Automne 2013 - Minoh, Osaka (la tour, le théâtre Asahi et ses geisha et ... le fugu)

Bonjour,

Cela fait un moment que je n'avais pas écrit. Je suis rentrée du Japon vendredi 6 décembre.
Je vais donc rattraper le retard, je devrais saisir les mots un peu plus vite que sur mon iPad.

Revenons un peu en arrière.
Voici la journée du dimanche 1er décembre que j'ai passée avec mon amie Reiko et le couple de mes amis R. et son mari M.

Le matin, j'ai retrouvé mon amie Reiko près du pont Schichijo, à Kyoto, pour prendre 2 trains en direction de la maison de mon amie R. et de son mari M. Ensuite, je ne saurais vous dire quels trains nous avons pris, je n'ai fait que suivre... Nous sommes arrivés à Minoh (qui peut s'écrire de diverses façons), charmant endroit très connu des Japonais au moment de momiji et en été pour venir prendre un peu le frais quand il fait trop chaud. Minoh est un parc "quasi-national" (ils me font rire, les Japonais :) que manque-t-il à ce parc pour être "national" ?) situé dans la région d'Osaka, très célèbre pour sa cascade d'une hauteur de 33 mètres, l'une des plus célèbres au Japon. Le nom de Minoh correspond à un outil agricole qui sert à nettoyer le grain - appelé Minoh en Japonais - la cascade lui ressemblant.
J'étais à l'initiative de cette promenade à Minoh, ne connaissant pas ce village et ayant lu quelques reportages sur Kanpai, sur les ebooks de Gaël et sur le site www.japan-guide.com.

http://www.kanpai.fr/japon/minoh.html

http://www.japan-guide.com/e/e4019.html

Mes amis n'étaient allés qu'une seule fois à Minoh, l'été dernier, quand les températures étaient si élevées au Japon.

De la gare de Minoh à la cascade, se déroule une magnifique promenade de 4 kilomètres environ aller (soit 80 minutes si l'on ne fait que marcher sans s'arrêter, sans prendre de photos, sans s'extasier devant la beauté du paysage, sans regarder les petites boutiques, sans déguster les tempura de momiji, sans demander au Monsieur Japonais si je peux prendre en photo son chien qui est si kawaïïï...). La balade s'effectue dans un paysage de forêts, de petite montagne. Elle est parfaitement aménagée, ce qui fait que l'on croise poussettes pour enfants ... ou pour chiens, lesdits chiens ayant revêtu leurs habits d'automne (je n'ai vu aucun chien "nu", c'est-à-dire sans au moins un sweat-shirt), personnes de tous âges.

En ce dimanche, il y avait beaucoup de monde car c'était LE week-end où la coloration des feuilles d'érable et de gingko était à son apogée pendant tout mon séjour. Le temps était magnifique, nous avons déjeuné à côté de la cascade, dehors, d'un bento acheté par mes amis.

Après le déjeuner, nous sommes redescendus tranquillement vers la gare en croisant beaucoup plus de monde qu'à l'aller.

Direction Osaka pour aller visiter la tour Tsutenkaku :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ts%C5%ABtenkaku

Cette tour mesure 103 mètres et offre une vue panoramique sur Osaka, 3ème ville du Japon après Tokyo et Yokohama.

50 minutes d'attente !!! Et ce n'est pas aussi moderne que la Skytree de Tokyo. Donc, on prend des ascenseurs, oui, mais c'est boooocoup moins joli. Et, ensuite, on tournoie mais ... c'est pour longer des attrape-sous qui font de l’œil aux enfants en présentant des petites bricoles à 100 yen dans des petites machines (des centaines de machines alignées sur le mur). Eh bien, je sais maintenant que les petits Japonais peuvent, aussi, piquer des crises s'ils n'obtiennent pas ce qu'ils veulent. On passe aussi le long des boutiques, des photographes qui crient et vous font crier pour vous prendre en photo et ensuite vous vendre les photos. Un charmant dieu, Billiken, nous accompagne de temps en temps. Il est ventru et, si on le caresse, cela porte bonheur. Bien entendu, des tas de reproductions de Billiken sont en vente. Quand on arrive au sommet, la vue est très jolie.

Un peu plus tard, nous allons au théâtre Asahi (oui, la marque de bière). Nous pensions rester dans la salle environ 2 heures. Le spectacle a duré 3 heures 20 ! Et je n'ai pas vu le temps passer. Pour 1.700 yen (12 euros !!!), on a droit à une suite de danses effectuées par des jeunes filles ou, principalement, des hommes habillés en geisha, puis une petite pièce de théâtre avec des histoires de ronin, yakusa etc. (même sans parler japonais, on comprend). Et, enfin, moment merveilleux et incroyable : toute une série de danses individuelles présentées par des hommes habillés en geisha (ces hommes étaient aussi les acteurs de la petite pièce de théâtre). Des kimono somptueux, des gestes très gracieux. Et une musique envoutante et très supportable du style de la pub pour le déodorant Obao (pour les plus jeunes, cela ne vous dira pas grand chose). Et là, quelque chose d'incroyable ! Des femmes, souvent âgées, s'approchaient régulièrement de la scène avec, soit des liasses de billets de 10.000 yen (75 euros le billet) qu'elles étalaient en éventail et accrochaient avec une jolie pince à cheveux sur le revers du kimono de la geisha, soit une enveloppe contenant leur offrande qu'elles accrochaient de la même façon. Suivant la popularité du/de la geisha, les sommes atteignaient plusieurs centaines d'euros (pour la partie visible). J'avais mes chouchous parmi les danseurs : un jeune homme de 19 ans, magnifique et très fin et un homme d'une petite trentaine d'années... Je me suis vraiment beaucoup amusée.

En fin de spectacle, les danseurs vendent des billets pour leurs spectacles à venir et, quand nous sortons, ils sont présents dans l'escalier, nous remercient et acceptent d'être pris en photo avec nous. Mais que font-ils à leurs dents pour qu'elles soient aussi mal rangées ???

L'heure du dîner est là, il est presque 20.30. Et là, la surprise du Chef : nous allons dans un restaurant spécialisé en fugu, que connaît bien mon ami M. (qui tient une izakaya en compagnie de son épouse R.) : Zuboraya. Le fugu s'appelle en anglais "Globe Fish". Il s'agit de ce poisson très dangereux qui doit être découpé de façon particulière par des chefs spécialisés - ayant obtenu une licence spéciale - de façon à ôter une substance paralysante qui peut vous tuer. Zuboraya est une chaîne de restaurants connue pour servir ce poisson. Nous sommes allés dans l'établissement situé dans le quartier de Dotombori. Je mettrai à jour ma liste de restaurants prochainement.

http://www.guidejapon.fr/theme-grandes-petites-tables/zuboraya

Nous avons eu droit à ce que les japonais appellent un "menu set". Le fugu nous a été servi sous forme de sashimi puis cru accompagné de champignons, de légumes, de tofu et de bouillon et nous avons joué à la dinette en mettant tour à tour les différents ingrédients dans le bouillon. C'était très bon, bien que la chair du fugu soit en fait assez fade, le poisson est très fin de goût. Le seul frisson est celui lié à la réputation de ce poisson.

En fin de repas, le chef est venu nous concocter une mixture à base d’œufs battus, de riz, de petites herbes... et là, c'est le drame ... c'est cela qui m'a rendue un petit peu malade juste avant de quitter mes amis à la gare de Kyoto !!! Pas malin... Je me suis sentie un peu nulle dans l'histoire. Je pense que la journée longue (8 h 40 du matin à 23 heures), l'attente dans une atmosphère confinée dans la tour, la longueur du moment passé au théâtre (bien que génial) ont eu raison de ma modeste constitution...

Ce fut une journée vraiment magnifique, une des plus belles que j'ai passées depuis que je vais au Japon.

Merci à mes amis pour tout ce que nous avons vécu cette journée !

Bonne journée,

Annie

Article intéressant ?

Découvrez les autres articles de annie

Commentaires

Salome Kaplan
13 Décembre 2013
19:58

Pas mal pas mal tres bon photographe.

Quentin Bettencourt
13 Décembre 2013
20:05

La derniere est originale, j'aime beaucoup ces photos.

Osprey
25 Décembre 2013
08:21

AAAaaaarrghhh,
Screugneugneu !!! Balade + divertissements + gastronomie = j'ai envie d'y être !
J'ai bien ri en te lisant pour la partie "poussettes pour chiens" et "dents freestyle des japonais" ... mais oui ! que font-ils pour les avoir dans cet état ... j'imagine que les soins dentaires sont bien plus élevés qu'en France.
PS : la prochaine fois que j'irais à Kyoto je ferais un détour par l'Izakaya de ton amie ... ih ih ih

25 Décembre 2013
13:53

Bonjour,
Eh oui, les poussettes pour chiens sont incroyables. Je vais remettre à jour prochainement les articles que j'avais écrits au Japon en ajoutant des photos et en écrivant des articles manquants sur certaines parties de mon voyage. Je mettrai des photos prises à Odaiba à Tokyo dans un magasin dédié aux animaux valant son pesant de cacahuètes.
Bonne journée,
Annie

SOPHIE
30 Décembre 2013
23:28

bonjour, je vous felicite pour votre blog, excellent, j'adore le japon, on reve a travers vous, merci pour partager cela avec nous, etant une grande fan du japon, leur culture, leur architecture, enfin tous j'adore, merci beaucoup pour vos ecrits. a bientot.

31 Décembre 2013
07:36

Bonjour Sophie,
Je vous remercie pour votre message. Cela me fait plaisir et m'encourage à continuer.
Bonne fin d'année, je formule des souhaits de jolis voyages pour vous pour 2014.
Annie

Ajouter un commentaire