : personne n'a bronché pendant le film, et je te rejoins pour dire que le silence régnait encore à la fin du générique!

Ajouter un commentaire