The House of The Dead 2

Début '99, la politique de Sega est claire. La Dreamcast est une console arcade, et les jeux qui tournent dessus doivent provenir pour la plupart du monde des bornes. The House of The Dead 2 ne déroge pas à la règle des conversions. Sorti sur Naomi au début de l'année '98, il est aujourd'hui adapté sur Dreamcast, pour notre plus grand plaisir.

Histoire de bien situer le jeu, disons que HOTD2 est un jeu de tir prenant place dans l'univers Bio Hazard. James, Gary et les autres vont devoir jouer les nettoyeurs dans une ville infestée de zombis en tous genres, à l'aide de leurs simples Beretta. Flingues que Sega a tenté de reproduire avec le "Dreamcast Gun", pistolet (en plastique, s'entend) assez sympa. Les sensations se rapprochent beaucoup de celles qu'on a en jouant à un Time Crisis. Certes, la crosse de l'"arme" ne recule pas à chaque tir dans un bruit féroce, mais j'avoue trouver un malin plaisir à exploser des morts vivants et les faire succomber dans des gerbes de sang (vert, au début - bouh !).

Le jeu se déroule de la façon suivante : tout en suivant le fil d'un "scénario", nos héros déboulent sur des zombis. L'écran se "fige" alors, et vous devez à l'aide du gun les exploser avant qu'ils ne viennent vous faire la bise. Le plus marrant, c'est que les zombis disposent de plusieurs points d'impact, comme les jambes, le torse, les bras ou encore la tête. Petit exemple, un mort-vivant s'approche de vous, alors n'écoutant que votre courage vous lui tirez d'abord dans les 2 bras. Mais la bête n'a pas dit son dernier grognement. Elle s'approche de vous, l'air féroce (un peu comme quand on sort de 2 heures de Philo). Vous lui trouez donc le ventre, et décidez de l'achever avec 2 tirs dans la tête. Les espèces sont nombreuses, certains monstres ayant des armes allant du couteau de cuisine à la tronçonneuse, et le plaisir de jeu est omniprésent. Quand on joue à HOTD2, on ne pense plus à rien. Le rythme cardiaque s'accélère, les veines ressortent et les yeux deviennent rouges. L'ambiance est excellente, et les voix démentielles (poilant et culte tant c'est ridicule !). Sur des musiques d'apocalypse à peine appropriées, les effets spéciaux sont de rigueur, pour un résultat tout simplement époustouflant. Que dis-je, trippant !

Pour couronner le tout, la durée de vie est énorme grâce aux nombreux modes annexes. Le Training et ses 10 niveaux à finir 10 fois chacun, le Boss Mode -10 fois aussi-, et surtout l'Original Mode où des items sont à récupérer. Si vous avez de bons réflexes et une excellente précision, vous pourrez ainsi jouer avec des persos cachés (Goldman, le méchant / Amy / Barry / Garry / le gars de Get Bass / Rambo / la Grand-Mère...), ou obtenir des continues infinis, des chargeurs infinis, de nouvelles armes, etc. Quand à nous, à la rédac', on y a tellement joué qu'on termine le jeu en Very Hard avec toutes les étoiles rouges en training et Boss Mode, et presque tous les items en Original... C'est qu'on veut plus le lâcher, notre gun Dreamcast, maintenant !

The House Of The Dead 2 n'est pas une simple conversion de plus, mais bel et bien le soft le plus défoulatoire de tous les gun shootings qui me sont passés entre les mains. Faire clamecer les zombis, quel panard !

Article intéressant ?

Informations pratiques

Thématiques associées

Kanpai vous suggère également ces articles