Sengaku-Ji - Odaiba - Roppongi Hills

Il ne m'était pas possible de visiter Tôkyô sans passer par le Sengaku-Ji, le temple qui abrite les sépultures des 47 rônin et de leur seigneur, Agano Naganori. Donc, même s'il est un peu en dehors des circuits touristiques classiques de Tôkyô, j'ai tenu à emmener mes ouailles faire brûler sur chaque tombe un bâtonnet d'encens comme le veut la tradition. Vous pouvez, si vous le souhaitez, découvrir l'histoire d'Asano Naganori et de la vengeance des 47 rônin (Akô Gishi) ici : fr.wikipedia.org/wiki/47_rônin

Le Sengaku-Ji était calme et vide, à l'exception de quelques peintres japonais venus se recueillir ça et là dans ce temple chargé d'émotion.

Après ce moment de recueillement, changement radical d'ère et d'état d'esprit : nous nous sommes dirigés vers Odaiba, la grande île artificielle sur la baie de Tôkyô.

La ligne automatique Yurikamome franchit le Rainbow bridge pour nous conduire au paradis des amateurs de jeux, centres commerciaux géants, attractions pour jeunes et moins jeunes, hôtels de luxe ... Tout est dans la démesure, à l'image de cette ville.

Nous nous sommes d'abord promenés à Tôkyô Decks où nous avons déjeuné, avant de longer l'esplanade menant à la reproduction de la statue de la liberté, puis à la plage donnant sur la baie de Tôkyô.

Par la suite nous avons salué le Gundam, robot géant protégeant la ville. La fin de journée approchant, nous avons traversé une bonne partie de l'île pour jouer les Edoko au Ôedo Onsen Monogatari. Il s'agit d'un complexe ouvert toute la nuit recréant l'atmosphère d'une rue d'Edo, articulé autour d'onsen intérieurs et extérieurs chauffés de 20 à 41°C, et de boutiques et restaurants entre lesquels on circule en yukata dont nous choisissons les motifs à l'entrée.

Hommes et femmes peuvent partager en famille un grand Onsen extérieur réservé aux bains de pieds, très agréable le soir tombé à la lumière des torches. Le fond du bassin serpentant dans le jardin extérieur est agrémenté de galets de formes et de tailles différentes, censés stimuler la voûte plantaire en réflexologie, mais qui en pratique font un mal de chien ! Le jeu consiste, assis sur les margelles du bassin, à se moquer de la douleur des suivants sur le parcours !

Nous avions fière allure dans nos yukata ! Il faudra en trouver à Kyôto. Nous avons testé avec délice successivement les bassins intérieurs et extérieurs jusqu'à 41°C pour finir dans celui où l'eau était à 20°C. Madame a failli y perdre un orteil, gelé après quelques secondes, à l'image de Pierre Lachenal sur L'Annapurna. À l'entrée des onsen, hommes et femmes sont séparés. On nous remet une grande et une petite serviette, la première devant rester dans notre casier pour se sécher à la sortie des bains avant de remettre le yukata, la petite pouvant être emportée pour protéger la pudeur de chacun(e) et devait être gardée sur la tête sans toucher l'eau. Je précise que garder une petite serviette sur la tête en marchant nu comme un ver au bord des bassins n'a qu'un faible intérêt. C'est dans l'eau uniquement qu'il faut veiller à la garder sèche.

Madame et Mademoiselle tentèrent bien d'entrer dans les onsen avec leur grande serviette, mais furent impitoyablement rattrapées par l'hôtesse d'accueil. Je ne pus malheureusement pas non plus assister à ce grand moment où, emportée par la beauté de la langue, Madame répondit fièrement à une caissière qui lui rendait la monnaie, par un magnifique "Itadakimasu !" ("Bon appétit !") bien sonore et accompagné d'une jolie courbette .. sur une suggestion linguistique de Mademoiselle.

Nous sortîmes des onsen vers 21h, délassés et fumants, lorsque dans un dernier élan d'explorateur je proposais à mes compagnes de nous diriger vers Roppongi Hills pour visiter la tour Mori et son araignée géante.

Roppongi Hills est un quartier en vogue réputé pour ses nuits sulfureuses et ses bars, et marqué par l'imposante tour Mori, ses magasins et ses musées, un peu à l'image d'un hôtel Concorde Lafayette qui serait perché dans le Quartier Latin.

Mais on me fit bientôt comprendre qu'une certaine lassitude s'emparait des mes compagnes d'expédition, et pliant sous le nombre, j'acquiesçais pour un retour rapide à la maison.

Article intéressant ?
5/5 (1 vote)

Galerie photos

  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image

Découvrez les autres articles de ningengirai

Commentaires

Christian et Thérèse
07 Août 2013
16:08

Le bleu vous sied à merveille! Bises à vous, Ch, Th.

07 Août 2013
16:35

Très drôle ! Bonne suite de vacances !

07 Août 2013
18:12

Quelle journée!! Ce temple de 47 rônins doit être émouvant quand même! J'avais lû un article sur Kanpai justement le concernant. Du coup, je l'ajoute à ma liste! Et qu'elle aventure cet "Itadakimasu"!! C'est l'un des rares mots que je "maîtrise", je m'imagine donc bien à la place de Madame!! Vous m'avez bien fait rire!

08 Août 2013
07:08

Bonjour,
C'est un vrai régal de lire la suite de vos aventures, c'est très bien écrit, documenté, il y a de belles photos et on s'amuse bien.
Merci pour l'information concernant ce temple que je ne connais pas et pour le Onsen d'odaïba. J'avais beaucoup aimé la baie en fin de journée avec ses jolies lumières, la statue de la liberté et le retour extraordinaire sur Tokyo que l'on voit de face, illuminée.
Comment tes compagnes de voyage apprécient-elles leur voyage ?
Bonne continuation,
Annie

Ajouter un commentaire