Automne 2013 - Kyoto - Kiyomizu Dera

Bonjour,

Mercredi, j'ai travaillé assez longtemps mes cours de japonais car j'ai deux leçons de 2 heures par semaine. Le professeur me donne un certain nombre de feuilles sans me préciser que ce sont des devoirs à faire mais, comme je souhaite avancer sur l'apprentissage de la langue, il faut bien que je travaille. Je dois réviser mes katakanas, les points de vocabulaire et de grammaire.

A Ks' house, il y a une grande salle dans laquelle tout le monde se retrouve pour ses repas, pour papoter, pour écrire ses emails. On discute souvent avec ses voisins. Cela permet de rencontrer plein de monde. Je rencontre une jeune française partie en voyage pour plusieurs mois. Elle me demande des conseils sur ce qu'elle peut voir aujourd'hui, je surligne au stabilo sur sa carte. Nous nous sommes vues à quelques reprises. J'ai vu très peu de français à Kyoto. Le fait d'être dans un auberge de jeunesse me permet de rencontrer des personnes en provenance de nombreux pays. Beaucoup d'australiens cette année.

Je prends le bus 206 vers Kiyomizu dera. Quelques minutes plus tard, j'entends un jeune homme demander à une dame japonaise 'Kiyomizu ?'. La dame ne comprend pas. Je demande au jeune homme s'il parle anglais ou français car son accent montre qu'il ne parle pas très bien anglais. Il est belge francophone. Nous poursuivons en français. Je lui dis que je m'arrête aussi à Kiyomizu et que je lui dirai quand nous serons arrivés. Je lui explique que, comme le bus dessert des stations touristiques, on voit les noms des stations écrits aussi en anglais au-dessus du chauffeur et on entend une dame indiquer les noms des stations en anglais. Il est accompagné de quelques jeunes femmes. Il est commandant de bord, en escale pendant 53 heures au Japon. Il m'indique qu'il veut aller à Arashiyama ensuite. Je lui dis que ce n'est pas possible. Il est 15 heures et il va passer pas mal de temps dans le quartier. Je lui suggère des promenades en lui disant que la nuit tombe vite et que, s'il lui reste du temps, il peut prendre un bus devant la station Yasaka Jinja en direction du pavillon d'argent (Ginkakuji) et marcher en descendant le long du Chemin de la Philosophie.
Arrivés à la station Gojo-zaka, la dame lui dit que c'est ici. Je lui dis 'non, attendez, il vaut mieux descendre au prochain arrêt, la montée vers le temple est plus sympa'. Nous descendons plus loin. Je leur montre la ruelle et leur souhaite une bonne journée, pour ne pas les accaparer.

Finalement, nous nous retrouvons sur la montée. Ils sont tout contents de voir des jeunes filles habillées en kimono qu'ils prennent pour des geishas. Je leur explique qu'il s'agit de jeunes filles habillées comme cela pour la saison. Ce ne sont même pas des touristes déguisées en geishas. Une jeune femme ne sait pas ce qu'est un kimono, une ne sait pas ce qu'est une geisha. Elles ne parlent qu'anglais. Avec le commandant de bord, nous leur expliquons.

Je les laisse en leur disant bien de faire attention en descendant de prendre les petites ruelles de Ninenzaka et Sannenzaka et leur précise que tout le site sera noir de monde et qu'ils ont intérêt à rester groupés. Je les laisse définitivement et les vois de loin un peu plus tard en train de se faire prendre en photo sous les érables.

Le temps est gris mais il fait chaud. Mes photos ne sont pas belles car il n'y a pas de belles lumières. Les érables sont à leur apogée. Je descends une petite ruelle que je ne connais pas et découvre un très joli petit endroit avec une bonne centaine de petites statues.

Je descends la ruelle principale de Kiyomizu dera puis les jolies ruelles de Sannenzaka et Ninenzaka. Je déjeune dans une boutique de céramiques dont le premier étage (qui est appelé 2F au Japon comme second floor) est un petit restaurant. Un couple de français déjeune avec ses trois enfants, un ado d'environ 15 ans qui se plaint de trop marcher, qui a mal partout et dit que cela irait mieux si son petit frère et sa petite sœur n'étaient pas là. Je suis contente de voyager sans contraintes.
Je regarde les céramiques. Certaines valent 2 millions de yen soit 15.000 euros. Une autre vaut 8 millions de yen soit 60.000 euros.
Il est difficile d'imaginer le prix des céramiques. Certaines paraissent valoir cher et ne sont pas chères du tout. D'autres paraissent très simples et sortir d'un grossiste chinois et elles sont très coûteuses. Kiyomizu dera est très célèbre pour ses poteries et céramiques.

Il pleut un peu. J'achète quelques souvenirs et cadeaux de Noël dont certains dans la petite boutique qui distribue les goodies du studio Ghibli. Il y a de jolis objets pour assurere la promotion du prochain film 'le vent se lève'. J'achète quelques petites choses pour une jeune fille de ma famille fana du Japon, de One Piece, des animés. Je pense qu'elle sera contente.
Kyoto regorge d'idées et tout est tellement beau.
Arrivée au bas des petites ruelles, il pleuvine toujours. Un couple a l'air perdu devant sa carte. Je leur propose mon aide. Ils veulent aller à Kiyomizu Dera. Je leur montre la direction : 'Vous voyez toutes ces personnes qui descendent ? Eh bien vous faites le chemin inverse...' Cela les fait rire.

C'était une journée tranquille. Je ne cours pas sans cesse et retourne voir des sites que je connais déjà mais cela me fait plaisir.

Bonne soirée,

Annie

Article intéressant ?

Galerie photos

  • image
  • image

Découvrez les autres articles de annie

Commentaires

Ajouter un commentaire