L'archipel vu des rails

Nous avions un rêve, mon amoureux et moi-même, partir à la découverte de ce pays qui nous fascine tant, le Japon. Attiré par son histoire, ses paysages, sa culture et le mode de vie de ses habitants, nous en parlions comme s'il s'agissait de la planète Mars.

Puis, j'ai commencé à lire tous les guides, les blogs, les sites web sur le tourisme au Japon pour me rendre compte que, de planète Mars, ça devenait Abitibi (région du Québec à 8h au nord de Montréal). Je constatais que les prix n'étaient pas si élevés, plus chers que pour les européens, mais toujours moins élevés que pour un Martien en visite.

Voici donc l'itinéraire dont nous rêvons : plein de rebondissements, de trajets sur rails, de « nihongowa wakarimassén » et d'orgies de sushis :

Jour 1

Départ de Montréal. 3 sachets d’arachides (cacahuètes), 6 films, 14 heures de décalage et 16 heures de vol plus tard, nous voilà, petits québécois, débarquant en terre inconnue à l'aéroport de Narita.

Trajet jusqu'à notre hôtel et Japan Rail Pass 14 jours en mains, nous allons prendre le Narita express en direction de la gare de Tôkyô. Puis, nous gambadons gentiment de la gare jusqu'à notre hôtel situé à 15 minutes à pieds. Notre hôtel est merveilleux et comporte une piscine remplie de mes bonbons préférés. Quoi… on peut toujours rêver ^^.

Jours 2, 3, 4

Nous passons trois super journées à visiter, connaître, goûter et sentir Tokyo. En passant du marché aux poissons de Tsukiji, au Musée Ghibli, par les différents quartiers et leurs ambiances caractéristiques. Arpentant les différentes stations des lignes JR Keiyo, Sobu et Yamanote.

Jour 5

C’est le moment de rendre visite à ce fameux Mont Fuji, Fuji-San, Montagne du bonheur (non ça c’est moi qui l’invente) et de se dire que notre Mont Tremblant (culminant à 968 m) devrait avoir honte de se proclamer « mont ».

Comme c'est le printemps, nous ne ferons pas l'ascension, mais nous irons l'observer dans toute sa splendeur, de loin, comme de timides courtisans. Pour ce faire, nous empruntons la ligne de train JR Chuo qui arrête à la station Otuski. Comme nous refusons d’emprunter d’autres lignes de train que les JR, nous faisons le reste à pied (eh oui, nous sommes comme ça nous, quand on aime ! :P).

Une fois au fameux point de vue de la Chureito Pagoda, nous nous accordons un moment de touriste ultime avec une séance de photos "Fais semblant de toucher le sommet avec ton doigt !".

Jour 6

Nous partons pour Kamakura voir son fameux gros monsieur aux lobes d'oreille proéminents (loin de moi l'idée d'insulter Buddha).

Nous prenons la ligne JR Yamanote vers Tokyo jusqu’à Shinbashi puis, on prend la JR Yokosuka vers Kurihama et on s’arrête à la station Kamakura. Au cours du trajet en train, nous nous adonnons à quelque chose qui (selon les différents guides de voyage que j'ai lu) est tantôt inconvenant, tantôt pratiqué. Non, il ne s'agit pas d'un petit tournoi de curling dans les allées, mais bien de manger (dans ce cas-si, une bento).

Puis, la visite de Kamakura nous éblouit avec ses nombreux temples, nous prenons une belle photo de couple avec le bouddha géant et faisons un détour par le Ghibli shop d'où vous pourrez entendre "Oh, c'est tellement cute !" (cute = mignon = Kawaï).

Jour 7

Départ de Tokyo pour découvrir le Japon des traditions : en route vers Kyoto ! Yé !!!

On embarque ENFIN dans le turbo Shinkansen Hikari à la gare de Tokyo, pris en charge par le Japan Rail Pass. Je me demande presque s’il y a des ceintures de sécurité et si notre départ s’accompagnera d’un bruit de fusée. C’est encore mieux que le Twilight zone à Walt Disney Orlando, Floride !

Environ une heure après le départ, un dernier petit coucou à notre ami le Mont Fuji avec qui nous avons partagé une séance de photo assez intime. 2 heures de défilement de paysages magnifiques plus tard, nous arrivons à la futuriste gare de Kyoto. On se dirige vers notre ryokan pour goûter à la tradition, cette fois-ci pas de piscine de bonbons, mais un onsen de chocolat (attention j’ai breveté mon idée).

Jours 8, 9, 10

Visite de Kyoto. On passe par le chemin des philosophes bordé de cerisiers en fleurs pour se poser des questions existentielles, on visite le kinkaku-Ji, on compte les torii au Fushimi-Inari, on écoute pousser le bambou dans la forêt de Kodai-Ji et on va à Iwatayama voir les singes. J’en rencontre un particulièrement sympathique, je sens que nous avons des affinités, dans ma tête je le nomme Boris.

Jour 11

Direction Nara ! On prend la ligne JR de la gare de Kyoto pour la gare JR de Nara (Miyakoji Kaisoku) et, après une heure, on est arrivé.

De la gare, on se dirige à pied vers le parc Nara-Koen pour nourrir les daims. Nous avons bien pris en compte l'avertissement du guide Lonely Planet de ne pas manger les petits biscuits vendus pour nourrir les animaux. Puis je me prends pour Cendrillon au milieu des daims et je me mets à chanter, ce qui fait malheureusement fuir les animaux :(.

On se rend ensuite au temple Todai-Ji pour prendre une deuxième photo de couple avec le buddha qu’on comparera ensuite pour être certains de savoir lequel est le plus gros. Comme un groupe de monsieurs qui reviennent d’une partie de pêche et qui se demandent qui a pris le plus gros saumon.

Jour 12

En route vers Hiroshima. À la gare JR de Kyoto, on rembarque dans notre ami le train shinkansen Hikari.

Assis face à la fenêtre, nous attendons le départ, impatients de voir le paysage défiler à nouveau, comme un film qu’on nous aurait forcés à mettre en pause. En environ 1h50 nous arrivons à destination les yeux remplis d’images et prêts à aller visiter le Musée de la paix.

Un petit dodo dans un hôtel et l’aventure continue.

Jour 13

Miyajima ! On prend la ligne JR Sanyo jusqu’à Miyajima-guchi et ensuite on saute dans le Ferry JR qui nous mène sur l’île.

Une fois là-bas, on se rend au sanctuaire pour admirer son torii flottant et prendre des photos "carte postale".

On va aussi se balader dans le parc de Momijidani et les nombreux érables nous rappellent le Québec (est-ce que les japonais sont aussi des producteurs de sirop d’érable ?).

Nous empruntons le téléphérique du Mont Misen malgré mon vertige. Selon Wikipédia, il est interdit de mourir sur Miyajima, qui est une île sacrée, cela me rassure donc un peu.

Jour 14 (dernier jour)

Nous repartons vers notre pays avec du Japon plein le cœur, des images plein les yeux et des souvenirs à chérir et à raconter. On prend le bus à partir de la gare JR d’Hiroshima pour l’aéroport.

Dans l'avion, on regarde l'archipel rapetisser et on se dit comme René Lévesque en 1980 pour l'indépendance du Québec "Si je vous ai bien compris... vous êtes en train de dire... à la prochaine fois".

Article intéressant ?

Commentaires

Ajouter un commentaire