Shimokita Glory Days

Shimokita Glory Days - fiche technique : 12 épisodes diffusés sur TV Tokyo au printemps 2006, drama tiré du manga éponyme. À ne pas confondre avec l’autre drama au nom proche (Shimokita Sundays) lors de vos téléchargements ;-)

Jusqu’à présent, le drama le plus « oppai » présenté sur Kanpai est Yama Onna Kabe Onna. Pas vraiment sexuel, vous en conviendrez. Pour nous changer des dramas un peu plan-plan, j’ai donc décidé d’attaquer une série considérée comme plus sexy. Au Japon, ce Shimokita Glory Days est catalogué comme un produit pour adultes, il est donc réservé aux plus de 18 ans et interdit d’antenne avant minuit. Trois des actrices du drama sont d'ailleurs des habituées de vidéos érotiques comme les Japan Adult Video. Pour ne pas les citer, il s’agit de Yuma Asami, qui joue la littéraire Komori Miha, Honoka l’apprentie-actrice Nishina Natsume, et Aoi Sora la fliquette mignonette Ichimonji Nozomi. Peine (presque) perdue, si les filles de ce drama sont un peu plus dénudées que d’habitude, je pense que le label « -18 » est un peu exagéré. Mais nous y reviendrons un peu plus bas.

Shimokita Glory Days nous propose donc de suivre les péripéties d’un étudiant qui bosse le concours d’entrée d’une université japonaise (où étudie déjà sa petite-amie). Fauché, il cherche un hébergement très bon marché – 10.000 Yen. Le seul plan qu’il trouve est une chambre dans une copropriété de nanas : 5 superbes filles à grosse poitrine, de 19 à 27 ans, qu’il devra servir et protéger. Arrivé à ce stade, je pense qu’on s’est tous faits la même remarque : c’est juste le même script que Love Hina ! Après le genre « harem anime », voici venir le « harem drama »… Bon, dans Shimokita, le héros a déjà une copine et, heureusement pour du live, il n’y a pas de lolita complex.

Pour ce qui est du côté sexy, vous verrez dans ce drama quelques seins, quelques fesses, pas mal de décolletés, mais jamais de sexes. Et surtout, aucun acte sexuel, même simulé. Certes, ça se pelote pas mal mais, amis branleurs, passez votre chemin ou reportez-vous sur quelque chose de plus cru, comme La Blue Girl. Shimokita Glory Days permettra seulement de vous rincer l’œil dans un monde où toutes les filles ont des gros seins et fantasment sur un loser très sérieusement tête-à-claques. Au banc des accusées : Saki Seto (la gentille Minori-chan), Rie Mashiko (la gérante Muroi Chiho), Haruna Yabuki (l’effacée Okazaki Kaori), Manami Hashimoto (la boudeuse Uehara Mao), Shimomura Mari (la photographe), et même la quadra Aya Sugimoto (auteure, dans la vraie vie, de romans érotiques à ses heures perdues).

Je ne pense pas qu’on puisse dire que Shimokita Glory Days soit nul. Juste que l’autocollant « interdit aux moins de 18 ans » ne le dispense pas d’être niais, loin de là (merci les bruitages pénibles). Ce n’est donc pas le meilleur drama que vous verrez, mais ses épisodes au format 28 minutes changeront des triangles amoureux parfois (inter)minables.

Article intéressant ?
5/5 (1 vote)

Galerie photos

  • shimokita-glory-days
  • Shimokita Glorydays
  • Manga Shimokita Glory Days

Informations pratiques

Thématiques associées

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

Gnoum Anders
15 Janvier 2009
18:28

c°est fabuleux.Rien a dire.

heartless
04 Janvier 2010
22:20

mao is the best !! I love U hashimoto manami

Ajouter un commentaire