Character driven ou l'importance de bons personnages dans un jeu vidéo

Qu'on se le dise ! Un bon jeu vidéo s'appuie beaucoup sur l'apparence : graphismes, musiques, jouabilité etc. Pourtant au même titre qu'un film ou une série TV, la psychologie des personnages a une sacré importance. Certes en fonction du jeu. Je me moque pas mal dans un jeu de baston par exemple, que Ken ou Ryu soient torturées ou qu'ils fassent preuve d'un charisme "mamouthesque".

A l'instar de Gaël, j'ai décidé de vous parler des jeux qui m'ont marqués par leur personnages ou du moins leur héros. Mais également en terme d'atmosphère.

Final Fantasy XIII... Bon ok c'est moche de tirer sur l'ambulance mais il fallait que je la fasse celle-là. Promis je ne recommencerai pas ;)

Lost Odyssey : Bien que souffrant d'une réalisation manquant clairement de moyens, ce RPG de Mistwalker (le seul que j'ai fini sur XBOX360), peut se targuer d'un casting quatre étoiles. Le thème de l'immortalité pèse d'ailleurs dans la balance. Héros survivant à ses enfants, à ses amis, Kaim Argonar recherche la mort à travers des missions de mercenaire dans un premier temps, mais comprendra aussi que son immortalité peut être autre chose qu'une malédiction. Un scénario béton et des personnages secondaires vraiment intéressants rendent finalement ce jeu de rôle prenant et que l'on a envie de finir.

Darksiders : accusé levez-vous ! Avec son personnage délicieusement violent et dégommant tout sur son passage au nom de la vengeance et de la justice, War ne compte se laisser accuser d'avoir déclencher l'Apocalypse tout seul. Du statut de dieu de la guerre à celui du guerrier voulant racheter son honneur en passant par la case bottage de cul. On trouve ici des protagonistes tous vicieux. Même si certains semblent plus respectables, il ne faut se fier à personne. J'ai souvent trouvé que les histoires de vengeance ont ce petit je-ne-sais-quoi de passionnant et qui parle à chacun d'entre nous. Darksiders bénéficie également d'un doublage de grande qualité renforçant le charisme de son personnage principal.

Final Fantasy VI : considéré par de nombreux fans de la saga comme THE épisode, ce sixième opus peut se targuer d'être très certainement celui qui a le casting le plus généreux et le plus cohérent. Qu'il s'agisse des héros cherchant à sauver le monde ou du grand méchant qui veut tout faire péter, les intervenants sont intrigants, passionnants, aimables ou détestables mais ne laissent pas indifférents. Et ce malgré des sprites donnant des personnages au rendu SD (super deformed), une belle prouesse d'écriture.

Pas très loin derrière, voir quasi execo, j'aurais bien envie de mettre FFVII avec Cloud et Sephirot. Cloud est d'ailleurs le dernier représentant d'un héros Squaresoft auquel on veut s'identifier, puisque les épisodes suivants n'ont pas cette même chorale de caractères bien trempés. J'ai par exemple adoré FFXII pour son univers, son ambiance, son histoire, son système de combat. Mais dès qu'il s'agit des personnages, je répond : "no comment".

Uncharted (Saga) : Certes, Nathan Drake est le stéréotype de l'aventurier et pourtant il n'en est pas moins attachant. Beau gosse, bien gaulé dans son petit pantalon moulant, drôle, charmant, il permet à bon nombre de joueurs de retrouver du plaisir depuis que la dame Lara était tombé en désuétude. L'histoire de Nate est assez intéressante, orphelin descendant d'une ligné de grands aventuriers, recueilli par un chasseur de trésors en la personne de Sully. Son évolution au cours des trois épisodes est plutôt bien écrite : commençant comme une vraie tête brulée pour accéder à la maturité l'amenant à faire des choix plus humains. Plus selon son coeur. Le héros d'Uncharted est un tombeur mais jamais le salaud bas de gamme. Je n'ai jamais trouvé que Nate souffre de la comparaison avec Lara Croft, car jusqu'au nouvel opus/reboot, il apparait plus humain que l'héroïne de Crystal Dynamics.

Galerians : Jeu à la réalisation assez moyenne mais bénéficiant d'un univers cyberpunk très prenant et d'un héros délicieusement torturé. Ryan de son prénom se réveille dans un hôpital où il est retenu prisonnier. On comprend assez rapidement qu'il a été victime de tests cliniques qui ont pour but de développer ses capacités mentales. Galerians pioche allègrement dans l'univers d'Akira et du horror-survival. Amnésie, vengeance, drogues et pouvoirs psycho-télékinésie redent ce héros juste génial car vraiment instable et donc bien flippant. Jouant habilement aussi sur les codes de la peur, j'ai sursauté plus d'une fois en arpentant les couloirs de la clinique, du manoir et de certains appartements.

Cette liste est loin d'être exhaustive et pourra éventuellement être mise à jour. Et vous, quels sont vos héros de jeu vidéo ?

Article intéressant ?

Galerie photos

  • lostodyssey
  • darksiderswar
  • ff6eve10
  • Final-Fantasy-7
  • nathan-drake-uncharted-3-wallpaper-i9
  • uncharted-2-nathandrake500-1254655322
  • sony-playstation-galerians
  • galer117

Découvrez les autres articles de gambarimasu

Commentaires

Ajouter un commentaire