Les 8 films japonais qu’il faut avoir vus

Top des meilleurs films cultes du Japon

Etablir une courte liste des meilleurs films japonais est bien entendu une gageure. Toutefois, pour alimenter ce sujet que je n'aborde pas autant que je le voudrais sur Kanpai, je vous propose une liste de huit films japonais à voir absolument. Ils peuvent être cultes par leur réussite technique, scénaristique, par leur nombre d'entrées ou l'influence qu'ils ont eu au Japon ou à l'international. Bien entendu, cette liste possède une part de subjectivité et n'a pas vocation à être absolue. La liste des films qui suit est classée par ordre alphabétique.

7 Samurai (Akira Kurosawa - 1954)

Les Sept Samourais est souvent considéré comme le film le plus abouti de toute l'oeuvre d'Akira Kurosawa. S'il a participé à l'évolution notable du cinéma au Japon, il a inspiré ensuite de nombreuses autres productions. Près de soixante ans plus tard, on le cite encore en exemple, tant dans le déroulement de son intrigue sentimentale, que dans le filmage précis des combats. Pas étonnant qu'il soit régulièrement nommé comme meilleur film de samurais de tous les temps.

Audition (Takashi Miike - 1999)

Dans la filmographie fournie du très prolifique Takashi Miike, Audition s'est forgé une réputation à part, notamment pour le caractère absolument marquant de sa séquence finale, violente dans tous les sens du terme. Considéré comme l'un des films d'horreurs les plus réussis de l'histoire, il exploite à merveille le huis clos oppressant pour aller jusqu'à des scènes de torture presque insoutenables. Dans son genre, Audition est définitivement une référence.

Battle Royale (Kinji Fukasaku - 2000)

Battle Royale a très fortement marqué l'année 2000 par son positionnement jouant sur l'anticipation provocante. Dans un futur où la violence des jeunes a atteint un seuil critique, une classe de lycée est emmenée sur une île où les élèves devront s'entretuer jusqu'à ce qu'il n'en reste plus qu'un. S'il a suscité une controverse pour son propos et sa violence (pourtant graphique), en particulier au Japon, il reste une lecture éminemment intéressante de cette société japonaise qui évolue et doit faire face à des problèmes nouveaux. Doit-on ajouter qu'il est, en plus, l'un des films cultes de Quentin Tarantino ? Battle Royale reste aussi important que sa suite (réalisée par son fils après la mort de Fukasaku) est médiocre.

Godzilla (Ishirô Honda - 1954)

Il s'agit là, peut-être, plutôt d'une série de films que de l'un d'entre eux en particulier. Imaginé dans les années 1950, Godzilla cristallisait alors les relations tendues entre les gouvernements japonais et américain, ainsi que la difficulté pour le Japon de vivre dans le contexte post Seconde Guerre Mondiale. Les bombes nucléaires sur Hiroshima et Nagasaki ne sont pas, contrairement à une idée reçue, responsables de l'existence du monstre, mais elles s'impliquent dans son réveil. A lire, pour en savoir plus : Godzilla, monstre culte et films kitsch.

Hanabi (Takeshi Kitano - 1997)

Hanabi est un peu le film central, en tant que réalisateur, de l'omniprésent "Beat" Takeshi Kitano. Il y joue les gros durs : un flic très limite dans sa définition de la justice, confronté à la mort et au sens de l'existence. En résulte un essai d'interprétation incroyable, qui a permis à l'artiste de se faire connaître du monde occidental. On aurait pu citer L'été de Kikujirô ou bien d'autres dans cette liste, tant Kitano s'inscrit dans notre définition du cinéma japonais.

Nobody Knows (Hirokazu Kore-Eda - 2003)

A sa sortie, Nobody Knows avait ému l'opinion, car le film s'inspire d'un fait divers survenu au Japon. Quatre enfants sont progressivement délaissés par une mère de plus en plus absente, jusqu'à l'abandon. La fratrie de jeunes enfants doit donc s'auto-gérer dans un quotidien qui devient de plus en plus compliqué. Extrêmement touchant, Nobody Knows est interprété avec énormément de justesse et filmé avec maestria par son réalisateur.

Ring (Hideo Nakata - 1998)

Ring a su très rapidement s'imposer comme une véritable référence et dépoussiérer le genre du film d'horreur. Sa sortie a eu un impact tellement retentissant que plusieurs suites et des remakes américains en ont été dérivés. D'aucuns disent que cela a entaché le nom de Ring, roman a succès dont sont tirés les films. Reste que l'intrigue originale, selon laquelle une vidéo maudite provoquerait la mort pile 7 jours après, reste terrifiante dans cette production où la simplicité n'a d'égale que la maîtrise filmique.

Voyage à Tokyo (Yasujirô Ozu - 1953)

Dernière étape de notre sélection, Voyage à Tokyo / Tokyo Monogatari illustre l'éclatement du système familial traditionnel japonais, où l'on vit tous sous le même toit et les générations s'entraident. Empli de nostalgie, ce long-métrage a pris une grande importance culturelle dans sa manière qu'il a de dépeindre les évolutions de la société japonaise, ainsi que les relations entre parents et enfants qui choisissent de vivre leur vie dans un quotidien éloigné. La fin du film, en particulier, s'avère terriblement touchante.

---

D'autres films cultes du Japon ou sur le sujet du Japon

Evidemment, impossible de tout caser dans cette courte liste de huit films. En voici donc, en bonus, quelques-uns supplémentaires :

  • Ran, Rashomon, Le Goût du Thé... et beaucoup d'autres grosses références
  • Tokyo Sonata et sa vision du modèle familial moderne, face à la place d'un père qui perd travail et repères ; à voir ne serait-ce que pour l'éblouissante séquence finale
  • Lost in Translation pour un regard extrêmement pointu sur la société japonaise, vue par le prisme de deux étrangers dans tout ce que cela implique
  • Babel, en tout cas sa partie Japon, qui ouvre sur la crise d'adolescente d'une jeune sourde-muette dans la capitale électrique japonaise

Vous pouvez également consulter mon article Les 10 films d'animation japonais indispensables.

---

Autant de films à (re)voir !

A vous de commenter et compléter ces listes, dans les commentaires ci-dessous.

Article intéressant ?
5/5 (19 votes)

Galerie photos

  • 7-samurai
  • audition
  • battle-royale
  • godzilla
  • hanabi
  • nobody-knows
  • ring
  • tokyo-story

Informations pratiques

Cuisine japonaise

Découvrez les confiseries japonaises (5% de réduction)

Thématiques associées

Pour aller plus loin

Apprendre les Kana japonais en 3 jours

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

cyril
25 Mai 2012
12:21

Belle sélection Gael, je vois que tu es cinéphile! Je rajouterai volontiers l'Empire des sens dans la liste... Audition est vraiment à voir , je crois que bizarrement c'est le film qui m'a donné envie de m'intéresser aux japonaises de plus près!

Buckethead
25 Mai 2012
12:32

Je complète la liste avec Departures (Okuribito) sorti en 2008 et qui a connu un grand succès au Japon.

26 Août 2013
08:17

Bonjour,

Cet article est venu en page d'accueil de Kanpai. Je voulais justement parler de ce film Departures que j'ai beaucoup aimé. Il parle des rites de la mort au Japon, cela peut paraître triste ou lugubre comme thème mais le film est d'une grande beauté et apprend beaucoup sur le Japon. Les paysages sont très beaux et on comprend la grande différence de traditions avec ce que nous connaissons.

Annie

Belou4807
25 Mai 2012
12:33

Dans les bonus : le gout du thé ou le gout du sake ? :-)

Marie
25 Mai 2012
12:47

Excellente sélection, à laquelle je rajouterai volontiers
- L'île nue de Kaneto Shindo 1960 avec une musique que l'on oublie pas...
- KWAIDAN de Masaki Kobayashi film fantastique (dans tous les sens du terme !)de 1965 prix spécial du Jury à Cannes
Je suis une grande fan des films de Kurosawa (Rêves, Barberousse, le château de l'Araignée, Vivre dans la peur....
et de Kitano...

Belou4807
25 Mai 2012
13:35

Je suis étonné que personne ne cite parmi les films de Kurosawa "Le garde du corps" (Yojimbo)...
C'est pourtant un excellent film avec Toshiro Mifune au mieux de sa forme.
Le film a d'ailleurs inspiré le cinéma américain puisqu'on retrouve la même trame dans "Dernier Recours" avec Bruce Willis.

erysfoly
25 Mai 2012
15:13

Bonjour !
Et bien, je vais m'empresser de les noter afin de prendre le temps de regarder certains films plus tard ! :)
Un des rares films japonais que j'ai vus est Love Exposure de Sono Sion et je le conseille vivement. Ce film est vraiment époustouflant et nous fait vivre plein de sentiments durant les 4h. :)
Merci pour cette liste, à bientôt !

Will-uchan
25 Mai 2012
15:45

"Pas étonnant qu’il soit régulièrement nommé comme meilleur film de samurais de tous les temps."
Certains western l'ont pris comme modèle.

Ring est tellement encré dans l'esprit des Japonais, qu'ils citent souvent Sadako comme le plus effrayant des "fantômes".

martine
25 Mai 2012
17:24

Et magnifique “cherry blossom

26 Août 2013
08:22

Bonjour,
Quel beau film que j'ai vu deux fois sur Arte. Un film allemand.
Sans tout dévoiler : un homme, dont la femme vient de mourir, va accomplir le rêve de celle-ci jamais accompli : aller voir les cerisiers en fleurs au Japon. Le film se déroule à Tokyo.
Quelle beauté. Cet homme n'a aucune attirance particulière pour le Japon, il ressent petit à petit tout ce que sa femme aimait dans le Japon et il renaît aussi à la vie grâce à ce voyage, comme le font les fleurs de cerisiers.
Annie

Saule
31 Octobre 2015
16:03

Merci à vous d'avoir cité ce film, je cherchais le titre depuis des années !
Extraordinairement sensible, fin, plein de tact. Humain à rire, beau à pleurer.

Slawikaruga
25 Mai 2012
19:49

Pas de Zatoïchi ou de Baby Cart dans cette liste... dommage car ce sont des classiques!

http://www.imdb.com/title/tt0068815/

http://www.imdb.com/title/tt0202152/

CHRIZUMI
26 Mai 2012
07:38

TANPOPO :)

DjeDje
28 Mai 2012
19:37

+1 pour Tampopo (à mort !!!!)

PAG
16 Juillet 2013
15:35

+ 1. Drôle et poétique à la fois. Un des films qui m'ont donné envie de découvrir le Japon.

Méhu du Sud
16 Juillet 2013
16:04

+1 pour Tanpopo, et j'ajoute Confessions (dans un tout autre registre)

Gally
16 Juillet 2013
16:46

+2 pour Tanpopo et Confessions

17 Juillet 2013
06:42

+1 pour tanpopo

Nabrud
26 Mai 2012
09:14

Bonne sélection mais j'aurais choisi d'autres films pour certains réalisateurs...
Genre Ichi the killer pour Takashi Miike qui est son œuvre centrale (ou peut-être plutôt Visitor Q...)
Kikujiro ou Aniki pour Kitano
Et surtout Still Walking pour Kore-Eda qui surpasse largement Nobody knows.

Et le cinéaste que tu n'as pas cité et qui a eu une influence très importante en occident : Shinya Tsukamato. On lui doit rien de moins que Tetsuo (véritable chef-d'œuvre du cyberpunk), Tokyo fist (m'en suis toujours pas remis de ce film...), Tokyo bullet et j'en passe.

Et un gros +1 pour la saga Baby cart cité un peu plus haut :P

Marvin
31 Décembre 2012
16:34

Tu rigoles j'espere depuis quand Still Walking dépasse Nobody knows?
Nobody knows c'est le meilleur de tous

Gally
16 Juillet 2013
16:48

Air Doll est excellent également

Spriggan
26 Mai 2012
12:19

+1 pour TANPOPO aussi! Ce western spaghetti Japonais converti à la sauce ramen est un petit chef d'oeuvre. Dommage qu'il soit si peu connu.

Michix
27 Mai 2012
06:40

Merci beaucoup pour cette excellente sélection. J'y rajouterais Shall We Dansu (1996) de Masayuki Suo avec (entre autres acteurs) Koji Yakusho, Naoto Takenaka et Eriko Watanabe. Ce film a obtenu plusieurs récompenses et a fait l'objet d'un remake américain en 2003 avec Richard Gere et Jennifer Lopez. Dommage qu'il n'ai jamais été édité en DVD en France.

rames
27 Mai 2012
09:23

Dans le genre horreur/prise de bide/et pas a l'aise, je conseille Kairo. Audition est certe un chef d'oeuvre mais Kairo porte une ambiance derangeante. Dans la meme trempe que Ring quoi. Aussi bon :)

Michix
27 Mai 2012
10:10

@rames
J'ai trouvé Kairo très différent de Ring : alors que Ring est un film d'épouvante "classique" centré sur la mise en place et la montée d'une ambiance oppressante, Kairo, derrière le scénario de film d'épouvante/fantastique, porte d'abord une forte critique de la société japonaise actuelle et montre comment un monde peut disparaître en s'autodétruisant.
NB : mais ces deux films, chacun dans son genre, sont excellents.

TempsDrama
27 Mai 2012
21:22

Je suis assez d'accord avec toi et les commentaires d'ailleurs! Mais je rajouterais "Kokuhaku/Confessions" !(http://www.imdb.fr/title/tt1590089/)

Sakura Mukuro
28 Mai 2012
00:27

"Geisha" est pour moi un chef d’œuvre dans la représentation de l'art, des traditions & des femmes du japon. Avant/Pendant/Après la guerre. Cela dit, j'ai préféré le livre "Mémoire d'une Geisha" au film.

26 Août 2013
08:25

Bonjour,
C'est ce film - entre autres - qui m'a donné envie de découvrir le Japon. Je l'ai vu plusieurs fois. Je partage ton avis, le livre est encore mieux mais le film y est quand même très fidèle.
Il repasse à la télé cette semaine.
Annie

Solveig
28 Mai 2012
07:49

La gout du thé est super, oui, et je regrette aussi... Tampopo !
Finalement, deux films un peu décalés avec une forme d'humour absurde qui me semble très spécifiquement japonaise.

David
29 Mai 2012
12:07

Jolie sélection... Avec un gros gros plus pour Hanabi.
J'aurais ajouté les contes cruels de la jeunesse de Oshima, qui est vraiment un beau film dans tous les sens du terme.

Sam
30 Mai 2012
05:03

Il faudrait ajouter "L'ete de Kikujiro" (Kikujiro no natsu 菊次郎の夏).

Nes
31 Mai 2012
11:06

Ah il m'en manque certains !!! :) Je sais ce qu'il me reste à faire... J'ajouterai bien (ce qui me vient à l'esprit tout de suite) : Okuribito :p

Laboubam
01 Juin 2012
07:34

Sympa la sélection, par contre dans les coms personne ne cite les films inspirés de tokusatsu ou sentai?? Bon ok, c'est d'un autre age lol (mais quand meme ^^).
Sinon plus sérieusement, je trouve un peu dommage que Kanpai ne publie pas plus d'articles sur cinéma/drama/toku. D'autres sites existent déjà à ce sujet biensur, mais de temps en temps quelques mots sur les sorties/coups de coeur du moment, à l'image de ce qui se fait pour les OAV One Piece ou autre Miyazaki, ben ce serait bien!

@Nabrud: Je classerai pas Tetsuo dans les incontournables, c'est vraiment pas destiné à tout le monde vu le level plutot gore du film. D'accord il y a pas que ca, mais faut réussir à regarder quand meme.

En tout cas merci pour l'article Gael.

SETH
08 Juin 2012
07:32

Confessions de Tetsuya Nakashima
et Guilty of romance de Sono Sion

oribyu
17 Juin 2012
18:38

gantz tampopo l ete de kujiro la majorité de ceux de kurosawa et ....... pleins d autres dommage que la plupart ne sortent pas en france (my darling is a foreigner par exemple) vive le ciné japonnais et son éclectisme ;)

nokturnus
26 Juillet 2012
14:54

je rajoute Hara-Kiri et Le Sabre du Mal, 2 monuments :)

ELAGABALUS
21 Décembre 2012
23:49

Ma sélection perso :

- Kiyoshi Kurosawa, tous ses films d'épouvante ex-aequo
- Kijû Yoshida, Eros+massacre
- Toshio Matsumoto, Funeral Parade of Roses
- Un choix très personnel : School of the Holly Beast de Norifumi Suzuki (nunsploitation)
- Yukio Mishima, Yokokû rites d'amour et de mort
- Dolls de Takeshi Kitano

Voilà, y'en a pas 10, mais il y'en a plein qui ne me viennent pas à l'esprit.

Marvin
31 Décembre 2012
16:38

Pour moi les trois meilleurs films japonais sont Nobody knows,Tokyo sonata et L'été de Kikujiro.Mais je rajouterai aussi La mort en ligne de Takashi Miike et aussi Kids return de Takeshi Kitano

Remix
30 Septembre 2013
05:07

+1 pour "l'empire des sens" :)

Mais surtout un gros manque: l'œuvre de SION Sono, poète, écrivain et réalisateur Japonais toujours en activité. Cold Fish, Suicide club et l'incroyable LOVE EXPOSURE (4h environ...), Guilty of romance, autant de bijoux cinématographiques qui dressent un portrait sans censure du Japon moderne, son mal de vivre, ses excès, sa décadence. C'est trash, parfois sanglant, un plongeon dans le fantasme, la réalité et la poésie. Il sait mettre a nu le cœur de ses compatriotes en rupture avec la société.

A VOIR et à ne pas mettre entre toutes les mains.

BLACKCAT
20 Mars 2014
22:01

Confession, okuribito et ne pas oublier l'excellent 2LDK, magnifique huit clos rarement on en a vu et avec l'extrême violence progressive qui caractérise les japonais. Ore ore et Tokyo Eyes pour les connaisseurs. Suicide club et Noriko's dinner sont gentillets mais très peu crédible et c'est dommage.

Audition est très lent dans sa narration mais c'est vrai que si l'on retient quelques réalisateurs ce serait Takeshi Kitano (et son implacable rictus et plaisir de parler des yakuzas) et Takashi Miike (qui adore la violence et le stupide).

Pour reprendre ce qu'un com disait, je trouve aussi dommage que peu de chose soient mentionné sur les dramas et animés au même titre que les films car ils sont partis intégrante de la culture japonaise (d'ailleurs y a que ça sur les chaines japonaises entre autres).

Mais les adaptations d'animés ou dramas en films sont rarement réussis, d'ailleurs elles reprennent souvent mot pour mot ce qu'on déjà vu et mette de côté le fantasque, ce qui est bien dommage et fait perdre tout son sens à l’adaptation, vous voulez des exemples ? : death note, GTO, Blood + etc...

Le cinéma japonais oscille entre le film d'auteur très personnel et récompensé : Norwegian Woods, Okuribito et celui beaucoup plus trash et violent tel que Ichi the Killer. Mais son absence parfois de risques et d'originalité, fait que ses chef d'oeuvres font surtout partit du passé et la place est désormais laissé au cinéma Coréen (qui si vous le remarquez, bien que parfois aussi candide que ses dramas, touche à tout et avec beaucoup de réussite et c'est là la grosse différence).

Jean
14 Mai 2014
09:25

Bonjour,
Sauriez vous m'indiquer le titre du film image en lien ci-dessous ?
Merci d'avance pour votre collaboration.
http://storage.canalblog.com/57/85/855193/96145554_o.jpg

OnigiriSama
01 Novembre 2014
20:02

Ran, ou comment s'approprier totalement Le Roi Lear de Shakespeare <3

Bertrand
12 Juin 2016
10:53

Pour ma part je n'aime pas trop l'expression "film culte" qui renvoie à une sorte d'idolâtrie, pendant opposé mais complémentaire à un certain battage commercial.
Dans la filmographie des meilleures cinéastes certains films se dégagent par la beauté et/ou l'énergie communicative qu'ils dégagent, mais j'aime considérer l'ensemble de l'oeuvre (ou de façon plus réaliste : une partie substantielle) au sein duquel les films successifs se répondent pour former un univers propre à leur auteur en lien avec leur époque.
Le japon a une tradition cinématographique très riche dont la partie la plus ancienne ne s'inscrit pas du tout dans la "culture" hollywoodienne".
Dans la liste proposée et complétée ( pour laquelle je suis en phase) et qui certes ne saurait être limitative parce que notamment tributaire des goûts de chacun, le grand OZU est ainsi cité avec "le goût du saké" et le "voyage à Tokyo" mais je suis quand même surpris - sauf erreur de lecture de ma part- d'un oubli de taille : Kenji Mizoguchi.
Je me garderai de citer tel ou tel titre, beaucoup désignent des films de première importance et il appartient à chacun de se renseigner et de les découvrir à l'occasion (rare hélas).
Il y a pas mal d'années, je déambulais dans Paris en trainant une morosité intérieure (pour diverses raisons) et je suis tombé sur une rétrospective "Mizoguchi" au "Saint André des Arts". Je suis entré par curiosité et pour passer le temps : j'y suis retourné pour voir tous les titres proposés avec la même stupeur émerveillée et quelle pêche en sortant de la salle !
Le cinéma est un divertissement mais heureusement il ne se réduit pas à cela : c'est aussi un art (le 7ième parait-il) qui démultiplie les possibilités de vie et d'envie de vivre avec à l'esprit la mort toujours possible mais en lui faisant de beaux pieds de nez.
S'agissant du Japon, quand on parle d'art, on est proche immédiatement de son corollaire : "l'art martial" dont la tradition tend hélas à être édulcorée (au Japon même) et travestie souvent en occident par le sport (ce qu'est devenu le judo, le karaté etc...).
Pour ce qui est du sabre, l'histoire et la vie des samouraïs est souvent perçue avec fascination: elle a été surtout plus trivialement dure mais aussi "pollenisée" par les spiritualités Shinto et Zen mélangées.
C'est pourquoi je retiens aussi (mais peut être pas en premier) les 7 samouraïs de Kurozawa qui donne de ces "citoyens -guerriers" une image de simplicité attractive (et pas seulement attrayante justement, sauf le jeu théatral de Mifune).
J'espère ne pas avoir trop ennuyé avec mon laïus (s'il est lu !...)

Ajouter un commentaire