Comment est né mon intérêt pour le Japon

Comment est né mon intérêt pour le Japon

Raconter son amour pour le Japon

Publié le 12/10/2012
Classé dans :
Publié par
Fondateur / Rédacteur en chef

Gael est le responsable de Kanpai depuis sa création. Amoureux de la culture japonaise au sens large, il voyage au Japon régulièrement depuis 2003 et partage ses infos, bons plans et un certain regard sur le Japon.

Galerie photos de l'article
Hayao Miyazaki Studio Ghibli Monogatari

Aussi loin que je me souvienne, mon intérêt pour le Japon prend ses racines d’abord dans les cultures du jeu vidéo et du manga. Mon premier jeu électronique, un Game & Watch, remonte à 1990 (mais j’ai déjà raconté cette histoire), peu avant la découverte de la NES et, deux ans plus tard, de la Super Nintendo. À cette période, je lisais assidûment des magazines comme Player One ou Consoles+, dans lesquels on mêlait souvent le jeu vidéo à la culture cinéma et, surtout, au manga et à l’animation japonaise qui balbutiaient en France.

Sans surprise pour beaucoup d’entre nous, la vraie poussée s’est faite avec le Club Dorothée. Mais le point d’entrée le plus marquant pour moi s’ouvrira sans doute avec le manga Dragon Ball début 1993. C’est véritablement avec lui que j’ai commencé à tisser des liens entre l’esthétique et les codes narratifs de la culture manga et celle de beaucoup de jeux vidéo, à cette époque où l’empire japonais régnait sans partage sur le marché. Je tiens à préciser que cet attrait n’était absolument pas incompatible avec d’autres visions internationales ou locales de la BD et du cinéma ; je ne me suis pas élevé exclusivement avec des sources nipponnes.

Pourtant, il y avait chez moi un intérêt si fort pour cette culture exotique que je dévorais tous les (encore relativement rares) manga alors traduits, découvrant de nouveaux auteurs et partant, des habillages et des points de vue supplémentaires. Avec la fin de vie de la Super Nintendo et la sortie de la PlayStation, je goûtais dans le même temps aux joies de l’import, déchiffrant à peine quelques kana donc laissant de côté des scénarios entiers, juste pour le plaisir d’explorer des titres qui seraient traduits des mois voire des années plus tard, ou même jamais localisés. Il y a eu chez moi plusieurs révélations culturelles en tout genre ces années-là, par exemple les films du Studio Ghibli.

C’est pendant cette seconde moitié des années ’90 que j’ai réellement cherché à creuser derrière cette culture populaire, au-delà du Japon « cool » distribué au monde, pour découvrir la teneur de la société japonaise et de son héritage. Baccalauréat en poche, j’ai entamé des études de langue japonaise pour me rapprocher de cette culture au sens large, et surtout m’offrir de nouvelles clés de compréhension de sa population (je fais partie de ceux qui pensent que la linguistique explique beaucoup de comportements sociétaux). C’est à peu près à cette période que Kanpai a vu le jour.

Au bout de deux ans, j’ai effectué mon premier voyage au Japon pour enfin transformer cet intérêt décennal en vie de l’intérieur. Sans devenir une révélation, j’ai réalisé de manière surprenante que je n’avais pas fantasmé le pays : le Japon correspondait assez précisément à l’idée que je m’en étais fait, une foule de petits détails ravissants en bonus. Depuis, comme vous le savez, j’y suis retourné plusieurs fois, plongeant à chaque séjour un peu plus dans ses terres et sa culture. Aujourd’hui, je n’ai plus beaucoup de temps pour le jeu vidéo ou les manga, mais une partie de mon activité professionnelle est directement liée au Japon.

On a tous une relation différente au Japon, une histoire unique qui nous a conduit à un intérêt plus ou moins fort pour ce pays et sa culture. Je voulais raconter cette histoire également pour contrer certains dépréciateurs élitistes qui considèrent qu’approcher le Japon par sa culture populaire serait moins noble. Chaque porte d’entrée doit, à mon sens, être mise sur un pied d’égalité.

Et vous, comment est né votre amour pour le Japon ? Racontez-nous et partagez votre parcours dans les commentaires ci-dessous.


Pour en apprendre plus sur le Japon, consultez les eBooks Kanpai

Tout apprentissage du japonais se doit de débuter par les Kana (Hiragana et Katakana). Grâce au planning complet et aux exercices précis de cette méthode éprouvée, apprenez à lire et écrire la base du japonais sur le bout des doigts, en un temps record et sur le long terme.

Organisez votre voyage au Japon de A à Z en toute sérénité : de la préparation et réservations avant le départ, aux visites à effectuer sur place en passant par la constitution de votre itinéraire. À l'aide de ces eBooks, vous partirez facilement au Japon avec tous nos bons plans.

23 commentaires
  1. Par akurayami
    le 12 octobre 2012 à 14:24

    Pour ma part cela remonte a 1987. Comme bcp de monde de cette generation je jouais au jeux videos sur vectrex, game and watch et Nes.
    J’ai découvert reellement le japon et les mangas par pur hasard (bien avant que la mode demarre en france) grace a des voisins franco japonais.
    Lors d’un repas (mercredi midi) j’ai dis que je ne pouvais pas rester car je voulais voir DBZ et c’est la que l’on m’a parlé de Mangas. de Weekly jump et de cet immense univers..

    Depuis je suis allé la bas 15 fois et je suis un accro de tokyo ^_^

  2. Par titoo
    le 12 octobre 2012 à 14:37

    On peut raconter se vie alors ??
    Ben moi mon intérêt du Japon vient que je m’y intéressait pas du tout ……… (à part les dessins animés et quelques mangas , Gunm, Ghost in the shell… et deux trois archis, mais bon leur production européenne me suffisait largement).
    Le jour ou il a fallu que je fasse escale à Osaka (trajet Nouméa – Paris) , ben j’étais pas ravie ravie……Sauf que………. le Japon vu d’en haut au levé du soleil, c’est super beau ! et les japonais rencontrés pendant l’escale plutôt sympas ……..
    J’ai fini par y aller passer 5 semaines et depuis,. je pense y retourner le plus vite possible! (comme quoi c’est pas mal de changer d’avis non ?)

  3. Par lucie
    le 12 octobre 2012 à 14:41

    Par le biais du dessin. ( Je suis illustratrice jeunesse ). J’ai depuis toujours été attentive au dessin sous toutes ces formes et particulièrement la BD dans mon adolescence. J’ai découvert l’existence des mangas, mais c’est surtout l’univers dit kawaï qui m’a touchée.

  4. Par demo
    le 12 octobre 2012 à 15:02

    je ne dirais pas que je ne savais pas que ce pays existait mais j`affichais, avant 2005, autant d`interet au Japon qu`un chien a son premier lampadaire. Et puis il y a eu le premier voyage, 2 mois, quelques mois apres un second voyage , 2 semaines environ, et un an plus tard, le grand saut, le travail, la vie de tous les jours, l`apprentissage de la langue, les periodes difficiles. c`est egoiste mais pour rien au monde je ne voudrais revenir en France (peut etre pour l`ultime voyage mais on a le temps….)
    le mot « interet » du reste est faible, c`est de l`attachement, de l`affection, de l`estime que j`ai envers le Japon.

    • Par akurayami
      le 12 octobre 2012 à 15:41

      comme demo, c’est plus fort que de dire j’aime, quand on découvre le japon on a pas envie de revenir vivre en france.

  5. Par Lisa
    le 12 octobre 2012 à 18:21

    Pour moi, ce ne fut ni les mangas, ni les « anime », mais un intérêt d’abord professionnel qui s’est mué en intérêt pour une culture différente et en un challenge pour apprendre la langue …
    Journaliste dans la presse professionnelle, de l’électronique pour être précise, j’ai choisi, un jour, de me différencier de mes collègues (ou d’avoir un + dans mon CV) en axant mes enquêtes sur le Japon, grande nation de l’électronique grand public à l’époque, mais je ne concevais cela qu’avec une certaine compréhension du pays, de son histoire et de sa population, et une pratique au moins minimale de la langue (comme je le faisais déjà avec l’anglais et l’allemand) afin de mieux pénétrer la mentalité, l’ambiance, etc. des entrepreneurs et des entreprises de ce pays.
    D’où des cours du soir à Paris, en intensif 3fois par semaine, pendant un an environ. Je vous passe les détails mais, en un rien de temps, j’ai attrapé le virus du « vouloir en savoir plus ». J’ai pris des cours particuliers pendant des années … et j’ai fait 6-8 voyages professionnels d’environ 10 jours chacun. J’avais de la chance avec mon employeur, je le concède … à chaque voyage, j’avais une semaine de boulot intensif pour mes RDV reportage, et deux weekends sur place pour visiter à mon gré (et je passais mes nuits à écrire des articles) !
    Toujours plus accro au Japon et au japonais, j’ai fini par m’inscrire en fac où j’ai fait un cursus jusqu’à la licence, avec au programme, entre autres, histoire et littérature japonaise en plus des cours de langue.
    Et aujourd’hui, si je ne vais plus au Japon pour mon travail, je suis toujours l’actualité industrielle de ce pays dans mon secteur, mais j’y vais beaucoup plus pour mon plaisir, pour mes amis (j’étais invitée à un mariage cet été), pour en savoir toujours plus et en connaitre plus … c’est une quête sans fin.
    Je ne comprends toujours absolument rien aux mangas, cela ne doit pas/plus être de mon âge ;-) par contre j’ai découvert les films « anime » et j’aime beaucoup, énormément, à la folie :-)) comme, auparavant déjà, le cinéma japonais au travers du bien connu Kurosawa mais aussi, pour ne prendre que cet exemple pour une raison que vous n’allez pas tarder à comprendre, de Yamada Yoji, réalisateur beaucoup moins connu à l’étranger et pourtant si prolifique dans son pays que j’ai eu l’honneur de rencontrer. Inoubliable , c’est bien le terme qui convient pour tout ce que j’ai vu, lu, entendu, acquis voire même ressenti dans et à propos de ce pays.

    Désolée, je ne voulais pas écrire si long mais, vous avez compris, écrire est mon métier … ;-)

  6. Par Shifty
    le 12 octobre 2012 à 18:29

    Etant de la même génération (Club dorothée & co), mon intérêt pour le Japon s’est d’abord manifesté par les dessins animés et jeux vidéos de cette époque (ahhh Dragon Ball^^), qui s’est progressivement transformé en une « boulimie » de savoir sur la culture japonaise!
    En vrac: les origiami, la cuisine, la langue, les arts martiaux, les mangas, l’ikebana.. tout ce qui avait un lien avec le Japon suscitait mon intérêt.
    Mais c’est véritablement mes 2 voyages au Japon qui ont forgés mon « amour » ce pays. Je ne pense plus qu’à y retourner et je m’y sens véritablement comme chez moi, même si je suis bien conscient de la différence entre un simple séjour et y et vivre pour de bon..
    Nihon ga daisuki desu!

  7. Par taikoubou
    le 13 octobre 2012 à 00:28

    Je pense que pour moi le point de départ c’est le visionnage des VHS d’évangelion à la fin du collège. Ca m’avait vraiment marqué, les plafonds blancs, les cris de shinji dans son eva, le délire psy d’anno ! Tout en consommant un bon petit paquet d’anime, j’ai commencé le japonais au lycée, avec des petites methodes pour touristes puis le cned. Mon intérêt réel pour le japon commence avec l’étude de la langue, le soudesune, soudesuka des films ozu ;), les correspondants via roseruru, jusqu’à mon chantier avec jeunesse et reconstruction en 1ère année de Fac !! Pas de pelle, ni balai, juste aider à encadrer de mignons gamins!

    D’ailleurs, Je crois pas avoir vu d’article sur les chantiers volontaire, c’est économique, et c’est vraiment une super expérience pour ceux qui veulent s’immerger complètement.

  8. Par フローラン
    le 13 octobre 2012 à 11:20

    Bonjour,

    Alors pour moi en réalité, cela fait 1ans et demi que j’ai commencé a m’intéresser au Japon (Mieux vaux tard que jamais) ^^
    C’étais un ami qui me parlais que du Japon et moi je lui disais « pourquoi tu me parle que du Japon » !
    Donc moi après sa j’ai commencé à regarder des animes en VO, lecteur de manga et un jour a force d’entendre parler Japonais dans les animes j’ai voulu en apprendre plus sur se pays si mystérieux ! Et la en regardant un peu partout sur internet ( c’est la d’ailleurs que j’ai découvert Kanpai!) ^^ J’ai tout de suite été attiré par leur culture et architecture, si différente de la notre. Après mettre informer suffisamment sur le Japon, j’ai décider de faire mon premier voyage en compagnie d’une correspondante Japonaise qui ma accueillis dans sa familles ! Je suis partis cet été tout le mois d’Août pour être exact, sa a été comme un choque pour moi! Déjà le respect, très gentil toujours près a vous aidée, toujours le sourire quoiqu’il arrive !! encore beaucoup de choses à dire ^^ (Les Japonais aime beaucoup les cadeaux et faire des cadeaux)
    J’ai passé 1 mois extraordinaire au Japon en compagnie de ma correspondante et sa famille, tellement extraordinaire que je ne voulais plus rentrer en France et sa famille non plus ne voulais pas que je rentre ^^ Un petit coups de blues en repartent:( les Japonais(es) sont très attachant !! Voilà mon histoire ! maintenant j’attend avec impatient l’été prochain !! et surtout la fin de mais études (dans 3ans) pour partir 1ans là bas dans un premier temps ^^ Je sais que la vie est dur j’en suis conscient, mais cela ne change en rien la détermination que j’ai a partir au Japon !! Même si sa doit être dur je veux faire ma propre expérience de la vie au Japon !
    J’ai que 21 ans et déjà très absorbé par se pays :)

    Ps: Je prend des cours de Japonais bien sûr !! désolé si j’ai malheureusement fait des fautes d’orthographes, j’essai de m’améliorer :s

    Bonne journée à tous et merci de m’avoir lu :)

    Florent.

  9. Par Eydna
    le 13 octobre 2012 à 12:18

    Moi c’etait d’abord avec les mangas (nee avec le club dorothee lol), et puis, ca m’avais toujours fascineee, ce pays loin, different, et puis en grandissant, voir les reportages sur le Japon, le langage, les coutumes du pays …
    j’ai mis du temps a pouvoir realiser mon reve, et ca fait 2 ans que je le vis pleinement.
    La premiere fois que j’y ai mis les pieds, je savais que ca allait etre la meilleure experience de ma vie (jusque la), et tout etait en fait encore mieux que ce que je pouvais l’imaginer.
    J’ai encore un millier de choses a apprendre et a decouvirir ! on n’est jamais rassasies et on ne le connait jamais vraiment ;)
    En fait, voyager au Japon et savoir si on aime ou pas, c’est un resenti personnel et unique.
    Beaucoup de gens me demandent comment c’est, et la seule reponse que je leur donne c’est de venir voire par leurs propres yeux, de se faire leur propre idee (des fois, en lisant certains blogs ou en regardant la tele, on ne se rend pas compte…)
    J’en parlait avec un ami japonais il y a 2 jours de ca, il me demandait comment je me sentais ici … je lui ai dit que je me sens comme chez moi :)
    Pourquoi j’aime le Japon ?
    Les gens, leur accueil (leur politesse et leur disponibilite surrealiste en cas de soucis), les traditions, la nourriture, certains groupes de chanteurs, le language en lui meme, je pourrais meme pa lister il y en a trop ^^

  10. Par Lou
    le 14 octobre 2012 à 00:08

    Contrairement aux autres, j’ai apprécié le Japon pour sa culture directement, et la façon de penser des gens, je n’aime pas les mangas, ni les animés, et les jeux vidéos que j’aime n’ont pas forcément grand rapport avec le Japon… Mais à présent que je me suis attaché à ce pays, je me force un peu niveau manga parce que ça fait parti de leur culture !

  11. Par SETH
    le 14 octobre 2012 à 14:40

    Alors oui, issue d’une génération qui a regardé les dessins animés japonais, mais de là, à apprécier le Japon ou la gente japonaise, non.
    Et puis un jour… Je suis tombé sur Densha otoko (l’homme du train) , abreuvé de production mondiale de films (à fortiori surtout américaine), je mettais le pied dans l’univers des dramas japonais.
    Réalisation impeccable, histoires émouvantes souvent dans des univers fort différents des séries U.S., je vais y trouver une source fort dépaysante de divertissement. Si dans un premiers temps, les séries romantiques sont privilégiées, tous les genres passent ensuite.
    Et là, contrairement aux animes, et autres manga, la vision du Japon est nettement plus réelle, concrète, bien sûr les clichés ne manquent pas, mais tous les sujets étant évoqués, des milieux aisés aux plus populaires, cette vision du Japon commencent à me séduire.
    La vidéo a cet attrait de montrer (par l’oeuil du réalisateur) les choses (presque) telles qu’elles sont réellement, et pas une image idyllique d’un pays de cerisiers en fleurs avec des tons pastels comme dans tout bon dessin animé qui se respecte.
    Pas de visages européennisés, mais des vrais japonais, qui, s’ils sont souvent choisis pour leurs physiques avantageux, n’en sont pas moins entouré de gens réels, un peu moins idéalisés.
    Et puisqu’il s’agit de V.O., on en arrive à s’attarder à la compréhension de quelques mots, viendra ensuite la grammaire..pour comprendre « un peu comment c’est foutu », et petit à petit, je me rend compte qu’à l’écoute, je suis bien loin de mon « Tora! Tora! Tora! « ( le film de 1970) de mon enfance, qui je l’admet, était surtout la langue hideuse du méchant japonais qui se battait contre les alliés. Non, dorénavant j’aime cette langue, et ses sonorités.
    Il me faut mon petit drama après le film américain du soir ! Et forcément, vient ensuite la musique japonaise, car en plus de faire des séries de grandes qualités, leurs B.O. sont souvent à la hauteur.
    Et alors qu’une expatriée nippone ne souhaite que vous parler de chansons et de vins français, ironie de la rencontre tant espérée, nous, c’est tout le contraire et c’est de son pays dont on a soif.

    Alors après plusieurs centaines d’heures de drama, certes des fictions, j’ai découvert un Japon que j’apprécie.
    Même s’il faut faire la part des choses, cela constitue une source de documentation abondante sur le pays, que ce soit pour découvrir son monde du travail, de la famille, des traditions, de l’éducation, et bien sûr de la morale.
    A travers le temps parfois, en visionnant de vieux drama d’à peine dix ans, on peut juger de l’évolution des moeurs et pas que des coupes de cheveux.

    Bizarrement, je n’irai pas au japon avant un ou deux ans, mais quelque soit le raison qui m’y amènera un jour, il est sur ma liste des choses à faire, je regrette juste qu’il soit si difficile de s’y faire une place, car alors qu’il y a 2 ans, s’il ne représentait pas grand chose pour moi, c’est tout le contraire aujourd’hui.

  12. Par Mik
    le 14 octobre 2012 à 15:04

    Merci pour cet article, qui permet de savoir comment les uns et les autres ont rencontré, découvert le Japon n_n.
    Comme Shifty, Eydna et Gaël, le Club Do m’a beaucoup marquée ! A ce sujet, tu rappelles très justement, Gaël, qu’il n’y a pas de manière noble ou non noble de découvrir une culture n_n.

    Les anime, sur France 5, puis sur le Club Do, on rythmé ma jeunesse : pour me tenir tranquille, il fallait me mettre devant des anime ! J’étais une grande fan de Versailles no Bara et Saint Seya ! La fin du Club Do a été un drame, que j’ai surmonté tant bien que mal, en arpentant les couloirs des librairies, pour lire les rares manga que l’on proposait à l’époque : City Hunter, Dragon Quest, Captain Tsubasa (ah, Jun Misugi !! Le petit génie au cœur fragile !!)
    Je rends ici hommage à mes parents, qui ont eu l’idée de génie de m’enregistrer mes anime préférés ! Quand je discute avec mes amis, ils sont toujours étonnés par cette initiative parentale n_n. Dans le même temps, ils m’ont acheté la Nes, puis la 64, en passant par les Game Boy : depuis, je suis une grande fidèle de NINTENDO ! Ce sont également eux qui m’ont acheté mes premiers manga n_n, et mes premières VHS ! Le premier manga, c’était Dragon ball; la première VHS, c’était DBZ n_n !
    En y réfléchissant, mes parents ont très largement contribué à ma passion pour ce pays !

    Après un hiatus, pendant lequel je regardais en boucle mes cassettes d’anime (de Ken à Georgie, en passant par Saint seya et Kimagure Orange Road, c’était varié !), j’ai redécouvert le Japon à travers 3 anime : Cowboy bebop, Kenshin (les OAV) et Vision d’Escaflowne, diffusés, à l’époque, sur Canal +. J’insiste lourdement sur les anime, car ils sont réellement au coeur de ma passion pour ce pays.

    Les anime et les manga m’ont permis de m’intéresser à d’autres pans de la culture japonaise, à commencer par la langue, que j’apprends n_n. Je me suis également passionnée pour la cuisine, l’esthétique des bento box *o*, la politique, les questions sociétales, la musique (piano, chant) etc. Mes correspondants Japonais m’apportent, chaque jour, des anecdotes croustillantes, en attendant que je les expérimentes, certainement l’an prochain !!

    *désolée pour ce pavé – j’étais très inspirée*

  13. Par Francesco
    le 15 octobre 2012 à 09:47

    Ma passion à tjrs était l’asie après 5 ans d’étude de chinois j’ai eu un jours l’occasion l’aller au Japon ,ma passion n’est surtout pas des Mangas et tout le reste ,ma passion reste le cinèmas et le faite de retrouver cette chaleur cette passion vue dans les films m’as completement séduit.
    Cela fait 8 ans que je repart au japon chaque année ,j’aime tout dans ce pays …

    Je me sens comme obelix …je suis tombé dans le chaudron Japonais et depuis lors j’en suis plus sortie…

    Chaque fois que j’arrive au Japon je dis à ma femme « Welcome home  » ….lol

  14. Par Ony
    le 15 octobre 2012 à 09:55

    Salut,
    Moi comme la plupart des gens ça à commencer par le club Dorothée et les fameuse série DBZ, Ranma 1/2 , Saint Seiya etc…. Et ensuite j’ai commencer par lire cette culture et je suis tombée sur l’esprit Samouraï et la j’ai accélérer ma passion. Je suis complètement accro a ce Pays même si j’y suis pas encore allez. Je ne perds pas l’espoir d’y allez un jour et qui c’est y vivre.

  15. Par ReyTan
    le 15 octobre 2012 à 09:59

    Pour ma part, pas de culture Manga,
    pas de jeux vidéos Japonais,
    juste un ami (Günter) qui me soûlait avec ce pays, car il y avait déjà été 3 fois
    et un jour, je lui ai dis, « ok, je viens, comme ça tu arrêtera de me bassiner, mais
    tu sais moi les grandes villes, c’est pas mon truc  »
    Et voila l’été 2010, je me retrouve dans cet avion pour 12 heures de voyage (une première pour moi aussi long)

    Arrivée à l’aéroport de Narita et ce fut le premier choc, la gentillesse des personnels de cet endroit,
    les valise qu’on retient avec ds gants blancs pour ne pas qu’elle tapent le bord du tapis roulant, puis elles sont
    retournées pour que la poignée soit en lait pour que vous ayez plus de facilité à la prendre…
    En plus, tout est propre, nickel, le transport vers Tokyo est pile à l’heure…

    J’arrive à Tokyo, où j’ai eu tant peur d’étouffer dans cette ville qu’on dit polluée et là, 2eme choc,
    les rues sont très larges et la circulation pas plus dense que dans des villes Française, on y respire
    très bien et encore là, tout est propre.
    L’hôtel est lui aussi un lieu magique, personnel poli, et d’une gentillesse tellement agréable….

    Pour résumer, ce qui m’a fait aimer ce pays où je m’y suis fais des amis Japonais et le respect
    que ce peuple a pour son pays en général, ça ça change bien de la France.
    J’en suis depuis à mon 5eme voyage, en visitant d’autres villes et contrées, mais en revenant toujours
    à Tokyo, cette ville qui me faisait tellement flipper quand je ne la connaissait pas et que j’adore
    tellement maintenant.
    Et ce que j’aime particulièrement hormis les modes de vies différents d’une ville à l’autre, c’est qu’on
    y retrouve toujours une chose, le RESPECT.

    Prochain voyage prévu, avril 2013 pour admirer les Sakuras.

  16. Par martine delord
    le 15 octobre 2012 à 14:43

    remontons aux années 1970…. j’ai 17 ans, suis en 2e et ma prof d’anglais veut que nous ayons une correspondante …. je l’ai trouvé « naturellement » au Japon !!!! Pays qui m’a toujours fascinée depuis que je suis haute comme 3 pommes ! Takako était lycéenne comme moi, nous avons traversé les périodes respectives de nos vies depuis plus de 40 ans et nous sommes « soeurs du monde »… nous sommes toutes 2, grand-mères et nos enfants nous appellent « aunty »
    j’ai eu le bonheur d’aller plusieurs fois au Japon, de le découvrir du nord au sud dans des conditions fabuleuses et incroyables, grâce à une guide hors pair !!!! la dernière fois, au printemps dernier pour le sakura, que du bonheur !!
    elle vient régulièrement avec son mari, et à chaque fois, c’est une région française différente, dans une langue cosmopolite, mélangeant le français, l’anglais, et le japonais, car à 55 ans, je suis retournée « à l’école »et commence à me débrouiller dans cette langue…. mon accent fait rire !! le Japon c’est l’alliance de la tradition et du modernisme, fascinant, déroutant, une vraie terre de contrastes, envoutante et ou il fait bon vivre….

  17. Par Sébastien
    le 15 octobre 2012 à 15:50

    Tu as bien de la chance Martine. J’ai eut beaucoup de correspondantes mais j’ai perdue contacte avec toutes hormis 1.

    J’aimerais bien avoir un peu plus d’amis de longue date ^_^.

  18. Par Isako
    le 15 octobre 2012 à 17:16

    Moi, tout a commencé à cause de David Bowie ! En 83, j’avais 15 ans, mes deux meilleurs amis étaient fans de Bowie (moi pas vraiment) et on est allés voir « Furyo » (« Merry Christmas mr Lawrence ») de Nagisa Oshima qui venait d’être présenté au Festival de Cannes, avec David Bowie donc, Tom Conti côté Britanniques et Takeshi Kitano et Ryuichi Sakamoto côté Nippons. Et là, le CHOC ! Je suis tombée complètement sous le charme de Ryuichi Sakamoto ! Mais en fait, pas seulement, c’était un choc, ou plutôt une révélation à plusieurs niveaux : la langue, le physique/body language des Japonais (pourtant un film avec des militaires pendant la Seconde Guerre Mondiale, c’est pas vraiment mon truc à priori !), je ne peux pas expliquer, c’était à la limite de la révélation divine !! ;)
    Bon la musique de Sakamoto aidait encore plus à m’envoûter, mais ça été vraiment le coup de foudre !
    J’ai vu le film plein de fois (et je pleurais à chaque fois, le visage de takeshi Kitano dans la scène finale est juste un grand moment de cinéma), et à la rentrée des classes suivantes, je me suis inscrite à des cours de japonais (je l’ai même passé en option au bac). Evidemment, la culture japonaise est si riche que ce n’était pas difficile de nourrir ma nouvelle passion pour ce pays.
    Malheureusement, la vie a fait qu’après le bac, je n’ai pas pu partir là-bas (trop loin, trop cher à l’époque) et j’ai fait d’autres trucs (dont vivre 10 ans à Londres) et en 2004, ras-le-bol de Londres et en voyant « Lost in translation » , j’ai eu à nouveau le choc (comme quoi, pour moi, c’est vraiment le cinéma qui a changé ma vie). J’ai tout plaqué à Londres, suis rentrée à Paris quelque temps et finalement, ENFIN, en 2008 je suis partie 3 mois à Tokyo, toute seule (j’avais juste une amie à Nagoya que j’avais rencontrée à Londres), après 25 ans d’attente !!! Je m’étais remise au japonais un peu avant car j’avais bien sûr tout oublié…
    Et quand j’ai posé le pied à Narita, j’ai eu envie de pleurer. « Tadaima » est le mot qui m’est venu aux lèvres alors que je n’avais jamais mis les pieds au Japon avant, mais tout à coup, j’étais « home » après des années d’égarement.
    J’ai passé 3 mois, où j’avais des crampes aux joues à force d’arborer un sourire béat, puis suis revenue immédiatement après passer à nouveau 3 mois, et là, j’ai rencontré l’homme de ma vie. Japonais bien sûr !
    Et depuis 4 ans, c’est le bonheur total bien que je doive faire la navette entre Tokyo et Paris faute de visa mais je devrais bientôt ne plus avoir à faire la navette car je vais sans doute enfin pouvoir m’installer ici prochainement.
    J’ai été longue à la détente, mais ça valait le coup d’attendre ! J’avais en fait tout compris à 15 ans ; je savais que le Japon était MON pays, que mon grand amour serait Japonais. Et ce pays (où je suis actuellement) ne m’a pas encore déçue (ni mon amoureux !)!
    PS : j’ai enfin vu Sakamoto Ryuichi en concert à Paris l’an dernier. J’aurais aimé le remercier.

    • Par Mik
      le 18 octobre 2012 à 11:08

      Isako, ton histoire est vraiment jolie !! J’aime aussi beaucoup ta rencontre avec le Japon, Martine n_n ! On pourrait faire de bien jolis films, avec vos deux expériences n_n.

      Encore une fois, lire les différentes manières par lesquelles vous avez rencontré le Japon est très intéressant.

  19. Par Lutty-Chan
    le 25 octobre 2012 à 14:22

    Raconter ma vie, c’est ce que je fais de mieux! xD
    [Mode racontage de vie ON]

    Plus sérieusement… Mon père me faisait regarder beaucoup de films quand j’était petite, et c’est donc à 5ans que j’ai regardé « Le voyage de Chihiro ». J’etait devenue accro à ce film et mon père en à donc prit pleins d’autres d’Hayao Miyazaki! ^^ C’est par là que tout à commencé! J’ai découvert les nombreux films d’animation japonaise, les différers réalisateurs… Après, les mangas n’ont fait que renforcer cette passion, la Vostfr, mon envie d’apprendre le japonais, et les restaurant et la culture, de vivre la-bas! x)

    Mon rêve reste toujours d’y aller, et j’espère bien le réaliser un jour! (Peut-être pas maintenant, pare que j’ai que 13 ans, hein! xD). En tout cas, je veux avoir un métier en rapport avec le Japon, sa c’est obligé!! De 8ans à 12ans, je voulais être Seiyuu (voix dans les animes :p) mais je me suis bien rendue à l’évidence: c’est pas possible… (Qu’est-ce que les japonais iraient se faire chier avec une française? Perte de temps! xD) Je songe depuis peu à être prof de japonais en France, ou prof de français au Japon. Il faudrait déjà que j’apprenne à lire les kanjis, se serait déjà pas mal… Je parle à peu près couramment, mais bon, c’est assez compliqué d’acquérir des connaissances vu que ma mère refuse que je prenne des cours… T_T tss…

    Bref! « Mode racontage de vie off » Conclue ce commentaire inutile! x)
    À plus les gens! [Et bravo à ceux qui ont eu la patience de lire ma vie inintéressante jusqu’au bout xD!!)

  20. Par K
    le 8 novembre 2012 à 23:19

    Gael se fout de la gueule des japonais en realité avec ses articles…
    et non en 90 il na jamais eu de console made in japan mais un atari et cela pour toute sa vie lol et s’est interresser au japon qu’en un intello lui en à parler et meme ecouté c’est a dire depuis 2005 voila
    Gael oui c’est un ENC****!
    comme ça video sur Youtube sous le nom de GamerHaki : une video avec propos a la con (genre que les flamme de l’enfer t’emporte et blabla ..) et une music du genre nirvana : c’est un [S]no life[S] qui fait des cauchemards morbides toutes les nuits et des choses bizarres avec sa soeur Oo
    [G]LastAngel[G]

Votre adresse e-mail ne sera pas rendue publique. Tous les champs sont obligatoires sauf le "site web".