Zelda 3DS : un Link entre deux mondes

Test A Link Between Worlds

Après la revisite HD de Wind Waker sur Wii U, la deuxième salve Zelda débarque pour Noël avec ce Link Between Worlds sur 3DS. Choix pas si étonnant de la part de Nintendo : ce premier opus original de la portable reprend l'univers d'A Link to the Past, épisode fondateur de la saga sorti sur Super Famicom il y a déjà vingt-deux ans. Plutôt que de courir après la 3D, ce qu'a parfaitement fait le remake d'Ocarina of Time, celui-ci cherche la profondeur stéréoscopique et la vue de dessus lu sied donc à merveille dans cette entreprise.

Profitant de la sortie de Zelda - A Link Between Worlds, Nintendo sort d'ailleurs une superbe édition limitée de la 3DS XL. Profitez-en avant Noël, il n'y en aura pas pour tout le monde !

Le nom du jeu en japonais 神々のトライフォース2 a de quoi susciter l'interrogation : affublé d'un simple itératif, le titre original de "Triforce des dieux" implique que l'aventure se poursuive sans innover franchement. C'est oublier la capacité prescriptrice Nintendo à renouveler ses game designs bien au-delà de ce dont l'inconscient collectif superficiel veut bien se souvenir.

Évidemment, retrouver l'univers enchanteur de Zelda 3 et ses compositions inoubliables ne peut qu'arracher une larme nostalgeek aux vieux joueurs que nous sommes. Mais A Link Between Worlds ne se contente donc pas de livrer une suite facile comme les précédentes rééditions de la saga pouvaient le faire craindre. Hormis la topographie générale et sa désormais traditionnelle dualisation, le nouveau cadre inspire des composantes de gameplay inédites qui permettent d'aborder l'univers sous un angle tout à fait novateur.

À ses déplacements en abscisse et ordonnée, ce nouveau Zelda commence déjà par donner une certaine revalorisation de la verticalité au plan de hauteur, s'appuyant sur cette profondeur 3D que la récente 2DS a volontairement mise de côté. Puis, tissant un lien presqu'osé entre les parchemins historiques de la saga et la jeunisation du design des personnages (peut-être moins convaincante), il offre avec le concept de peinture murale une nouvelle dimension quasi Carollienne de cette univers. De simple spectateur, on est surpris à plonger directement au cœur d'Hyrule et Lorule, découvrant ainsi leurs recoins, une inventivité, des facettes cachées et c'est toute un nouvel horizon qui nous est du coup proposé.

The Legend of Zelda - A Link Between Worlds dévoile alors un grand écart très maîtrisé entre le supposé âge d'or du jeu vidéo et sa casualisation plus récente, s'autorisant au passage à bousculer la structure linéaire "donjon - objet" sans en avoir l'air, offrant par la même une progression plus libertaire quitte à choquer les plus ardents défenseurs de sa structure traditionnelle, peut-être déçus par sa facilité et la brièveté de ses séquences pour un ensemble court. Il redécouvre pourtant la noblesse du jeu d'aventure portable si seyante à la Légende en lui donnant, pour le coup, un vrai relief. Pour patienter d'ici au prochain gros Zelda Wii U tant attendu, on ne pouvait rêver mieux.

Article intéressant ?
5/5 (4 votes)

Galerie photos

  • the-legend-of-zelda-a-link-between-worlds
  • 3ds-legend-of-zelda-a-link-between-worlds
  • 3ds-xl-zelda-edition-limitee
  • zelda-a-link-between-worlds
  • zelda-link-between-worlds
  • zelda-between-worlds

Informations pratiques

Thématiques associées

Pour aller plus loin

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

Lana
22 Novembre 2013
16:27

Super article, merci !
J'ai appris aujourd'hui la sortie du nouveau Zelda : super cadeau de Noël (ou même d'avant Noël... pourquoi attendre >_< !)

A te lire, on a vraiment l'impression que le jeu n'est pas un plat mal réchauffé (pardon pour l'exemple... j'ai faim !). Nintendo semble être parvenu à se renouveler et à nous surprendre. J'ai hâte de tester !

Ajouter un commentaire