The Legend of Zelda The Minish Cap

Si l'entente entre Nintendô et Capcom a l'air de capoter pour ce qui est des exclusivités Gamecube, il y a bien un domaine sur lequel les deux géants du jeu marchent bien main dans la main depuis quelques années, les Zelda pour consoles portables. Après deux excellents Fushigi no Kinomi se jouant en parallèle sur Game Boy Color, puis un portage tout à fait convenable du légendaire Kamigami no Triforce, honoré pour l'occasion d'un Yotsu no Tsurugi destiné aux jeunes Link avec vie sociale sur Game Boy Advance, ils remettent ça en nous offrant enfin un épisode inédit en 2D pour joueur solitaire.

Dans le fond, peu de bouleversements pour ce nouveau Zelda. L'on reste sur le schéma de base entre alternance de petites quêtes permettant d'accéder aux donjons qui à leur tour feront avancer le scénario. Bref, on nage en eaux connues. Le scénario toutefois met en scène bon nombre de nouveaux éléments et personnages, ce qui apporte un peu d'air frais sur Hyrule. N'allez cependant pas croire qu'il sera beaucoup plus élaboré que dans les opus précédents. Zelda tient encore et toujours son rôle de boulet qu'il faudra une fois de plus sauver. Et n'attendez pas des longues heures de réflexion les troubles obsessionnels de Link non plus. Pas de prise de tête, on est dans Zelda, c'est léger, tout sympathique, un peu gnan-gnan, mais ça se laisse suivre. Et puis l'on ne joue pas à Zelda pour le scénario, mais pour l'aventure.

Et quand même, bien que classique, qu'est-ce qu'elle est bien cette aventure. La petite particularité de ce Zelda vient d'une part des nouveaux objets créés spécialement pour l'occasion et surtout d'autre part de la possibilité de rétrécir Link. Cette possibilité permet ainsi d'alterner quelque peu entre le Hyrule que l'on connaissait, et un autre invisible de prime abord, où y vivent toutes sortes de créatures, dont les Minish (d'où le titre US/Euro The Minish Cap). A partir de là, Capcom s'est amusé à nous créer de nouveaux casse-tête tirant partie de cette innovation, mais n'aura pas fait un excès de zèle en ne reproduisant qu'une faible partie de Hyrule à l'échelle Minish. Du coup, le deux tiers du temps passé en Link de poche se fait avec la vue standard, et un microscopique Link limité dans ses mouvements par le moindre petit obstacle. L'idée du rétrécissement était donc bonne, mais elle n'est pas exploitée au mieux. Restent cependant quelques passages sympathiques, comme lorsqu'il faut traverser un chemin sous d'immenses gouttes de pluie. Cette limitation ne gâche cependant pas l'aventure, qui reste, avec ses petites quêtes annexes, ses nombreux objets à trouver et ses lieux variés à visiter, plus que complète. On notera également de nombreuses énigmes assez tordues (un peu mois que dans les Fushigi no Kinomi toutefois) qui pourront parfois vous faire bloquer avant de vous dire que finalement, c'était tout bête, mais fallait y penser.

Techniquement, que cela soit d'un point de vue visuel ou sonore, ce titre tire parfaitement partie des capacités de la GBA. Avec ses environnements variés et colorés et son style "Kaze no Taktesque" pour les personnages, il s'impose comme l'un des jeux les plus charmants visuellement sur GBA et dépasse en tous points Kamigami no Triforce sur ce terrain. La bande son reprend de nombreux thèmes (dont celui mythique de la série), tout en imposant également des variantes et bien évidemment bon nombre de nouvelles musiques. Bref, s'il ne fallait qu'un seul mot pour parler de l'aspect technique de ce Fushigi no Bôshi, cela serait, sans aucun doute, "irréprochable" !

Moins épique que Kamigami no Triforce, moins mélancolique que Yume o Miru Shima et moins technique que les Fushigi no Kinomi, ce Zelda sauce "minipouces" n'en reste pas moins attachant et passionnant à découvrir. On le sent toutefois réellement dédié à une portable, en particulier en terme de durée de vie (une petite dizaine d'heures) et de taille de l'univers à découvrir, bien qu'il reste à la hauteur de ses ambitions. Ce n'est pas un petit Zelda torché à la va-vite pour vendre des GBA à Noël, mais bien un épisode à part entière qui peut siéger fièrement aux côtés des autres épisodes dans votre collection. Donc si votre GBA, votre GBA SP ou, pour les plus chanceux d'entre vous, votre Nintendô DS crie famine, vous savez quoi lui servir.

Article intéressant ?

Informations pratiques

Thématiques associées

Kanpai vous suggère également ces articles