Rock. Band. Wow… On peut dire que je l’aurai attendu, celui-là. Et avec des péripéties. Depuis que j’ai arrêté l’import de jeux vidéo (il y a 2-3 ans), je redécouvre les joies de l’enculade à l’européenne. Et celle de Rock Band est assez puissante. D’abord, on l’a dit annulé, sauf que c’était un stratagème très petit pour soi-disant justifier d’un tarif juste prohibitif. Prix public conseillé : jeu à 70€ + accessoires à 170€ = 240€ le tout… Soit environ deux fois le prix pratiqué aux US sans les taxes. Ou encore, 40€ de plus qu’une Xbox 360 et 3 jeux en ce moment (GTA4, PGR4 et Halo 3). Alors la communauté européenne du web a d’abord râlé. Puis signé une pétition. Puis menacé EA de boycotter le jeu. Puis tenté de se rabattre sur Amazon UK qui livre le tout à ~190€ en Air-Mail (~220€ en DHL).

Le meilleur dans tout ça ? 6 mois d’attente depuis la sortie originale du jeu aux States. Vivent les ruptures de stock. D’autant que le jeu n’est disponible en Europe que sur 3 territoires : France, Angleterre, Allemagne. Les autres ? Ils se débrouillent… Pour ma part, je n’ai pas vendu mon corps pour me payer Rock Band mais simplement profité d’une offre de Carrefour : 234€ le pack complet avec 40€ + 5€ de réduction sur mes prochaines courses (car même si j’ai plusieurs dizaines de milliers de fans virtuels de mon rock, je dois encore manger de la vraie nourriture pour pouvoir finir les modes carrière). Ce qui ramène le total à 189€, soit encore très cher mais largement plus intéressant que partout ailleurs. Bref, petite ambiance revival de la sortie de la Wii lorsque je suis venu récupérer mon Rock Band hier matin.

M’enfin, il est bien là. Une énorme boîte trône donc au milieu de mon salon et à l’intérieur, 3 instruments : une simili Fender Stratocaster, un ersatz de batterie à 4 tomes et 1 pédale, et un micro joli et pas trop léger. Tous filaires, malheureusement. J’ai donc maintenant 3 guitares en plastique chez moi, je suis à deux doigts de boucler le mode expert de Guitar Hero III, mais je ne sais toujours pas jouer « joyeux anniversaire » sur une vraie gratte… Cherchez l’erreur. Bref. Rock Band est signé Harmonix. Ceux-là même à qui l’on doit Guitar Hero II et I, ceux qui ont refilé une série bientôt Aerosmith à Neversoft. Ça fait plaisir de retrouver Harmonix et leur connaissance de la musicalité. A la guitare par exemple, le mode expert est sans doute moins difficile que celui de GH3 mais on s’y amuse beaucoup plus. Globalement, on s’aperçoit vite que Rock Band est plus ludique, plus convivial et moins « geek scoring » que la version de Neversoft.

Il faut donc faire connaissance avec les nouveaux instruments. La guitare est plutôt chouette, ses touches sont esthétiquement encore plus discrètes que celle de la Les Paul. Un corps blanc et noir tranche par contre avec le beige du manche, qu’on pourra trouver un peu cheap. Cela s’ajoute aux bruits de plastique habituels de la guitare. On se consolera donc sur le médiator qui ne fait désormais plus aucun bruit, ce qui peut surprendre au début mais on s’aperçoit rapidement que ça plaît, et pas seulement à l’entourage. Et puis les touches font, elles, un peu de bruit donc ça renforce l’immersion (avec un peu d’effort, on rapproche ça du bruit que font le glissement des doigts sur les cordes d’une vraie guitare). Le manche de cette Stratocaster voit également un deuxième groupe de boutons plus proches du mediator, pour faire du "finger tap" durant des solos. Mais c'est juste pour se la raconter.

Concernant le micro, les habitués de Singstar ne seront pas perdus. Son fonctionnement dans Rock Band en est très proche. La fonction tambour est amusante également, elle permet de ne pas s’ennuyer pendant les longues phases sans chant. Et je félicite les différenciations d’octaves qui contenteront toutes les cordes vocales. Mais c’est surtout la batterie qui intriguait. Première chose qui me vient à l’esprit : elle est bruyante ! Sérieusement, les tomes font un barouf monstrueux (il va falloir rapidement investir dans les protections antibruit) et on a peur pour le voisin du dessous dès qu’on utilise la pédale. Hormis cela, il faut réapprendre à jouer avec ce nouvel instrument, en particulier sur la dissociation du pied qui perturbe au départ. Il y a donc une grosse marge de progression avant de retrouver le niveau atteint à la guitare. A noter la gestion de l’overdrive assez intéressante pour ces deux instruments, mais je vous laisse les découvrir.

Au-delà de tout ça, c’est bien la combinaison des instruments qui valide le concept Rock Band. Le fait de jouer en groupe est juste excellent, quelque soit la formation. Ça transporte l’expérience de jeu beaucoup plus loin et renouvelle les morceaux. Et encore, je n’ai essayé qu’à 3 instruments en même temps – je n’imagine même pas à 4 ! Certains ont même investi dans un pied pour le micro, pour pouvoir jouer de la guitare / de la batterie et chanter en même temps. Seul vrai reproche : la surabondance de fils qui a tendance à rapidement taper sur le système. Et si vous vivez dans un studio, bonjour la prise de place pour tout installer. Je signale également que le hub livré avec le jeu se branche sur le… secteur ! Bravo EA, pour le coup.

La playlist de base se compose de 58 morceaux. Tous tournent bien sûr autour du rock, avec des dérapages pop et métal. On retrouve quelques titres déjà joués dans les Guitar Hero, mais aussi des morceaux qu’on attendait de longue date et d’autres plus anecdotiques. 9 chansons bonus ont été agrégées à la version européenne, parmi lesquelles Les Wampas, du Tokio Hotel ou du Pleymo. Avec plusieurs millions d’exemplaires du jeu vendus, je n’imagine même pas la tronche des royalties pour les artistes. En tout cas, chacun devrait trouver son bonheur dans une liste alimentée chaque semaine. Car le music store déjà très complet (une centaine de titres disponibles, généralement à 160 MSPoints) devrait combler les attentes. Moi qui n’avais rien téléchargé de payant sur GH3, j’ai déjà craqué pour quelques chansons et j’en achèterai certainement d’autres. Il faut dire qu’avec Rock Band, on achète une chanson jouable sur 4 instruments. Ce qui aide à faire passer la pilule.

Techniquement, on fait un bon en avant dans nos habitudes. Le jeu est plus classe dans son ensemble : le design des notes, des partitions, la progression des étoiles en live… Tout est un cran au-dessus. La mise en scène, surtout, bombe le torse. Avec ses angles de caméra stylés, ses effets de lumière, son ambiance du public, tout ça adapté aux morceaux et aux groupes, le montage graphique des concerts est juste impeccable. L’overdrive (anciennement star power) est également plus souple : on peut l’invoquer à loisir et exploiter d’autres notes spéciales pour le prolonger. A plusieurs, on le déclenche par instrument (et non plus simultanément), il peut servir à sauver d’autres membres et en live, il pompe seulement lorsqu’il y a des notes. Pouvait-on rêver mieux ? Enfin, les modes carrière sont beaucoup plus rythmés, foisonnants, on change parfois de lieu à loisir et on progresse à sa sauce. Certains évènements demandent de jouer plusieurs morceaux à la suite, d’autres de choisir son programme, etc. Il y a mille choses à faire, entre les carrières solos, la chasse au score, les modes multi, le online, etc.

Bref, Rock Band explose dans à peu près tous les domaines. L’expertise d’Harmonix n’y est certainement pas étrangère. On sent déjà la bonne inspiration en s’y essayant en solo, mais le coup de maître est clairement atteint à plusieurs. Guitar Hero 4 ne s’y est pas trompé et intégrera, comme par hasard, une micro et une batterie (bien sûr non compatible avec celle de RB). Il va y avoir du boulot pour tout finir ; moi qui jouais encore aux GH de la 360, je ne sais plus où donner de la tête dans tout le foisonnement de Rock Band. Fabuleux et génial, tout simplement.

Article intéressant ?
5/5 (1 vote)

Informations pratiques

Kanpai vous suggère également ces articles