Automne 2013 - Kyoto - Enryakuji et ... Ferrari

Bonsoir,

Ce titre doit vous paraître bien étrange mais vous allez vite en trouver l'explication.

Dimanche, je retrouve ma guide à la station Demachi-yanagi. Nous prenons un Pass pour la journée pour aller à Enryakuji sur Hieizan (le mont Hiei qui, comme son nom l'indique, est une petite montagne su Nord-est de Kyoto).

La veille, nous avons discuté du programme du dimanche car, comme je vous l'ai indiqué, j'ai déjà visité quasiment tous les temples et sanctuaires connus sur Kyoto, y compris les secteurs un peu plus reculés comme Arashiyama, Ohara, Kibune et Kurama, Fushimi-Inari Taisha, Daigo-ji. Je propose de refaire le chemin de la Philosophie pour voir si j'ai bien tout vu. Elle me demande combien de fois je l'ai arpenté '5 fois, je pense'. La pauvre, elle est désespérée car elle voudrait que nous voyons ensemble des choses nouvelles pour moi. J'ai listé ce que je n'ai pas encore vu et nous sommes convenues d'aller à Enryakuji. Elle a du téléphoner à une de ses amies, guide comme elle, pour préparer sa journée de dimanche. Je suis un peu ennuyée et lui dis 'je ne souhaite pas vous obliger à travailler...' Elle n'en revient pas que je sois allée à Yoshimine-dera au printemps dernier et me dit qu'elle va raconter cela à son mari le soir. Je lui indique que j'avais eu connaissance du fait que Yoshimine-dera était un bon spot pour voir les sakura via le site Japan-guide.com.

Revenons à notre journée de dimanche et à notre Pass. Il vaut 2000 yen par personne pour la journée et compte : 1 aller-retour en train de Demachi-yanagi à Yase sur la ligne Eizan. Le trajet aller-retour en utilisant 2 funiculaires pour escalader la montagne puis tous les trajets en bus entre les 3 parties principales du temple qui est extrêmement vaste. En ce dimanche, les bus passent à peu près toutes les 20 minutes mais en semaine ils passent toutes les heures.

Je dois en plus payer 500 yen pour visiter les 3 parties du temple.

C'est vraiment très beau. La vue tout en haut donne, d'une part sur Kyoto qui est tout en bas et des forêts gigantesques de sapins avec, en toile de fond, toute une série de montagnes et, d'autre part, sur le lac Biwa. Je comprends à ce moment que Biwako veut dire Lac Biwa et que donc Kawaguchiko veut dire lac Kawaguchika. Donc inutile de dire lac Kawaguchiko comme j'ai du l'écrire. D'où la logique suivante : Kiyomizu dera veut dire 'temple Kiyomizu'. De façon étrange, les cartes et indications en anglais indiquent ´Kiyomizu dera temple' ce qui est un pléonasme. De même, on voit sur les cartes 'Kenninji temple' alors Ue 'ji' veut déjà dire temple et 'Yasaka Jingu shrine' alors que 'Jingu' veut dire sanctuaire (shrine).

Revenons à nos moutons. Nous passons d'un temple à un autre. Heureusement que ma guide est là car les panneaux de bus sont en japonais alors que, dans la forêt, les indications sont aussi en anglais. Nous visitons en premier la partie basse du temple, puis la partie du milieu et enfin la partie haute. Je vois un temple avec un intérieur comme je n'ai jamais vu. Le sol est à un niveau situé un bon mètre plus bas que le rez de chaussée, on voit bouddha et, un peu à droite, une flamme qui doit restée allumée pendant 1200 ans. C'est splendide. Comme d'habitude, il y a de nombreux objets en vente. J'achète un porte-bonheur qui sert à tout pour 500 yen, soit 4 euros. Il y a des porte-bonheur pour la famille, pour les études, pour la santé, pour les voyages etc. On peut faire calligraphier ce que l'on veut moyennant des sommes assez élevées. Dans un temple, on peut acheter un petit bouddha et effectuer une donation qui doit être d'au moins 100.000 yen soit 7500 euros. Ces sommes servent à l'entretien des bâtiments, au salaire des prêtres et moines. J'apprends que les prêtres et moines peuvent se marier et que la direction du temple se transmet de père en fils. Si le couple n'a pas de fils, soit il en adopte, soit il quitte le temple quand le prêtre est en âge de prendre sa retraite vers 70 ans environ.

Au moment où nous passons d'un temple à un autre, nous arrivons en bus sur une place de parking quand soudain 'brooooooouuuum'. Environ 15 Ferrari, 1 Audi coupé et 1 Lamborghini arrivent et se garent. En sortent des jeunes japonais accompagnes éventuellement de jolies jeunes filles. Ils laissent les capotes des voitures ouvertes ainsi que les portes pour laisser admirer leurs bolides. Je vais demander à un jeune homme si je peux le prendre en photo, il est ravi. Nous discutons avec lui. Il nous dit qu'il a beaucoup travaillé pour s'offrir ses voitures. 'Ses voitures ?' Il nous montre le trousseau de clés accroché à son ceinturon et énonce : 'Bentley, Lamborghini, Ferrari' en précisant qu'il lui manque une Mercedes. Il montre son pantalon 'Balmain' et ses boots 'Vuitton'. Son copain nous précise en anglais 'we are a sort of Japanese mafia !´ et montre son bras couvert de tatouages.

Nous redescendons un peu plus tard, la guide et moi, écroulées de rire et faisons le chemin à l'envers. La nuit descend, il est 16 heures environ. Nous avons la tête dans les feuilles en descendant la montagne en funiculaire. Arrivées en bas, à Yase, nous profitons des dernières lumières du soleil dans les Momiji, il est 16h30.

Nous avons passé une journée très intéressante et surtout complètement improbable. Le porte-bonheur m'a porté bonheur car j'avais laissé mon iPad sur le banc de l'arrêt de bus pendant que je montrais mes cours de japonais à ma guide. Je suis montée dans le bus en le laissant sur le banc. Quand soudain un employé du bus demande qui a oublié sa tablette... Euh c'est moi :) zut, j'avais mes photos de Ferrari... Merci les japonais de ne pas voler nos affaires.

Dimanche, tout était saturé dans tout Kyoto. Sur Enryakuji il y avait beaucoup de place car le domaine est immense.

Bonne soirée,

Annie

Article intéressant ?

Galerie photos

  • image
  • image

Découvrez les autres articles de annie

Commentaires

Ajouter un commentaire