Viva Piñata

Viva Piñata, c’est un peu la curiosité "Microsoftienne" de la fin 2006. Développé par le (l'ex- ?) talentueux studio anglais Rare et annoncé à grand renfort de contrats avec 4Kids Entertainment, le jeu a vite été catalogué de manière péjorative comme une sorte de sous Pokémon de Microsoft. En gros un jeu mettant en scène plein d'animaux mignons, dans l'unique but de vendre une série animée et des tonnes de jouets. Et ce n'est malheureusement pas l'équipe marketing de Microsoft qui s'est appliquée à changer les préjugés, en ciblant les trois à cinq ans, alors que Shane KIM (Corporate Vice President de Microsoft Game Studios) avait parlé de ce jeu comme le plus important de l'année 2006 pour eux.

Voilà, j'aurais pu en rester là, à ignorer cette pas très vendeuse boîte toute colorée, perdue au milieu des teintes marron des emballages des derniers FPS à la mode. Je pensais bien me passer du dernier Rare, celui qui semblait montrer le tant aimé studio tristement succomber aux sirènes du marketing et de l'argent facile. En fait, j'en étais même venu à faire l'impasse sur les critiques, pourtant très positives à son égard. Peut-être aussi un effet du lancement de la Wii, à la même période, qui a retenu mon attention. Bref, s'il n'y avait pas eu quelques échos, après de nombreuses heures de jeu sur certains forums, ou dans certains podcasts, je crois que jamais je ne me serais laissé tenter et, sans le savoir, je l'aurais sans doute bien regretté.

Parce que mine de rien, c'est qu'il est juste excellent le Viva Piñata. Au départ, je ne savais pas trop à quoi m'attendre. Sorte d'Animal Crossing avec les excès de "collectionnite aigue" d'un Pokémon ? Simili-clône des Sims pour les enfants en bas âge ? Et bien un peu de ça, mais aussi beaucoup d'autres choses. Viva Piñata c'est avant tout un god game, à l'interface simple, mais avec une riche palette de possibilités. Heureux nouveau propriétaire d'un petit lopin de terre, il faudra l'aménager afin d'y attirer toutes sortes de Piñatas. Un bon nombre d'espèces viendront visiter votre jardin sous certaines conditions et s'y installeront si elles s'y plaisent. Toutefois, au départ, vous n'aurez qu'une petite parcelle, ainsi qu'une pelle dans un état plutôt lamentable. Mais, au fil de vos actions, vous collecterez des points d'expériences qui mèneront vers des améliorations de pelle ou des agrandissements de terrain.

Une fois les Piñatas acclimatées, vous pourrez les laisser vivre, ou au contraire influer sur leur régime alimentaire ou leurs activités. Cela vous permettra de les mettre en condition pour un accouplement, ou pourquoi pas les faire se transformer. Car si un certain nombre d'espèces viendront naturellement, d'autres ne pourront être acquises que par le biais de certaines manipulations, ou par un achat dans les commerces des alentours. Commerces qui distribueront aussi tout l'attirail de "tuning" nécessaire pour Piñata et jardin. Il faudra toutefois gérer votre élevage au mieux, afin de pouvoir vendre certaines espèces pour rapidement faire fortune. La valeur des espèces évoluera d'ailleurs en fonction du soin que vous y porterez. Elles sont également échangeables avec d'autres joueurs, bien qu'il faille un abonnement Xbox Live Gold pour accéder à cette fonction. Une contrainte un peu trop lourde à mon goût. Et j'en profite pour aborder un deuxième petit point négatif du jeu, à savoir son interface perfectible. Pour l'achat d'objets ou autres visites de magasins, il vous faudra toujours passer par des interfaces entrecoupées de chargements courts, mais un petit peu pénibles. Dommage qu'ils n'aient pas donné la possibilité de consulter le contenu des magasins en surbrillance. Aussi, mon jeu a connu des problèmes de freeze plus que récurrents, sans trop savoir toutefois si cela provenait du disque ou de la machine, bien réputée pour sa fragilité.

Tout n'est pas rose non plus dans le monde de Viva Piñata et il ne sera pas rare que des éléments perturbateurs viennent semer le trouble dans votre jardin, que la maladie emporte certaines de vos espèces, ou que les créatures finissent par s'affronter entre elles. La tranquillité apparente des débuts de partie changera rapidement pour des phases plus chaotiques, mais pas de panique. On peut toujours tout réorganiser dans le jardin ou, et c'est un point fort du jeu, repartir de zéro avec un nouveau jardin en conservant l'expérience et l'argent acquis dans un autre jardin. Ainsi on peut créer différents jardins, plus ou moins favorables à différentes espèces et faire de nombreuses expériences différentes avec cet amusant simulateur de vie.

Sous son apparence enfantine, Viva Piñata nous montre aussi un moteur 3D de folie, avec une bande son comme Rare a toujours su nous en faire et surtout, de nombreuses touches d'humour propres au développeur anglais. Et bien que le design général ait été conçu en visant les enfants, le jeu s'avère vite plus complexe que prévu, parfois même à se demander comment un enfant de cinq ou six ans réagirait. Chaque joueur pourra y trouver son compte, pour autant que celui-ci ait "l'ouverture d'esprit" nécessaire à aborder un jeu pareil. En tout cas, avec un système de jeu intelligent, accrocheur et ses multiples possibilités, Viva Piñata offre une replay value qu'on ne lui aurait pas soupçonnée et, surtout, un grand bol d'air frais sur une Xbox 360 qui étouffe sous une avalanche de jeux orientés action. Rare semble bien être redevenu lui-même et je profite de Viva Piñata l'esprit rassuré, en attendant en toute confiance leurs prochaines productions, en particulier un certain nouveau Banjo-Kazooie.

Article intéressant ?
5/5 (1 vote)

Informations pratiques

Thématiques associées

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

fr4nz
03 Mars 2007
20:12

Pour moi, VP est ce que Rare a pondu de mieux lors de ces 10 dernieres années.

Ajouter un commentaire