Prince of Persia Les Sables du Temps

PoP The Sands of Time

En voilà une, de franchise, qui n'aura jamais su me convaincre. Alors que tout le monde s'extasiait sur Prince of Persia 1 et 2, ces jeux me laissaient de marbre. Je n'ai jamais su pourquoi, car il faut reconnaître qu'ils étaient de grande qualité. Mais pour moi, c'était du jeu de plates-formes ennuyeux, alors je préférais du Mario, beaucoup plus fun.

Et puis un jours, après un épisode 3D raté qui avait signé "l'enterrement" du Prince de Perse, Ubi Soft, plus précisément sa fort talentueuse équipe canadienne, a décidé de le ressusciter. Il ne fait parfois pas bon réveiller les morts, mais croyez moi rarement une équipe n'aura aussi bien fait de déterrer une vieille gloire.

Si dans le concept de base, on reprend un mélange de plate-forme et de puzzle, où il faut souvent réfléchir et observer pour pouvoir avancer, mais en 3D, les gars d'Ubi ont également donné au Prince une chose toute simple, qui lui manquait pourtant cruellement à l'époque : de la pêche ! Dans sa version 2003, le Prince saute partout, grimpe aux arbres, court sur les murs et se bat avec une classe et un talent fous. Un tel dynamisme nous amène donc à utiliser parfaitement les sublimes environnements en 3D, afin de vous frayer un chemin tout au travers d'un palais très intelligemment construit. Le tout au travers d'une jouabilité parfaitement réglée, accompagné d'une discrète, mais agréable musique aux teintes orientales. Et comble du bonheur, il peut encore se permettre de manipuler le temps. Idéal, pour vite effacer une erreur ou aborder sous un nouvel angle un moment critique d'un combat. Ce système est cependant conçu pour que l'on en use, mais pas que l'on en abuse, le tout, sans frustrer le joueur. Blinx en serait jaloux.

The Sands of Time est donc le genre de jeu avec lequel on ne lâche plus le pad avant d'avoir fini le jeu une fois qu'on a eu le bonheur de commencer. Cependant, derrière ce tableau idyllique se cachent tout de même quelques défauts. A commencer par la durée de vie, extrêmement courte. Environ sept petites heures de plaisir pour le terminer, c'en est presque frustrant. Toutefois, elle permet d'éviter que son second gros problème ne se manifeste, à savoir que le gameplay peut s'avérer un peu répétitif. Les mécanismes sont finalement les mêmes tout au long du jeu, et les séquences de plate-forme ou de combat pourraient finir par ennuyer le joueur. Mais avec une mise en scène d'exception et un scénario vraiment prenant, je doute que vous ressentiez ceci de manière assez forte tout au long du jeu. De mon côté, j'ai quelques fois râlé à l'arrivée de certains combats, où s'enchaînent des dizaines d'ennemis trop peu variés, adoptant tous le même comportement. Cependant, une fois dans le feu de l'action, les possibilités offertes par le système de combat sont telles qu'au final, la bataille se termine avec un grand sourire sur mon visage. Enfin, l'on pourrait reprocher une caméra qui parfois ne se place pas au bon endroit lors des combats, mais ces cas sont très rares. En dehors de ceci, elle est même plutôt excellente, et offre de bonnes sensations en particulier lorsque l'on dirige le Prince sur une poutrelle au dessus du vide. Elle nous donnerait presque le vertige !

Encensé par la presse internationale, considéré par beaucoup comme LE jeu de l'année 2003, Prince of Persia : The Sands of Time n'aura pas failli à sa réputation en passant entre mes mains. Et pourtant dieu sait que j'avais des a priori sur les Prince of Persia avant de me lancer dedans. Alors que l'échec se pointe souvent lorsqu'une saga 2D passe en 3D (preuve en est le médiocre Prince of Persia 3D), la PoP Team a parfaitement maîtrisé son sujet. Alors j'applaudis bien fort, je vous recommande à tous de le faire, si ce n'est pas déjà fait, et vivement la suite !

Lire l'article sur le film Prince of Persia - les Sables du Temps

Article intéressant ?
5/5 (1 vote)

Informations pratiques

Thématiques associées

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

Ajouter un commentaire