Jour 3 (2013) : à la découverte de Tokyo

Jeudi 08 aout. Levée à 4h du matin, bon j'ai quand même dormi. J'observe la rue éclairée si tôt par un grand soleil, le balai des gens, les techniciens consciencieux dans leur travail. mon ordinateur m'occupe un peu le temps de rassurer la famille et de vérifier les itinéraires. Dès 7h, on file à la réception où le petit-déjeuner est compris dans le prix de la chambre sous forme de petit bento (sandwich, omelette...) accompagné de boissons chaudes ou froides.

Rappelons que le coté touristique a été usé et abusé lors de notre voyage organisé de l'an dernier, alors pour ce voyage-ci personnel nous avons décidé de privilégier la vie urbaine avec quelques sorties.

Direction Shinjuku, on ne trouve pas de borne pour acheter une Suica alors on se contente d'un ticket. Le métro est plein de "salary men", je dénote avec mon blond et mon allure de touriste. On rejoint le Tokyo Gouvernement Metropolitan emporté par la foule, mais il est un peu tôt, alors on profite du calme apparent pour prendre des photos au milieu des buildings.

82336120130808010413.jpg

Des buildings à perte de vue, le TMG..

Par chance un parc (Shinjuku chuo park) se trouve juste derrière une petite balade à regarder les habitants (plutôt âgés) faire leurs exercices du matin, s'installer avec leurs amis sur la pelouse. Je croise aussi mon premier neko local qui se prélasse près d'un stand encore fermé.

Et en poussant la visite plus loin on tombe sur un temple au milieu de cette verdure, elle-même au coeur du béton urbain.

Nous rejoignons le TMG, pour l'accès aux observatoires qui débute à 9h30, précisément, le petit plus : c'est gratuit. Après quelques recherches, il est conseillé de choisir l'observatoire Sud pour une meilleure vue.

On fait plusieurs fois le tour profitant du peu de monde mais surtout avec cette impression d'immensité qui s'offre devant nous. En se dirigeant vers Shinjuku, petit arrêt dans un combini pour se ravitailler en eau (les bouteilles de 2L à 89yens aident beaucoup par cette chaleur). On prend nos pass Suica comme des grands et on se dirige alors vers Harajuku et sa célébre Takeshita dori.

Il est 10h30 et pourtant le corps fait ressentir ses premiers signes de faiblesse. Par contre on constate à quel point la rue a changé en un an... Elle perd un peu de son authenticité avec les petits boutiques qui font place désormais à de grandes constructions et des boutiques accès pré-adolescents.

Une petite pause snack avec une crêpe japonaise, gourmandise qui m'a manqué, la chaleur fait fondre la glace à une vitesse... Des boutiques de fringues mais on oublie pas notre passage à l'Evangelion store <3.

Alors que nous pensions enchainer avec Shibuya, nous décidons de rentrer à l’hôtel pour nous reposer un peu vers 15h30 (et poser les nombreux achats).

Vers 18h nous arrivons à Akihabara qui est à deux stations de notre hôtel. Vu que nous avons le reste de notre séjour et qu'au final les magasins vont vite fermer nous nous concentrons à l'exploration approfondit du grand batiment proche de la station JR (yellow submarine) et de ces nombreux étages.

Le temps file, tout ferme, on décide de rentrer vers notre hôtel et de trouver un petit restaurant pour finir cette journée. l'ambiance de nuit avec ces couleurs électriques change l'atmosphère et le visage de la ville. On profite, nous sommes bien, les vacances commencent.

Une maid discutant avec un passant afin de le convaincre de venir passer un peu de temps dans un café (nous ne nous laisserons pas tenter).

Sur le retour nous testons donc un petit restaurant avec des bornes automatiques, en nous basant sur le visuel du plat. Un "katsudon" pour moi si ne me trompe pas et de la viande pour monsieur (porc?).

On apprécie le repas mais la fatigue me fait sombrer, on rentre vite et à 22h extinction des feux. Bonne nuit...

Article intéressant ?

Découvrez les autres articles de Seiko

Commentaires

22 Août 2013
13:54

Bonjour,
Sympa ton reportage, on voit que tu commences à prendre tes marques.
Annie

22 Août 2013
17:05

Bonsoir Annie.
Et oui, on a vite prit nos petites habitudes, je pense que c'est pour cela que le retour fut encore plus rude que l'an dernier et que l'on a d'autan plus envie de partir à nouveau mais cette fois pour être un peu plus proche de la population. Et les recherches d'avant le voyage ont permis de s’imprégner de ce qui nous attendaient et de moins stresser (car une fois l'avion et l’hôtel réglés l'esprit est plus libre.

Ajouter un commentaire