Du sexe dans les jeux vidéo

Lara Croft et Mai Shiranui

Avec l’essor du jeu vidéo s’est développé l’aspect de plus en plus commercial de sa mise en vente. La fin justifiant les moyens, le marché vidéoludique n’a pas fait exception et a vu fleurir des touches plus ou moins érotiques dans bon nombre des jeux de la production. Petit tour d’horizon du sexe dans nos jeux, son utilisation et son but, à travers quelques titres ou genres en particulier.

La démarche la plus déculpabilisée et la plus facile à mettre en œuvre, donc la plus fréquente dans les titres destinés au grand public, est la méthode suivante : il s’agit d’intégrer une touche sexy à un jeu pour augmenter considérablement son capital de vente. Beaucoup estiment son arrivée dans le milieu avec Tomb Raider (1996) sur machines 32bits, dans lequel son héroïne Lara Croft avait vu son tour de poitrine rapporté à 150% de la taille originelle choisie par l’équipe en charge du développement, sur demande expresse de l’éditeur.

Toutefois, l’on peut déceler quelques touches sexy dans les jeux dès le début des années ‘90, par exemple dans Fatal Fury (1990) sur Neo Geo, dans lequel les protagonistes du beau sexe imposent leur féminité, et notamment Mai Shiranui qui « balance » sérieusement à travers une tenue pour le moins échancrée. Dans un genre plus ou moins analogue, Felicia de la série Vampire Hunter s’impose sans difficulté dans sa tenue de femme-chatte très sexy, toujours dans le domaine de la baston.

Vers le milieu des années ‘90, la série de shoot’em up Parodius propose un épisode parallèle pour le moins gonflé, Sexy Parodius, dans lequel certaines scènes et bruitages sont retravaillées pour offrir une ambiance dite sexy, bien que cela reste très bon enfant dans l’ensemble. Bien vite, la porte entrouverte par Mai et Felicia va être enfoncée par bien d’autres jeux de combat, parmi lesquels on retiendra la série des Tekken (à partir de 1995) et des personnages comme les très féministes sœurs Williams, ou encore Christie de l’épisode 4, qui combat étonnamment souvent en bikini pour le haut.

Un des paroxysmes de cette utilisation est atteint avec la série des Dead or Alive (1997), excellente série de jeux de combats au demeurant, célèbre également (surtout ?) pour son surnom de bouncer tant les énormes poitrines des protagonistes rebondissent au moindre mouvement, comme la moins appétissante des gélatines d’outre-Manche. Le mauvais goût est poussé jusqu’à sortir un jeu dédié aux donzelles de la série, Xtreme Beach Volleyball (2003), dans lequel l’interactivité se limite à un bouton, l’intérêt principal étant de se rincer l’œil virtuellement. A noter qu’au début du second semestre 2004, DOAXBV n’avait pas dépassé les 138.000 exemplaires vendus au Japon, et 224.000 aux Etats-Unis.

La « touche » DoA fait des émules dans les jeux de baston, notamment dans les excellents Soul Calibur (à partir de 1998) qui nous offrent une kunoichi Taki très sexy dans sa combinaison moulante, ou encore une Ivy dominatrice et peu vêtue. Une marque de fabrique appréciable, d’autant qu’elle ne déteint aucunement sur la qualité du jeu, et perturbe les parties autrement moins que dans DoA.

Les développeurs ne semblent toutefois pas pouvoir se dépêtrer de cette envie, preuves en sont les protubérances mammaires parfois un brin exagérées, d’autant qu’elles sont rarement justifiées, dont sont pourvues des personnages comme Tifa dans Final Fantasy VII (1997) ou Rachel dans Ninja Gaiden (2004). Dans le même genre, la vue à la troisième personne de Product Number 03 (2003), qui nous offre un spectacle quasi-permanent sur le déhanchement de sa protagoniste Vanessa, a dû largement contribuer au maigre succès qu’a connu le titre.

Passons rapidement sur les pétards marketing mouillés, pour le coup, tels que 0 Story / Love Story (2000), NUDE@ (2003) ou BMX XXX (2003), qui ont basé leur communication ou leur polémique sur un rapport au sexe mais dont le lien réel ne vaut pas grand chose, pour nous intéresser aux jeux de drague à la japonaise, alias les gyaruge pour « girl game ». Souvent associés à SEGA par les occidentaux, ils représentent un marché juteux au Japon ciblant principalement les otaku, ceci expliquant leurs ventes moyennes généralement en déça par rapport à celles de titres de Pachislot ou de courses de chevaux.

L’on peut, je crois, déterminer deux courants distincts au sein de ces gyaruge : les gentillets de la drague politiquement correcte qui correspondent plus au marché console (en premier lieu sur Saturn, Dreamcast puis PlayStation 2), et les versions plus crues quoique officiellement mosaïquées, généralement réservées au monde du PC. Je ne citerai respectivement que Pia Carrot et Sweet Season, car la place sur notre serveur m’empêche de tout lister ! Précisons que les très célèbres Tokimeki Memorial ont vu une version Girl’s side paraître récemment, ce qui tent a faire timidement pencher la balance en faveur des demandes féminines pour ce type de jeux.

A noter que si pour leur majorité, les gyaruge ne représentent que des titres finalement très vite lassants pour qui n’est pas un asocial d’une trentaine d’années enfermé 24/24h dans sa chambre, certaines équipes ont associé ce type de gameplay à des concepts beaucoup plus intéressants, tels que dans Thousand Arms (1998) ou les fameux Sakura Taisen (à partir de 1995). De même que le principe a été réutilisé avec brio en occident, notamment avec Leisure Suit Larry, dans lequel si la drague et la finalité sont plus ou moins analogue, le système de jeu a dérivé vers le click’n play.

Phantasmagoria, toujours de Sierra qui semble en faire son beurre, rappelle un peu les communications-arnaque citées plus haut puisque seules deux scènes, relativement soft, ponctuent le jeu et peuvent être aisément censurées par le contrôle parental. Le titre a au moins le mérite d’assumer ce côté érotique, à l’instar du récent Singles (2004), "issu" des Sims, et du futur Playboy : The Mansion (prévu pour 2004), qui eux jouent dans un registre beaucoup plus voyeur et sexuel, mais très interactif. Dans le premier, il s’agira de caser son protagoniste avec quelqu’un, et bien sûr plus si affinités. Rien ou presque n’étant caché, cela fait du bien lorsque le jeu vidéo s’assume.

Dans un registre beaucoup plus poétique, la nuit d’amour et ses préliminaires que passent Fei et Elly dans Xenogears (1998) a tout de la scène romantique et romanesque, pondérée et charmante comme a su l’être l’entier du jeu. Plus drôle et en clin d’œil, la version de démonstration de Metal Gear Solid 2 (2002) met en scène un Snake qui semble ne pas résister à la masturbation devant un poster sexy caché dans un placard, comme le suggère la tête qu’il tient lorsqu’Otacon le contacte par codec. A ce sujet, Kojima dira juste que ce poster a dû faire un très grand effet à notre Rambo japonais.

Personnellement, je n’aurais pas bougé d’un poil !

Article intéressant ?
5/5 (1 vote)

Galerie photos

  • sexejv150
  • Sexejv01
  • Sexejv02
  • Sexejv03
  • Sexejv04
  • Sexejv05
  • Sexejv06
  • Sexejv07
  • Sexejv08
  • Sexejv09
  • Sexejv10
  • Sexejv11

Informations pratiques

Thématiques associées

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

choujaa
17 Novembre 2007
00:49

jaim lae fillesexy

Ajouter un commentaire