Automne 2013 - Kyoto - Daimonji

Bonjour,

Continuons mon périple japonais.

Nous sommes maintenant au lundi 2 décembre. Je retrouve mon amie Reiko et son amie Mieko qui est l'une de ses collègues du cours de français et que j'ai retrouvée le mardi 26 décembre autour d'un diner de tempura.

La montée vers le Daimonji se situe près de Ginkakuji (le pavillon d'argent). Sur papier, il est dit qu'il faut 30 minutes pour monter. Je veux bien, mais ... il nous a fallu 1 heure 15 pour monter et 45 minutes pour descendre. Et encore, nous nous sommes rendu compte à la fin de notre escapade que nous n'étions pas montées tout en haut. De mon point de vue, c'est plutôt sportif et il faut être en relativement bonne condition physique. La balade est jolie car elle passe par un paysage de sous-bois et la récompense se situe tout en haut quand la vue se dégage sur toute la ville. Nous avons profité du superbe paysage pour nous réconforter d'un bento avant la redescente.

Nous avons bien ri car, à chaque fois que nous demandions si nous étions proches du but, on nous répondait "plus que 5 minutes". A notre retour, pour nous venger, nous répondions aux personnes que nous croisions "plus que 5 minutes" puis nous leur disions la vérité. Mieko nous a indiqué que certaines personnes effectuaient cette promenade tous les jours ! On remarque qu'au Japon beaucoup de personnes retraitées pratiquent de façon régulière la randonnée. Elles sont bien équipées (sac à dos, petit chapeau ou casquette de rigueur, bâtons, bonnes chaussures de marche) et on les retrouve en groupe aux stations de train ou de bus qui desservent les endroits connus : la balade de Kibune à Kurama, les promenades autour de Enryakuji, Arashiyama, Ohara etc.

Informations extraites du site :

http://www.tourisme-japon.fr/decouvrez-le-japon/destinations/kansai/139-festivals-dans-le-kansai/251-les-feux-de-daimonji

Le Daimonji Gozan Okuribi (les feux de Daimonji) a lieu le soir du 16 août, lorsque de gigantesques caractères chinois, ainsi que d'autres motifs, sont tracés par le feu sur les pentes des montagnes entourant Kyoto. C'est l'image emblématique de l'été à Kyoto. Bien que plusieurs interprétations existent quant à l'origine de cet événement, on considère généralement que les feux illuminent des portes pour voir les âmes des ancêtres après les avoir célébrées lors des fêtes de O-Bon qui se terminent alors.

Les plus célèbres de ces caractères sont le dai (qui signifie "grand") sur le mont Daimonji, le myô et le qui forment le mot myôhô ("merveilleux enseignement du Bouddha") sur les monts Matsugasaki Nishiyama et Higashiyama. Outre ces trois lieux, le même caractère dai est écrit par le feu sur le mont Hidari-Daimonjiyama à Kinkakuji Okitayama, un motif funa-gata (motif en forme de bateau) est allumé sur le mont Funayama à Nishi-Kamo et un motif torii-gata (motif en forme de portail traditionnel de sanctuaire shintô) sur le mont Manadarayama à Saga. Tous ces feux, allumés simultanément, portent le nom collectif de Daimonji Gozan Okuribi.

Le trait horizontal du caractère dai sur le mont Daimonji mesure 80 mètres de long. Le second trait, incurvé haut au centre vers le bas à gauche, mesure 160 mètres et le troisième, incurvé du haut au centre vers le bas à droite fait lui 120 mètres. Les 75 feux qui composent le caractère, alimentés par du bois de pin et des aiguilles de pin, sont embrasés tous au même moment, très exactement à 20h00. Ils brûlent pendant environ 30 minutes, un peu plus ou moins longtemps en fonction des montagnes.

Depuis très longtemps, il existe une croyance selon laquelle si vous buvez du sake ou de l'eau ce soir-là et que l'un des caractères de feu du Daimonji se reflète dans votre verre, vous serez protégé des maladies.

Les meilleurs endroits pour voir les caractères sont les suivants :

  • le caractère dai sur le mont Daimonji, la rive de la rivière Kamogawa,
  • le caractère myô, la rue Kitayama-dori (au niveau de Notre-Dame Jogakuin),
  • pour le caractère , la rive de la rivière Takanogawa (au nord du pont Takanobashi),
  • pour le caractère dai du mont Hidari-Daimonjiyama, la rue Nishi-Oji-dori (Saiin - Kinkakuji),
  • pour le motif funa-gata, la rue Kitayama-dori (au nord-ouest du pont Kitayamabashi),
  • pour le motif torii-gata, entre le pont Matsuobashi et l'étang Hirosawa-no-Ike.

D'autre part, au point culminant du parc Funaokayama (entrée libre), on a une vue panoramique de toutes les montagnes, à l'exception de celle avec le motif torii-gata.

Pour obtenir d'autres informations sur Daimonji, vous pouvez vous reporter à l'article écrit sur Kanpai.fr :

http://www.kanpai.fr/japon/daimonji-kyoto.html

J'ai lu dans les commentaires de cet article que l'on pouvait effectuer la balade de nuit !!! Déjà, de jour, j'ai eu du mal à ne pas tomber (en raison des marches inégales, des sentiers, des racines des arbres etc.), alors de nuit, je ne m'imagine pas une seconde escalader le Daimonji, même accompagnée et même avec une lampe.

Après cette promenade, nous nous sommes régalées de glaces au thé vert dans un petit café près de Ginkakuji.

Bonne journée,

Annie

Et maintenant, des photos. Les blocs de pierre que vous voyez servent à enserrer le bois qui sera déposé et brûlé le soir du 16 août.
Pour les voir en plus grande taille, cliquez sur la première photo de la galerie puis sur les flèches de défilement qui s'affichent à l'écran.
(Merci Gaël pour m'avoir expliqué comment créer une galerie de photos).

Article intéressant ?
5/5 (1 vote)

Galerie photos

  • IMG_0376
  • IMG_0377
  • IMG_0383
  • IMG_0384
  • IMG_0385
  • IMG_0389
  • IMG_0390
  • IMG_0391

Découvrez les autres articles de annie

Commentaires

17 Décembre 2013
21:47

Superbe vue !!
Merci ^_^

18 Décembre 2013
07:39

Bonjour Nadège,
Oui, c'etait très joli en ce jour de beau temps.
Les photos montrent bien qu'il a fallu monter, monter, monter.
Bonne journée,
Annie

Flore
09 Novembre 2015
10:45

Pour ceux qui se posent la question, la balade est faisable de nuit !
Des amis japonais nous y avaient emmené à la tombée de la nuit (la vue était magnifque), nous sommes donc montés de jour et redescendus de nuit, à la lumière de quelques portables (et c'était en 2003, les portables ne faisaient pas lampe torche à l'époque). C'était un peu galère mais tout à fait faisable. Je n'ai jamais retentée l'ascension, mais je n'hésiterai pas à la refaire au même moment en prévoyant une lampe de poche par personne.

Ajouter un commentaire