Japon, épisode 1

En direct d'Okayama, 7h45 du matin le 28 mars,

Peu de journées se sont écoulées, et déjà un monde depuis mon départ à ce qui semble (attention : j'use d'un clavier Qwerty sans correction d'orthographe...). Les photos devront hélas attendre, car elles sont trop grosses pour ce site. Il faut donc les retoucher... Je n'ai pas beaucoup de temps, donc je vais tenter de résumer rapidement les événements :

24 mars : des serpents dans l'avion...

Jusqu’ici, j'avais toujours eu des voyages plutôt agréables. Comme quoi il faut un début à tout... départ à Bordeaux sans encombre, sinon un mélomane qui a trouvé bon de siffler le même air pendant TOUT le vol juste derrière moi. Puis arrivé à quai, je cours car il faut traverser tous les terminaux, et j'ai 10 min à peine (l'arrivée et la sortie ont été lentes). J'arrive, puis deux minutes plus tard, on nous annonce un problème. 3 heures plus tard, on part enfin dans un autre avion, le 1er étant apparemment dangereux... Pendant le vol, je me rends compte rapidement qu'une 30aine de Serbes ont élus Q.G juste devant moi et parlent très fort. En 12h de vol, 1h de silence seulement, ne laissaient pas passer les hôtesses, etc... Bref, j'arrive enfin à bon port, mais complètement jetlagué...

25 mars : day of the living-dead...

Il y a bien des choses au Japon que j'adore, mais pas la douane et ses méthodes (pour employer un terme à la mode) "dignes de la Stasi". M'enfin je passe finalement et arrive vraiment. Ah... quand en descendant les escalators vous entendez une petite voix vous accompagner dans votre descente, pas de doute : vous êtes au Japon. Je vais voir une fille à l'accueil tourisme, qui me conseille de prendre le train. Alors un conseil à ceux qui le prendraient : prenez la ligne express et payez les 200 yens de + ! Sinon c'est d'un lent... Bref, j'arrive à l'hôtel, mort de fatigue, mais il est à peine 13h. Donc je bouge vers les quartiers de Nanba/Dotombori/Amerika-mura. Je me perds un peu dans les ruelles, tombe sur ces curieux lampadaires designés par des artistes, vais pour manger des Kistune Udon (soupe de nouilles avec tranches de tofu frit) dans une échoppe que je recommande d'ailleurs. Il s'appelle le Himai Honten. Sauf que je ne la trouve pas. Je demande donc ma route, quand je suis interpellé par un groupe de japonaises qui veulent absolument m'aider. L'une d'elle est plus communicative, mais aussi très étrange : elle me pose pleins de questions, tout en prenant des notes. Et me demande de poser en photo avec ses amies. Je pense qu'elle veut poster des infos sur Facebook en racontant qu'elle a croisé un frenchie et qu'il aimait tel et tel truc. Ça m'amuse, on passe un moment puis je file manger mon udon. Après une ballade, je décide de rentrer, car je suis mort. Je ferais l'Umeda en revenant à la fin du séjour. Je m'excite 5min dans la douche glacée avant de me rappeler qu'il y a un système électronique dehors pour tout régler. La nuit est horrible : n'allez surtout jamais à l'hôtel Sun Plaza 2 ! L'isolation est pourrie et la nuit, la clim devient chauffage, si bien qu’il faisait au moins 40 degrés dans la pièce. Obligé de tout ouvrir avec une voie express juste à côté. Bilan : j'ai toujours pas dormi et suis de méchante humeur.

26 mars : après la pluie...

Journée météo moisie, avec tous mes sacs sur le dos et les bras, ça part mal... Arrivé à Nara, je me perds un peu, reviens sur mes pas, puis retrouve enfin mon pavillon que j’avais tant aimé. J'ai les pieds trempés, mais ça me met du baume au cœur après tous ces déboires (ma photo de 2009 sur ce même lieu ci-joint).

Puis je file sur Kyoto. Prends le bus, me perds par de mauvaises indications et arrive enfin à destination en fin d'après-midi. Je suis épuisé. Heureusement cet hôtel et ses chambres capsules est très bien, calme et propre (Amenity Hotel). Il y a même un spa avec bain à remous, dont je profite allègrement. Je dors un peu et trouve un peu d'énergie pour partir à Gion, qui est juste à côté. La ville est très calme en semaine. Je trouve difficilement un resto, car j'avais oublié que les japonais mangent tôt. La plupart ferment a 19/20 heures. Je me perds ensuite dans des ruelles d'un quartier très chic, tout boisé et ou la pierre taillée côtoie les petits jardins luxuriants. Je me surprends à m'imaginer richissime vivant dans ce genre d'habitation...

27 mars : heaven

Un réveil atroce, fait de maux de nuque et de nausées avec tous mes bagages. Je me force, prends un doliprane (idée de génie d'en avoir pris). 45 minutes plus tard, je revis. Départ pour Okayama. Les Shinkansen (trains rapides) sont vraiment les meilleurs trains du monde. Ponctuels, rapides, spacieux, confortables et silencieux. J'arrive à Okayama, qui est selon moi le meilleur point de départ pour une arrivée au Japon. Petite ville sympa avec son vieux tram et son somptueux jardin. On en fait le tour en48h max, mais en 2h vous êtes à Kyoto ou Hiroshima. J'arrive à l'hôtel, juste devant un petit canal. Classe. Je déjeune dans un petit parc pour enfant très chouette, puis file au Korakuen, ce jardin juste magnifique près d'un château. Hélas, je suis un peu en avance pour le Hanami, les cerisiers fleurissant à peine. Mais quelle vue, à couper le souffle... J'apprends qu'au moyen-âge, le Daimyo emmenait ses invités du château jusqu'au jardin. Versailles, une idée moderne, vous dites ? Fin d'après-midi, après avoir flâné je rentre prendre un bain à remous, puis file vers un bar australien pas loin (le Aussie Bar) pour demander un resto avec menus en anglais. Le type Toby, est super sympa et ne guide à destination. Comme souvent, il s'agit d'un lieu dans un immeuble, sans qu'on puisse deviner qu'il s'agit d'un resto. Je rejoins ensuite Toby. On discute la soirée avec quelques bières. Il me raconte ses aventures incroyables, et le fait que les yakusas viennent de temps en temps pour marquer leur territoire mais qu'ils sont très sympas...

28 mars : Hiroshima, mon amour...

Je pars d'ici quelques minutes, donc à bientôt !

Article intéressant ?

Découvrez les autres articles de Paul

Commentaires

Maman
28 Mars 2014
17:57

Après un début chaotique, je vois que les choses s'arrangent.
Bon courage.

VENDEUR Isabelle
28 Mars 2014
22:27

Que d'aventures profite bien copain !!!! Un gros bisous

plume
31 Mars 2014
13:58

quelle idée de dormir dans un hôtel espagnol au japon (sun plaza!)quand on sait que les espagnols sont des mauvais dormeurs...
"lache prise" sur la bobinette "programme" et la chevilette "voyage" cherrât.
Bonne itinérance.

Le vieux chaperon rouge
PS: le proverbe du jour: "voyager c'est passer à côté"

Ajouter un commentaire